"Love Never Dies" ferme à Londres : pas de transfert à Broadway ?

Si le transfert à Broadway du dernier musical en date du compositeur Andrew Lloyd Webber semblait déjà difficile, la fermeture prématurée du spectacle à Londres (dernière représentation le 27 août après seulement 18 mois) confirme les doutes émis sur la viabilité de Love Never Dies en terre américaine... La version australienne connaît quant à elle un certain succès, une captation DVD étant même envisagée.

Dans un entretien accordé au New York Times et publié le 14 juillet 2011, le compositeur aux 7 Tony Awards a fait part de ses doutes sur le transfert américain de son dernier rejeton, la suite pourtant tant attendue du carton international The Phantom of the Opera... Andrew Lloyd Webber explique que son combat contre le cancer l'a malheureusement empéché de s'impliquer dans la production du spectacle autant qu'il l'aurait souhaité.

Ainsi M. Lloyd Webber concède à demi mot que malgré le succès de la pièce à Melbourne, Love Never Dies souffre de quelques défauts qui l'empêcheront de trouver son public à Broadway. La version australienne, en revanche, bénéficie de bonnes critiques et rencontre les faveurs du public. Cette production est mise en scène par Simon Philips (Priscilla, Queen of the Desert), contrairement à la version européenne, sous la direction de Jack O'Brien (Hairpsray).

A Melbourne, le spectacle va d'ailleurs êtres filmé en prévision d'une future sortie DVD. Un lot de consolation pour tous les fans frustrés par la rareté de ce spectacle ?

Annonçant son désintérêt pour l'écriture et la production de nouvelles œuvres originales (outre les récents échecs de Love Never Dies ou The Woman in White, son dernier véritable succès à Broadway remonte à 1995 avec Sunset Boulevard), Andrew Lloyd Webber préfère se concentrer sur des productions plus sereines. The Really Useful Group, sa société de production, exploite le filon des castings télévisés qui permettent aux productions anglaises de se maintenir sur plusieurs années. Cela a ainsi été le cas depuis 2006 pour The Sound of Music (avec How Do You Solve a Problem like Maria?), Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat (Any Dream Will Do), Oliver! (I'd Do Anything) ou encore tout dernièrement avec la nouvelle production de The Wizard of Oz (Over The Rainbow)...

Le compositeur a par ailleurs levé le voile sur quelques uns de ses projets à venir. Au-delà de la première reprise d'Evita à Broadway, un projet de remonter Cats à Londres à l'horizon 2012-2013 serait dans les cartons, en collaboration avec Cameron Mackintosh. On parle également d'une adaptation cinématographique du tout premier succès de Lloyd Webber : Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat. En définitive, ce recyclage permanent continue de nous faire déplorer le manque de prise de risque de la profession...

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous êtes un lecteur afin d'empêcher l'envoi de messages indésirables automatiques (spams).
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image ci-dessus, sans espace.