Critique : "Les Misérables" au Théâtre du Châtelet jusqu'au 4 juillet 2010

Critique : "Les Misérables" au Théâtre du ChâteletLes Misérables
Du 28 mai au 4 juillet 2010 au Théâtre du Châtelet
 
Les Misérables à Paris, nous en rêvions et le grand jour est enfin arrivé. La comédie musicale de Claude-Michel Schönberg et Alain Boublil est de retour en France jusqu'au 4 juillet, grâce au Théâtre du Châtelet qui accueille une nouvelle production créée spécialement pour le 25ème anniversaire du spectacle. Intégralement chantée en anglais, l’œuvre produite par Cameron Mackintosh est dotée de nouveaux arrangements et utilise de splendides décors inspirés de dessins de Victor Hugo. Ces innovations seront-elles à la hauteur de l'événement et susceptibles de convaincre le public parisien ?

Un succès phénoménal, sauf à Paris

Créée d’abord avec succès à Paris par Robert Hossein (1980), la comédie musicale Les Misérables est devenue une véritable machine à sous grâce au producteur britannique Cameron Mackintosh qui a ensuite remodelé l'œuvre avec l'aide de Trevor Nunn et John Caird, tous deux issus de la Royal Shakespeare Company. La suite s'apparente à un conte de fées : pluie de récompenses, records d'affluence, multiplication d'adaptations dans le monde entier....le spectacle est vite devenu un phénomène de société. Sauf peut-être dans son pays d'origine, la France, où Les Misérables version Mackintosh n'est restée "que" neuf mois à l'affiche à Paris, au Théâtre Mogador en 1991, contre près de dix-huit ans à Broadway et depuis maintenant vingt-cinq ans à Londres.

Les Barricades - Photo DR Michael Le Poer Trench
Les révolutionnaires se battent pour leur liberté

Réfractaires, les français ? Peut-être, mais bientôt plus pour longtemps si l'on en croit la chaleur des applaudissements reçus lors des premières représentations au Théâtre du Châtelet. D'abord très poli lors du prologue, le public a vite finit par exprimer son enthousiasme, les numéros les plus salués étant indéniablement "One Day More", le final d'envergure du premier acte, le solo "Bring Him Home" interprété par l'excellent John Owen Jones, ainsi que la séquence finale du spectacle sur une reprise majestueuse de "Do You Hear The People Sing?".  

Des effets spectaculaires d'une beauté rare

A l'époque de la création des Misérables à Londres, soit vingt-cinq ans en arrière, Trevor Nunn et John Caird avaient introduit le concept ingénieux de scène tournante. Pour cette nouvelle tournée internationale, l'approche adoptée est plus traditionnelle avec des éléments de décors sans système tournant mais aussi plus innovante grâce à l'inclusion de décors inspirés des dessins originaux de Victor Hugo et projetés en fond de scène.


Enjolras (Jon Robyns), Jean Valjean (John Owen Jones) et Marius (Gareth Gates)

Sans être employée à outrance, l'utilisation de la vidéo en guise de décors rajoute de la profondeur de champ et créé un effet de mouvement saisissant, particulièrement bluffant lors de certaines scènes (le renversement de la charrette, la traversée des égoûts...). D'un point de vue esthétique, l'inspiration tirée des dessins d'Hugo est extrêmement cohérente avec la pièce. En outre, ce qu'on voit ne donne pas l'impression d'être de la vidéo puisque la quasi immobilité des images évoque davantage des toiles peintes.

La fluidité entre les séquences est par ailleurs accentuée par l'ingéniosité de la nouvelle mise en scène de Laurence Connor et James Powell. Chaque mouvement de décors ou de personnages est agencé avec une cadence et une précision rares, nous entraînant dans un univers parfois quasi cinématographique. Un régal pour les yeux.

Une production meilleure que les précédentes ?

Evidemment, comme dans toute œuvre revisitée, tous les changements opérés ne sont pas forcément à garder. En témoigne la scène de la mort de Gavroche qui perd de son effet dramatique tant elle est "expédiée" rapidement et ne peut bénéficer du système de plateau tournant qui permet aux spectateurs à Londres de visualiser la scène entière, même si elle se déroule au-delà des barricades.

Madalena Alberto (Fantine, ainsi que Carmen Diaz dans Fame en tournée au Royaume-Uni, Hunyak dans Chicago à Kuala Lumpur) 
Fantine (Madalena Alberto) chante "I dreamed a dream"

La mort d'Eponine n'est malheureusement pas mieux réussie; en raison peut-être de l'interprétation surjouée de Rosalind James (Eponine). Exit la fragilité habituelle d'Eponine qui se meurt lentement dans les bras de celui qu'elle aime : le côté tragique du moment est gâché par son envie apparente de vouloir absolument se sortir des bras de Gareth Gates (Marius) et de se concentrer exclusivement sur la qualité de son chant.

Madalena Alberto, l'interprète de Fantine, nous a également déçus. Pourtant bonne actrice et pas spécialement mauvaise chanteuse, elle n'est malgré tout pas parvenue à nous émouvoir. On s'ennuerait même presque pendant son "I dreamed a dream", empli d'un certain manque d'âme et de conviction.

Un duo Valjean/Javert impressionnant

Les travers originaux reprochés aux Misérables subsistent toujours dans cette production : les mêmes thèmes musicaux sont réemployés constamment, la longueur du prologue n'aide pas particulièrement à rentrer dans l'histoire et la romance Marius-Cosette ralentit considérablement le rythme du spectacle. Heureusement, Gareth Gates (Marius) et Katie Hall (Cosette) ont une belle alchimie sur scène et semblent y mettre tout leur cœur malgré l'insipidité occasionnelle de leur personnages. Gates surprend même avec un sublime "Empty Chairs at Empty Table", que l'on croirait écrit pour sa voix.

Katie Hall (Cosette) et Gareth Gates (Marius)
Cosette (Katie Hall) et son fiancé Marius (Gareth Gates)

Cette production du 25ème anniversaire restera en tout cas mémorable grâce à ses deux interprètes principaux, John Owen Jones (Jean Valjean) et Earl Carpenter (Javert), qui apportent une profondeur et une sensibilité sans égal à leurs personnages. Leurs scènes de confrontation nous en donnent des frissons et laissent place à de magnifiques solos (en particulier la sublime chanson "Stars", de Javert).

Earl Carpenter (Javert)
L'inspecteur Javert, défenseur de la justice

Une comédie musicale à voir absolument

Il serait en tout cas difficile de tout commenter de manière exhaustive mais soulignons que les nouveaux arrangements de cette version des Misérables fonctionnent bien et participent largement à renforcer la fluidité du spectacle, grâce à un tempo plus rapide qui permet d'éviter certaines lourdeurs.

Selon nous, il s'agit bien évidemment d'une comédie musicale à ne rater sous aucun prétexte à Paris. Cette production est véritablement exceptionnelle et devrait convaincre même les plus sceptiques grâce à ses airs entraînants et à ses effets visuels spectaculaires.

Ashley Artus (Thénardier), Lynne Wilmot (Madame Thénardier)
Thénardier (Ashley Artus) et sa femme (Lynne Wilmot)

La qualité de la distribution vaut à elle seule le détour et les costumes, décors et lumières ne sont pas non plus en reste car permettent de recréer une atmosphère très fidèle au Paris sinistre des années 1820-1830.

Bref, Les Misérables ont mis toutes les chances de leur côté pour s'octroyer l'amour et le respect du public parisien. Et si l'on en croit les standing ovations des premières représentations, le pari est d'ores et déjà gagné.

(Credit photos : Michael Le Poer Trench)

Commentaires

Magnifique et une question

J’y etais vendredi 4 juin. Evidemment magnifique ! Le grand moment etant le suicide de Javert assez bluffant.
Eponine est pas si mal que ça finalement. Fantine etant le maillon faible.
John Owen Jones est exceptionnel, c’est evident.

Helas pour moi hier j’ai eu la doublure d’Earl Carpenter qui est David Lawrence (et même celle d’Enjolras ainsi que durant le 2eme acte celle de Marius puisque Gareth Gates s’est blessé durant la representation, )

Est ce quelqu’un sait quand est ce que John Owen Jones et Earl Carpenter font relaches ? Est ce toujours les mêmes jours ?

J’y retourne 2 samedi soir et je ne veux pas les louper

J’espere que quelqu’un pourra me répondre

Bonjour Chris, Merci pour

Bonjour Chris,

Merci pour ton retour, j'espère que les doublures ont malgré tout été à la hauteur ? Ce weekend, Jon Robyns était en congés - son absence était prévue de longue date. Je ne sais pas ce qu'il en est pour Earl Carpenter mais en principle il est censé assurer toutes les représentations. J'espère que tu auras l'occasion de le voir les prochains samedis soir !

Cordialement

Les Miz

Merci pour ta réponse.

Oh je pense que le verrai bien Earl Carpenter. Si je devais le rater 3 fois, je serais un looser. J'espere surtout voir ensemble Carpenter et JOJ.

Les remplacants etaient tout à fait honorables. Y'a bien pire.

Gareth Gates lui semble out pour un certain temps puisqu'il a du être remplacer à l'entracte. Il se serait bruler (d'apres ce que j'ai cru comprendre sur son forum officiel)

Bien à toi

Chris.

Qu'est- ce que je me suis

Qu'est- ce que je me suis ennuyé !! c'est une sorte de bouillabaisse, opéra/opérette/ comedie musicale...??? un spectacle pour amateurs de star ac, nouvelles stars et cie...et une sono qui gueule...c'est abrutissant...Des tableaux qui cherchent trop à en mettre plein la vue (ex la barricade !!)grotesque .J'avais hate que ça se termine. Je ne m'étonne pas que la salle soit a moitié vide !!!! un vrai flop à Paris.

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous êtes un lecteur afin d'empêcher l'envoi de messages indésirables automatiques (spams).
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image ci-dessus, sans espace.