Critique : "Hedwig and The Angry Inch" au Sentier des Halles

 Au Sentier des Halles, jusqu'au 28 mars 2009, 22h

50 rue d'Aboukir, 75002 Paris
 
Le Sentier des Halles accueille Hedwig and The Angry Inch pour une reprise musclée du musical glam rock.
 
Créée off-Broadway en 1998 (mais Hedwig elle-même existait dès 1995 dans des clubs alternatifs new yorkais), Hedwig and The Angry Inch est une œuvre complexe et légère qui a atteint un statut bien particulier dans la constellation des musicals rock. John Cameron Mitchell et Stephen Trask ont imaginé ensemble un personnage sur talons hauts, affublé d'une perruque blonde très singulière, et totalement improbable qui réussit pourtant à toucher les spectateurs. Enfin, le phénomène est devenu un film, multi-récompensé, en 2001. Par la suite, Hedwig a fait des petit(e)s... dans toutes les langues, et les productions se sont enchainées sur les cinq continents.
 
Cette version française a muri depuis plus de deux ans et a été chapotée dans un premier temps par le metteur en scène de la version londonienne, John Lynch, avant d'être totalement revue depuis 2008 par l'excellent Thomas Moulins. Si le spectateur attend une vague transposition du film, qu'il se détrompe ! Le Sentier des Halles se prête bien à cette pièce. La voûte de cette cave donne un charme confidentiel très underground au show. Seul bémol : on sent le cast un peu à l'étroit, les surtitres des chansons sont parfois cachés par les acteurs et niveau confort des spectateurs, on a vu mieux... Mais tout cela reste très rock'n'roll !
 
Un bric-à-brac semble savamment disposé sur la scène, puis, dans un tonerre musical plus rock que jamais, Hedwig entre dans la lumière avec sa robe étincellante, sa cape bariolée et ses lunettes de soleil géantes. Le "la" est donné. La version scénique présentée au Sentier des Halles est beaucoup plus proche de l'esprit original d'Hedwig que de son excellente adaptation pour le grand écran. Le show oscille en permanence entre le concert punk-rock, le stand-up sensible à l'américaine et le musical tel qu'on peut le concevoir.
 
Alors que Matthieu Bonicel incarne une Hedwig Schmidt touchante et survoltée à la fois, le fil de la vie torturée de la protagoniste se déroule sous nos yeux tel un journal intime précieusement consigné sur un... rouleau de papier toilette (les chanceux qui ont vu la pièce comprendront). Accompagné de musiciens issus d'univers différents et totalement habités par leurs rôles, Hedwig (et son interprète) innonde la scène, formant un subtil tandem avec son double complémentaire Yitzhak (incarné par la formidable Chem). 
 
 
La direction artistique de Guilain Roussel est soutenue par une adaptation française qui fonctionne parfaitement. Insérant ça et là des références adaptées à une culture qui nous est plus familière, l'irrévérencieuse Hedwig balance son humour noir, cru et provocateur sur un public qui en redemande ! Hedwig and The Angry Inch est teinté d'humour, surtout dans sa première partie. "The Origin of Love" est un grand moment de la pièce : le Banquet de Platon est réinterprété en version glam-rock et prend une nouvelle dimension d'une poésie inattendue. Durant la seconde moitié du show, notre héroïne abîmée par la vie se dévoile de manière saisissante. La performance de l'acteur est bluffante : alors que Matthieu Bonicel est quasiment nu et de dos, il entonne "Wicked Little Down". C'est l'un des plus beaux moments du spectacle.
 
Une des forces d'Hedwig et de cette production ? La réflexion provoquée par ce voyage rock. Les questions de genre sont abordées avec un humour ravageur et une finesse intellectuelle rare. Les innombrables références mythologiques, religieuses et philosophiques donnent une profondeur surprenante à ce show décalé, mettant en relief de très belles problématiques telles que la différence, le succès, l'art ou l'amour.
 
Pierre Stril
 
Hedwig and The Angry Inch, musical de John Cameron Mitchell et Stephen Trask. Avec Matthieu Bonicel, Chem, Pascal Lajoye, Alexis Maréchal, Sébastien Léonet, Olivier Mezzadri. Adaptation de Baptiste Delval, Dan Heching et Guilain Roussel. Mise en scène : Thomas Moulins. Direction artistique : Guilain Roussel. Créations vidéo : Baptiste Delval. Maquillage : Christelle Calmels. Costumes : Patrick Cavalié.
 
Le site officiel : www.hedwig.fr
Le myspace officiel : www.myspace.com/hedwigfrance
Réservation : www.fnacspectacles.com

 

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous êtes un lecteur afin d'empêcher l'envoi de messages indésirables automatiques (spams).
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image ci-dessus, sans espace.