Dossier : De “Parfumerie” à “She Loves Me”, l’histoire de “Rendez-Vous”, actuellement au théâtre de Paris

"Rendez-Vous", l'adaptation française de "She Loves Me"Au Théâtre de Paris depuis le 14 septembre, Rendez-Vous constitue incontestablement l'évènement de la rentrée en matière de théâtre musical ; par sa tête d'affiche, Kad Merad, mais aussi parce qu'il s'agit de l'adaptation d'un des plus grands classiques de la comédie musicale anglo-saxonne, She Loves Me. Nous vous proposons donc un dossier sur ce musical de Joe Masteroff (livret), Sheldon Harnick (paroles), et Jerry Bock (musique), réunis sur le projet par le producteur Lawrence Kasha. Jerry Bock et Sheldon Harnick collaboreront un an après She Loves Me sur un autre musical que l'on ne présente plus : Fiddler On the Roof (Un Violon sur le toit).

Un classique parmi les classiques du musical anglo-saxon

She Loves Me raconte l'histoire de Georg Nowack, directeur de la parfumerie Maraczek avant la seconde guerre mondiale. Celui-ci profite de ses heures de loisirs pour correspondre anonymement avec une inconnue dont il est tombé amoureux sans l’avoir jamais rencontrée. Bientôt arrive une nouvelle vendeuse, Amalia Balash, qu'il déteste immédiatement, ce qu'elle lui rend bien. Pourtant, ils découvriront bientôt qu’ils s’écrivent depuis plusieurs mois sans même le savoir... Le spectacle est construit sur deux actes, le premier comportant 17 chansons et le second seulement 9.

Le musical a donc été créé à Broadway en 1963 (302 représentations), puis à Londres en 1964 (189 représentations), connaissant également un certain nombre de reprises dans les années 1990, toujours couronnées de succès. Il y en eut une première à New York en 1993 et 1994, période durant laquelle le spectacle s'est joué 354 fois (sans compter les 42 avant-premières). C'est Rob Marshall (Chicago ; Nine) lui-même qui a créé les chorégraphies pour cette nouvelle version, et aussi pour la production londonienne de 1994 au Savoy Theater (où se joue actuellement Legally Blonde). Le spectacle revient très fort en cette année 2010 : outre la version française, deux nouvelles productions ont éclos aux Etats-Unis, dans le Connecticut et dans l'Oregon. Il y eut même une captation filmée pour la BBC.

Le musical a raflé de nombreux prix depuis sa création. La première version de Broadway a reçu pas moins de cinq Tony Awards (équivalent des Molières aux Etats-Unis), dont celui de Meilleur musical et de Meilleur auteur, auxquels s'ajoutent ceux de la reprise 30 ans plus tard, qui a remporté neuf de ces mêmes récompenses, dont meilleure reprise et meilleures chorégraphies. Complètent cette collection cinq Drama Desk Awards (récompenses plus larges mais moins prestigieuses). La capitale anglaise n'est pas en reste, puisque la reprise de 1994 a remporté sept Laurence Olivier Award, parmi lesquels celui de Meilleure reprise et celui des Meilleures chorégraphies. Si la qualité est au rendez-vous à Paris, nul doute que She Loves Me pourrait étoffer son palmarès de quelques Molières !

Des adaptations en pagaille avec les plus grands

Bien avant Rendez-Vous, She Loves Me est en fait la cinquième adaptation de la pièce Parfumerie, écrite en 1937 par le Hongrois Miklos Laszlo. L'adaptation la plus récente et la plus populaire de cette pièce est sortie sur les écrans en 1998, avec le film You've Got Mail avec Tom Hanks et Meg Ryan. Auparavant, il y eut le film d'Ernst Lubitsch de 1940 The Shop Around the Corner (traduit par Rendez-Vous en Français, comme par hasard !), avec James Stewart et Margaret Sullavan. Le film, pourtant révéré aux Etats-Unis, fut longtemps invisible en France avant sa réédition en 1985. Sorti en 1949, In the Good Old Summertime est l'adaptation semi-musicale du film de Lubitsch, dans lequel joue une certaine Judy Garland, qui avait auparavant immortalisé le célèbre Over the Rainbow dans le film de 1938, The Wizard of Oz.

Si la pièce originale de Laszlo s'est jouée en version anglaise en décembre 2009 aux Etats-Unis (The Perfume Shop), il y eut également une pièce en France en 2001, basée sur le film de 1940 traduisant directement son titre en La boutique au coin de la rue. En effet, l’histoire de cette pièce est directement inspirée du film d’Ernst Lubitsch.

Ne résistons pas au plaisir de (re)découvrir la bande-annonce du film The Shop Around the Corner :

Fait amusant, le lieu de l’action varie selon les adaptations. Comme son titre l’indique, la pièce de Laszlo se passe dans une parfumerie, tout comme She Loves Me. Le film de Lubitsch de 1940 se déroule dans une maroquinerie et La boutique au coin de la rue version française est une librairie.

Cinq Molières pour "La boutique au coin de la rue"

L'adaptation française a donc été créée au théâtre Montparnasse durant la saison 2001-2002 et a reçu des critiques dithyrambiques de la presse comme des spectateursL'histoire est quasiment la même que dans She Loves Me, mais se déroule dans une librairie de Budapest en 1930. Un jour se présente à la porte du magasin, une jeune femme, Klara Novak, qui cherche du travail. Elle est finalement engagée au grand dam d'Albert Kralik, premier vendeur, qui voit en elle une dangereuse concurrence. Klara et Kralik sont comme chien et chat, et ce sera à qui pourra porter un coup de griffe à l’autre. Cependant, si tous les deux ont la même passion secrète pour un correspondant épistolaire anonyme, aucun d’eux ne sait qu’il s’agit en réalité de l’autre.

Quant au succès des entrées, il est difficile de le connaître à posteriori, mais les affiches arboraient le bandeau rouge : prolongations. Jean-Jacques Zilbermann, célèbre cinéaste (Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes, L’Homme est une femme comme les autres), a cosigné l'adaptation avec Evelyne Fallot, et signe la mise en scène de cette pièce jouée par Samuel Labarthe, Marie Bunel (remplacée parfois par Florence Pernel), Wojtek Pszoniak, Jean Lescot (remplacé par la suite par Jean-François Derec), Manuel Bonnet, Sylvie Huguel, Annie Savarin, Bernard Charnacé, Laurent d’Aumale, Anthony Decadi.

La pièce a remporté pas moins de cinq Molières, lors de la cérémonie de 2002 : Meilleure pièce de création, Meilleure adaptation, Meilleure mise en scène pour Jean-Jacques Zilbermann, Meilleur décorateur pour Stéphanie Jarre, Meilleure création de lumières, pour Jacques Rouveyrollis.

Rendez-Vous : un magnifique pari

Rendez-Vous est donc "seulement" l'adaptation française du musical She Loves Me. Bien que son titre rappelle celui du film de Lubitsch, il s'agit bien de la trame du musical de Broadway, dont le nom du personnage principal masculin (incarné par Kad Merad), a été modifié par rapport à la pièce de Miklos Laszlo (George Horvath devient Georg Nowack). Judith El Zein et Laurent Lafitte, qui sera également sur scène, cosignent l'adaptation du spectacle.

Pour le reste, la mise en scène est signée Jean-Luc Revol, dont c'est probablement le plus gros défi depuis le début de sa carrière. Il a signé en début d'année la mise en scène de Non, Je ne danse pas ! (avec déjà une certaine Magali Bonfils) et sera également aux commandes de La Nuit d'Elliot Fall au Vingtième Théâtre cet automne. Jean-Luc Revol a réuni pour Rendez-Vous l'équipe créative du Cabaret des hommes perdus, couronné de succès en 2006 avec notamment deux Molières en 2007 dont celui du Meilleur spectacle musical.

Armelle Ferron (Les Demoiselles de Rochefort ; Chicago au Casino de Paris) aura la lourde de tâche de faire oublier Rob Marshall par ses chorégraphies. Concernant la scénographie, Jean-Luc Revol retrouve Sabine Jacob, qui avait collaboré avec le metteur en scène sur de nombreux projets et par ailleurs sur Panique à bord, de Stéphane Laporte et Patrick Lavioasa en 2007. Egalement de la partie, Aurore Popineau a créé les costumes de Rendez-Vous. Cette équipe est complétée par Claudie Martin au son et Philippe Lacombe aux lumières, reconstituant ainsi l'équipe du Cabaret des hommes perdus au complet. Thierry Boulanger rejoint cette équipe de choc : il signe les arrangements et assurera la direction musicale du spectacle, avant de partir avec le metteur en scène sur La Nuit d'Elliot Fall, dont il a écrit la musique.

Si l'équipe technique est la même, il n'en est pas autant des interprètes, qui seront 15 à faire vivre cette histoire. Il s'agit d'un mélange subtil entre comédiens issus du théâtre traditionnel et des comédiens-chanteurs confirmés. Ainsi par exemple, Kad Merad, Laurent Lafitte et Pierre Santini sont des acteurs confirmés du cinéma et du théâtre et Magali Bonfils (Bonnie & Clyde ; Hair), Alyssa Landry (Les Misérables à Mogador ; Cats au Théâtre de Paris), Andy Cocq (Spamalot ;Les Nouvelles aventures de Robin des Bois) et Laure Balon (Cats au Théâtre de Paris ; Piaf, je t'aime) sont des interprètes réguliers de comédies musicales.

Une des interrogations principales sur ce spectacle est de savoir si Kad Merad a le niveau vocal pour assurer une telle performance. Même si l'acteur a déjà poussé la chansonnette dans le film Faubourg 36, de Christophe Barratier (qui mettra en scène Il était une fois... Joe Dassin au grand Rex à partir du 1er octobre prochain), le postier ch'ti le plus célèbre de France affirme avoir beaucoup travaillé pour être à la hauteur. Les vidéos des répétitions semblent confirmer cela, et il nous reste désormais à aller découvrir Rendez-Vous, qui a mis tous les atouts de son côté pour devenir une des plus belles comédies musicales à avoir jamais été montée en France.

Découvrez un avant-goût du spectacle proposé par le théâtre de Paris :

Dossier coréalisé par Benoit Tourné et Samuel Sebban


Rendez-vous, d’après le musical She Loves Me de Sheldon Harnick, Jerry Bock et Joe Masteroff

A partir du 14 septembre 2010 au Théâtre de Paris

Théâtre de Paris
15, rue Blanche
75009 PARIS

Mise en scène : Jean-Luc Revol ; Adaptation française : Laurent Lafitte et Judith El Zein ; Arrangements et Direction musicale : Thierry Boulanger ; Chorégraphies : Armelle Ferron ; Costumes : Aurore Popineau ; Décors : Sophie Jacob ; Lumières : Philippe Lacombe ; Son : Claudie Martin

Avec Kad Merad, Laurent Lafitte, Magali Bonfils, Pierre Santini, Paolo Domingo, Alyssa Landry, Andy Cocq, Jean-Michel Fournereau, Sofia Nait, François Beretta, Gregory Gonel, Lauri Lupi, Tiago Olivier Do Nascimento, Laure Balon, Melusine.

7 réponses

  1. Philippe
    Il s'agit de Laurent Lafitte et non de Franck. Oups...!
  2. Samuel Sebban
    Merci de l'avoir signalé, c'est corrigé ! Et merci pour cette lecture attentive !
  3. Philippe
    C'est toujours un plaisir de lire des articles aussi documentés qu'intéressants et bien écrits !
  4. Gio
    de la pièce de 2001 "La boutique au coin de la rue" ??? J'avais en effet vu ce spectacle et j'avais adoré!!! Samuel Labarthe était vraiment excellent et le décor sur plateau tournant était vraiment formidable. Je crois même que c'est ma plus belle pièce! Du coup, je suis allé voir Rendez-vous et là, les comédiens sont supers, les chansons trés bien, mais c'est un peu comme lorsque que l'on voit le film aprés avoir lu le livre : j'ai préféré l'original!
  5. Benoît Tourné
    A ma connaissance, il n'existe aucun support vidéo de cette pièce. J'ai juste trouvé le texte de la pièce, aux éditions Actes Sud.
  6. François
    Juste une petite correction; la Amalia du divin film est Margaret Sullavan ... Etrange comme la plupart des critiques (Pas vous!) semble oublier la pièce de 2001, qui n'avait reçu pas des commentaires aussi négatifs que cette version-ci! "Histoire kitch et désuette", "musique banale" etc ... Les temps sont bien au cynisme et à l'indifférence! Dommage pour ces critiques! Je n'ai pas encore vu cette version mais je sais déjà que le charme de l'oeuvre va me séduire! Ice cream!
  7. shuishui
    moi, j'ai vu le spectacle musical et j'ai A DO RE ! les comédiens et les musiciens se donnent à fond, et nous partageons leur plaisir malgré le peu de monde dans la salle. C'est un scandale, que des critiques si peu ouverts aient pu saboter le succès de ce spectacle. Courez-y, les costumes sont superbes : les robes de ces dames sont à tomber; la mise en scène est inventive. Nous étions qu'une cinquantaine dans la salle mais nous avons applaudi à tout rompre. J'y vais emmené un de mes fils et sa compagne : âge: petite trentaine, ils ont adoré. Bon, je vais m'acheter "The shop around the corner" avec James Stewart !

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.