En images : Les répétitions de “Roméo et Juliette” en tournée en Asie

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

Qui ne se souvient pas du succès du spectacle musical Roméo et Juliette de Gérard Presgurvic ? Après ses débuts en 2001 au Palais des Congrès de Paris, les Capulet et les Montaigu se sont affrontés dans le monde entier : Canada, Mexique, Angleterre, Suisse, Belgique, Hollande, Autriche, Hongrie, Roumanie et Russie. La troupe de comédiens français est également partie à Taïwan et en Corée du Sud en 2007 et 2009 et y a joué le spectacle dans sa langue d’origine. Et l'aventure continue ! Au mois d’octobre 2012, le spectacle est parti pour le Japon où il était attendu avec impatience par un grand nombre de fans, et était en Chine en ce mois de décembre.
Nous avons assisté pour vous à leurs dernières répétitions avant le départ pour cette tournée asiatique exceptionnelle qui s'achèvera à Shangai le 6 janvier 2013 : c'est pour nous (et pour vous) l'occasion de jeter un œil aux coulisses de cette comédie musicale et de revenir sur sur son histoire.

"N’écoutez pas ce qu’on vous raconte: l’amour, y’a que ça qui compte"

L’engouement mondial pour ce spectacle a de quoi fasciner : issu d’un drame shakespearien aux thèmes universels, il met en scène un riche tableau autour de la passion malheureuse de deux jeunes amants.


L’intrigue de la pièce d’origine ne se résume pas à une histoire d’amour contrariée, Gérard Presgurvic le montre bien dans son œuvre musicale. À Vérone, tous semblent avoir des rôles prédéfinis : Capulet et Montaigu se haïssent, sans que l’on sache pourquoi. La rivalité est comme ancrée dans leurs veines. Au milieu de cette guérilla permanente, tous les personnages sont en proie à une profonde solitude.

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

L'atmosphère de violence provoque la souffrance des mères et femmes, témoins impuissantes des déchirures d’un monde brutal où de mère en fille on passe de l’autorité d’un père à la tutelle d’un mari qu’on leur impose : une manière pour les auteurs (celui de la pièce originale et celui de son adaptation musicale) de dénoncer les mœurs d'une époque et d'une société. Lady Capulet, interprétée avec finesse par Stéphanie Rodrigue, le rappelle à sa fille Juliette (Joy EstherBelles, Belles, Belles ; Chante !) : "les femmes font depuis toujours ce que les hommes disent".

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

À travers le malheur de Juliette face à la résignation de sa mère, on aperçoit les reproches d’une jeunesse avide de bonheur face à un univers terre-à-terre d’adultes où l’on ne prend pas en compte l’essentiel. Si, à la création du spectacle, Lady Capulet présentait à sa fille le mariage d’une manière enjouée, la nouvelle version de "Tu dois te marier" est fatalement triste et plus proche de la réalité qui s’y joue. La nouvelle mise en scène, plus mature, transmet d’intenses émotions. Un jeu de miroir y est mis en place entre la mère et la fille, deux danseuses reproduisent leur gestuelle en alternance avec des chorégraphies plus élaborées dans lesquelles tout a un sens : la danseuse symbolisant la mère reste droite, inflexible intermédiaire de l’autorité paternel, tandis que le double de Juliette exprime sa douleur.

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie


Quand au jeune Roméo, interprété désormais par Cyril Niccolai (Autant en emporte le vent ; Notre-Dame de Paris), il est en quête d’absolu. Personnage mélancolique, il sait que ses jours sont comptés, que le temps passe et qu’il ne se sera pas éternellement jeune. L'interprète offre un souffle nouveau de candeur et de sincérité au personnage : il est ravissant dans ce grand rôle émouvant et tragique.



En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

Le public asiatique appréciera également Gwladys Fraioli dans le rôle de la nourrice qui, passée de doublure à titulaire du rôle, nous propose une interprétation passionnée. On ne peut qu’être touché par la peine de celle qui aime Juliette "comme une mère" et est la seule à qui l’enfant peut se confier.
D’autres personnages ont aussi changé d’interprètes pour cette tournée en Asie : Stéphane Neville (Cendrillon ; Le Petit Prince) est entré dans la troupe dans le rôle de Benvolio, l’enfant de la rue qui "devient orphelin" selon ses propres mots quand il perd ses amis Mercutio (John Eyzen) et Roméo. Sa belle voix et son charme incontestable font de lui un personnage très sensible et attachant.



En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

Si certains arrivent tout juste dans la troupe, Sébastien Chato est quant à lui de retour ! Reprenant le rôle du Comte Capulet qu’il tenait en 2001, il en offre une interprétation plus forte et autoritaire. Dans la nouvelle mise en scène – celle des tournées précédentes en Asie qui était de retour à Paris en 2010 – une dispute entre Tybalt et le Comte a été ajoutée lors de la scène du bal. Un passage théâtrale qui fait directement référence au texte de la pièce originale et en dévoile d'avantage sur les caractères des deux personnages : le Comte s'agace des discordes entre les jeunes gens de Vérone et a le dessus sur un Tybalt tourmenté et désespérément attaché à la maison du Comte.

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie


L’élan d’amour partagé d’un Capulet envers un Montaigu bouleverse l’ordre établi : si l’on peut s’aimer alors que nos familles sont ennemies, c’est que cette haine est apaisable. Et c’est frère Laurent (Frédéric Charter) qui, ayant pressenti cela, va être amené à remettre en question ses propres convictions. Voulant réconcilier par un mariage les deux familles, il procède à l’union d’un amour qui conduira les deux enfants à la mort, et à l'effondrement tout ce en quoi il croit.



En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

Devant la réconciliation des deux familles meurtries par la perte de leurs enfants, le Prince (Stéphane MétroLes Misérables ; 1939), se fond dans la masse d’un peuple désemparé. S‘il ouvre et structure l’action tout le long du spectacle, il finit par s’effacer pudiquement, réalisant qu'il n’a pas tous les pouvoirs.



En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

C’est une version plus adulte que la troupe propose au public asiatique. Que l’on aime ou pas cette direction, des décors grandioses ont remplacés l’univers sobre et épuré de la version d’origine. Dans cette nouvelle mise en scène (conçue de façon collective, d'après une idée originale de Redha, et chorégraphiée par Carl Portal), l’histoire commence comme l’ouverture d’un conte où les étoiles éclatantes d’un ciel sans lune brillent au dessus des remparts où l’on voit gracieusement évoluer la Mort.

 

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

Les artistes précédemment cités sont rejoints par treize nouveaux danseurs ainsi que deux nouvelles doublures : Candice Parise (Notre Dame de Paris ; Hair) qui doublera Juliette, et Christophe Borie (Anne ; 1939 ; La Revanche d’une Blonde) qui remplacera Frère Laurent, le comte Capulet et le Prince.

En images : les répétitions de "Roméo et Juliette" en tournée en Asie

Énergie nouvelle et dynamisme sont au rendez-vous pour ce retour en Asie que jalousent les fans français de Roméo et Juliette. Si bien peu d’entre eux auront eu la possibilité d'aller jusqu'en Chine ou au Japon pour redécouvrir le spectacle, ils et elles pourront se consoler avec l'album et le DVD de la nouvelle version du spectacle sortis en 2011.

Crédit photos : Julien Vachon pour www.romeoetjuliette.eu

3 réponses

  1. Lewis17
    Je ne comprends pas bien, vous descendiez ce spectacle lors de son revival à Paris il y a trois ans et maintenant, vous le couvrez d'éloges ? Pourtant rien n'a changé (si ce n'est certains interprètes), le spectacle est, pour ainsi dire, le même ... étrange, non ?
  2. Julien
    L'article posté lors de la première presse était écrit sur le vif. L'équipe s'était même excusé je crois à ce sujet. Après il faut savoir qu'un avis est souvent subjectif. Bien qu'en général on essai de rester le plus objectif dans nos propos.
  3. Baptiste Delval
    Bonsoir Lewis ! Merci pour votre commentaire. La différence fondamentale entre les deux articles tient en une unique explication : les auteurs n'en sont pas les mêmes. L'article d'il y a trois ans était plus un billet d'humeur maladroit (mais dont j'assume toujours la responsabilité en dépit de sa malhonnêteté évidente :), celui d'aujourd'hui un compte-rendu accompagné d'une analyse proposée par notre chroniqueuse Mathilde, qui connaît bien les différentes versions du spectacle. Les avis n'engagent que leurs auteurs respectifs, tout comme nos critiques pourraient être très différentes selon qu'elles sont écrites par l'un-e ou l'autre d'entre nous. Il ne faut en tout cas pas voir une critique du spectacle dans ce dossier en images, bien que l'avis exprimé soit celui d'une chroniqueuse enthousiaste.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.