Off West End : le point sur les nouveautés estivales

Alors que le mois de juin a vu l'ouverture à Londres de trois musicals à grands budgets (Shrek, Lend Me A Tenor et Ghost, les deux derniers étant des créations), l'activité de l'off West End est plus que jamais florissante. Plusieurs productions sont à ne pas manquer...

Baby, musique de David Shire et paroles de Richard Maltby, Jr., fut créé à Broadway et nominé aux Tony Awards, le musical dans lequel débuta Liz Callaway, se joue jusqu'au 9 juillet au Baron Court Theatre, West Kensington.

The Roar of The Greasepaint: The Smell of The Crowd au Finborough Theatre à Earlscourt, jusqu'au 2 juillet, est une satire allégorique du système de classe britannique, écrite par Anthony Newly et Leslie Bricusse, qui écrira plus tard le livret de Jekyll and Hyde (musique de Frank Wildhorn).
Bien que la partition contienne une liste impressionnante de tubes, dont le célèbre "Feeling Good", repris par les artistes aussi célèbres que Nina Simone, Muse et Michael Bublé, ou encore, "Who Can I Turn To?", immortalisé par Sammy Davis, Jr., elle n'avait jamais encore atteint le West End depuis sa création en 1965. Le spectacle avait été directemment produit à Broadway en 1976 par le légendaire David Mereck.
Étrange parcours pour ce musical typiquement anglais qui a dû attendre un demi-siècle pour être produit sur une scène londonienne !

Above The Stag, petit théâtre au-dessus d'un pub célèbre, près de la gare Victoria, nous offre jusqu'au 3 juillet Blink Again!, mis en scène et chorégraphié par Tim McArthur. Il s'agit d'un catalogue de petits bijoux musicaux perdus dans des musicals oubliés qui auraient eu le potentiel de devenir des standards si les shows dont ils faisaient partis avaient étés des succès.

Quant au maintenant prestigieux Landor Theatre à Clapham North, il nous propose cet été une version intimiste d'un grand classique de Broadway, initiallement prévu pour la saison d'automne du Châtelet : Carousel de Rodgers et Hammerstein. Réinventé par le metteur en scène Hughes Evans comme un drame d'après-guerre, le musical explore les conséquences de l'amour passionnel, de la corruption et de la rédemption.

Sans oublier la première européenne de la dernière œuvre de Stephen Sondheim, Roadshow, au Menier Chocolate Factory du 24 juin au 17 septembre. On ne présente plus ce théâtre : il fut le berceau des revivals à Broadway de Sunday In Park With George, A Little Night Music et La Cage aux Folles. Une conférence en présence de Sondheim et du metteur en scène John Doyle fut donnée en ce même théâtre le 25 juin.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.