Jean-Paul Farré revient jusqu’à fin juin dans “Les Douze Pianos d’Hercule”, un spectacle à ne pas rater !

Jean-Paul Farré revient jusqu’à fin juin dans "Les Douze Pianos d'Hercule", un spectacle à ne pas rater ! Molière mérité du meilleur spectacle musical 2010 pour ses Douze pianos d’Hercule, Jean-Paul Farré revient tous les soirs à 19h30 au théâtre du petit Hébertot pour nous divertir grâce à sa très grande originalité alliant piano et humour (parfois dans un très grand délire !).

Né rue du théâtre - ça ne s’invente pas (mais c’était peut être un signe) - Jean-Paul Farré joue avec son piano pour réaliser des "spectacles en solitaire…" comme il les définit lui-même.

Il alterne entre ses propres créations artistiques burlesques et des rôles de comédien dirigé au cinéma (notamment par Bertrand Blier, Jean-Pierre Mocky, Nina Companeez, Bertrand Tavernier et Claude Zidi), et au théâtre (par Jean-Luc Moreau, Jean-Michel Ribes). La palette est vaste, tout comme l’étendue de son talent.

Le Metteur en scène Jean-Claude Cotillard (qui a monté la compagnie qui porte son nom) trop curieux de pénétrer dans l’antre du trublion, accepte sans hésiter de diriger Jean-Paul Farré dans son dernier spectacle, Les Douze pianos d’Hercule, joué d’abord au festival d’Avignon en 2008 et en tournée en 2009.

Jean-Claude Cotillard dose les gags tout en laissant à Jean-Paul Farré donner libre court à son imagination (certainement sans limite !).

Jean-Paul Farré : un pianiste comme les autres !

Un spectacle des plus divertissants et vraiment original

Dès la première phrase (en voix off) le ton est donné : "on me demande souvent quand j’ai commencé le piano, jamais quand j’arrêterai".

Puis arrive Jean-Paul Farré (en queue de pie) qui se retrouve devant un piano fermé à clé, et qui, une fois ouvert va lui réserver bien des surprises. Beaucoup de jeux de mots et d’accessoires viennent divertir les spectateurs avant que nous entrions dans le vif du sujet : la première révolution musicale avec Frédéric Pincho. Jean-Paul Farré entame "l’opus 1 et dernier" de ce compositeur puis va décortiquer - tel un musicologue chevronné - cette œuvre pour la plus originale (dans tous les sens du terme).
Il nous raconte comment cette œuvre a été créée. C’est un pure délire d’imagination, mais tellement bien raconté et ponctué par des notes de piano que l’on reste suspendu aux lèvres de notre pianiste conteur. Viendront ensuite les autres révolutions du piano (dont celle de Bernadette qui a eu une vision et pour laquelle J-P Farré va nouer ses longs cheveux blancs afin de lui ressembler).

Puis nous entendons en première audition mondiale Giboulée II, double séquence en deux temps trois mouvements clin d’œil à la musique contemporaine qui use de tous les objets (scie sauteuse, balles de ping-pong….) pour se démarquer de ce qui a été déjà fait par d’autres dans le passé.
La dernière partie du spectacle laissera la salle entonner les notes de la mélodie répétitive interprétée par notre pianiste favori.
 
Le temps file très vite durant ce spectacle où les gags visuels se succèdent sans surcharger l’ensemble. Ce sont un peu comme des ponctuations, des silences, qui viennent enjoliver le tout.
Ce Molière du meilleur spectacle musical 2010 est grandement mérité et nous ne pouvons que vous encourager à rapidement aller au petit Hébertot pour le voir (dernière le 27 juin).
C’est drôle, original, subtil et… musical !
 
Pour en savoir encore plus sur Jean-Paul Farré, sachez que deux livres lui ont été consacrés :

Le monde burlesque d’un homme de théâtre, de Colette Derigny aux éditions L’Harmattan - (2008) - Photos Didier Pallagès.
Clown et comédien du même auteur aux éditions Pierre Lherminier - (1986) - Photos Nicolas Treatt.
 

Théâtre du petit Hébertot
78 bis, bd des Batignolles
75017 PARIS
 
Jusqu'au 27 juin du Mardi au Samedi à 19h30 et Dimanche à 15h00
Tarif : 20€
Location : 01 55 63 96 06
www.petithebertot.fr

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.