“Et si Didier Super était la réincarnation du Christ ?” à La Bellevilloise à partir du 2 novembre

"Et si Didier Super était la réincarnation du Christ ?" à La bellevilloise à partir du 2 novembreDans sa note d’intention, Didier Super, alias Olivier Haudegond, annonce la couleur : "Cette création va essayer de montrer comment chaque être humain, juste en fonction du contexte où il se trouve (terroriste, milliardaire, marchand de bonbons…) et tout en essayant d’agir pour le mieux, est susceptible de faire chier". Et tout ça, sous forme de comédie musicale !

Suite à une chute en vélo acrobatique en entrée de scène, Didier Super perd totalement confiance en lui et en particulier perd la "Haine". Dans sa quête pour la retrouver, le chanteur engagé va chercher les coupables de ce monde qui va si mal et rencontrer un certain nombre de personnages hauts en couleur. Face à ces situations, Didier Super n’éprouvera que compassion, compréhension voire même de l’amour… Et si Didier Super était la réincarnation du Christ ?

Même si nous n’avons pas encore pu voir l’homme à l’œuvre, la lecture de la revue de presse et son apparition au Grand Journal de Canal+ le 25 octobre dernier ont tendance à mettre en garde le public non averti. Entre Desproges et Borat, Didier Super peut ravir ou dégoûter le public, selon la tolérance de ce dernier au 18ème degré d’un personnage qui a laissé au vestiaire la peur de choquer. L’objectif est de taper là où ça fait mal et de dépasser les bornes sur tous les sujets tabous.

Après un album en 2005, que Télérama a qualifié de "plus mauvais disque du monde et de tous les temps", Olivier Haudegond reprend son personnage atypique sur scène en associant théâtre de rue, vélo acrobatique et chansons. Non sans once de perplexité, on attend de voir le résultat en comédie musicale.


Et si Didier Super était la réincarnation du Christ ?, d'Olivier Haudegond

du 2 au 13 novembre 2010 à 20 h

La Bellevilloise
21 rue boyer
75020 Paris

Vélo acrobatique (BMX) : Olivier Haudegond et Jérôme Jolicart ; Chant : Cécile Dallier ; Mise en scène : Juliette Marre ; Son : Joan Seconda ; Batterie et guitare : Simon Tylski ; Lumières : Arnaud Valley .

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.