“Encore un tour de pédalos” d’Alain Marcel au théâtre du Rond-Point du 23 novembre au 31 décembre

Encore un tour de pédalos au théâtre au Rond-PointNous vous l’avions annoncé dans la programmation du Théâtre du Rond-point : plus de trente ans après Essayez donc nos pédalos, Alain Marcel, auteur et metteur en scène de L’Opéra de Sarah (Molière du meilleur spectacle musical 2009), monte Encore un tour de pédalos au Théâtre du Rond-Point à partir du 23 novembre.

Un projet de longue haleine

En 1978 Alain Marcel crée en quelques minutes une chanson baptisée "Nous les tantes", dans le but d’amuser ses amis. Un an plus tard, il monte au festival Off d’Avignon un divertissement originellement destiné au café-théâtre, Essayez donc nos pédalos. Ce spectacle est une galerie de portraits déjantée d’homosexuels. Le spectacle s’est joué partout de Paris à Québec, en passant par la Suisse et la Belgique Il a été même adapté en anglais par Mort Shuman, sous le titre Gay Paree et joué à Broadway.

Depuis les dernières représentations, on ne cesse de demander à Alain Marcel, s’il remontera "les pédalos", ce qu'il refuse. Dix ans après la création, on lui propose d’interpréter les chansons du spectacle dans un cabaret au profit de l’association AIDES (association de lutte contre le Sida). Il accepte et créé deux nouvelles chansons pour l’occasion qui traitent de ce fléau. Le triomphe qu’il fait ce soir-là, lui donne envie de refaire naître cette pièce. Vingt ans plus tard, sa décision est prise : plutôt que de reprendre ce succès, il en créé un nouveau et présente Encore un tour de pédalos, sous-titré "je hais les gais", comme un cabaret éclaté qui "tire à vue sur les nouveaux moralisateurs, les amalgames honteux et l’homophobie latente". 

Pour ce spectacle le metteur en scène a choisi de s’entourer Yoni Amar (Hair ; Un violon sur le toit ; Merlin l’enchanteur), Philippe d’Avilla (Hair ; Roméo et Juliette), Steeve Brudey et Djamel Mehnane (Grease ; Open Bed). Ils seront accompagnés par Stan Cramer (assistant directeur Musical sur Zorro et Cabaret) au piano qui signe également les arrangements.

Alain Marcel : un pionnier du théâtre musical français

Ce spectacle est très attendu du fait de la renommée d'Alain Marcel, au parcours déjà bien rempli. Il a réalisé sa première mise en scène en 1975, alors qu’il était encore élève au conservatoire de Paris. Il a, entre autres, adapté trois comédies musicales américaines, à savoir La Petite Boutique des horreurs, Peter Pan et Kiss Me, Kate qui lui ont valu de réunir six nominations aux Victoires de la musique et aux Molières.

De plus il importe et met en scène, La Cage aux folles, le musical de Jerry Hermann au théâtre Mogador. En 2004 il créé un nouveau spectacle musical, Le Paris d’Aziz et Mamadou qui se joue à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille. Enfin en 2009, l’Opéra de Sarah lui vaut le Molière du spectacle musical, la même année.

Avec autant de talent réunis dans une seule pièce, gageons que les amateurs du genre, prennent place à bord de ces pédalos. Hypothèse semblant se confirmer sur le site du théâtre ; en effet, les dates de la première semaine ne sont plus disponibles à la vente. Le début d'une longue promenade ? (en pédalo, évidemment...)


Encore un tour de pédalos, d'Alain Marcel

Du 23 novembre au 31 décembre à 21h.

Théâtre du Rond-point
2 bis, avenue Franklin D. Roosevelt
75008 Paris

Au Théâtre Marigny à partir du 18 janvier.

Mise en scène : Alain Marcel ; Arrangements et piano : Stan Cramer.

Avec Yoni Amar, Philippe d'Avilla, Steeve Brudey, Djamel Mehnane.

1 réponse

  1. La Cage aux Folles et les Frères Jacques repasseront… Dans cette nouvelle pièce musicale sans concession d’Alain Marcel les artistes chantent l’homo condamné, comme sur les fiottes honteuses d’une bourgeoisie has been. Chansons grotesques et amusantes, chorégraphies synchrones et furieuses fustigent ou exaltent le monde gay. J’ai eu beaucoup de plaisir à prendre ces photos, grâce à mon lumbago je dois dire. C’était comme si j’avais un essaim de guêpes dans les lombaires. J’avais le train d’arrière qui se désagrégeait sur le strapontin ! Le metteur en scène semblait fort aise de voir sa pièce photographiée et nous simplifia la tache en ralentissant certaines scènes pour la pose des acteurs. L’enthousiasme régnant, je lui demandais l’autorisation de me déplacer autour de la scène et ce dernier me donna aimablement le feu vert. Debout, je me sentais enfin mieux, je me joignais aux acteurs/danseurs, trop heureux de sortir de mon confinement parmi les autres photographes assis. Les photos sont visibles sur : http://sergebouvet.com/2010/11/encore-un-tour-de-pedalos/

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.