Interview: Marie Facundo et Laurent Paolini vous disent “Salut les Copains”

Interview : Marie Facundo et Laurent Paolini dans Salut Les CopainsAprès un an et demi d'absence, Salut les Copains revient sur la scène des Folies Bergère avant d'entamer une tournée des théâtres en France. Déjà présents lors de la création, en 2012, Marie Facundo (Hairspray) et Laurent Paolini (Spamalot) reprennent leurs rôles. À l'occasion du shooting des photos promotionnelles, nous avons pu les rencontrer pour évoquer le spectacle ainsi que leurs projets parallèles.

Musical Avenue : Ça vous fait quoi de revenir aux Folies Bergère après plus d'un an d'absence ?

Marie Facundo : Ça fait plaisir ! C’est tellement prestigieux comme lieu, les Folies Bergère... On a de la chance d’être là.

Laurent Paolini : Ça fait plaisir de retrouver le spectacle. Il y a des modifications de distribution du coup.

M.F. On nous en pique pour Love Circus !

L.P. Mais ils ont décidés de garder les meilleurs dans Salut Les Copains !

M.F. Laurent et moi on est dans Le Placard en ce moment, une pièce de Francis Weber avec Elie Semoun. On part en tournée au mois de janvier (2015 ndlr), donc il n’y avait pas de disponibilité pour faire Love Circus.

L.P. Ce qui est bien c’est que, du coup on peut profiter de refaire Salut Les Copains jusqu’en décembre pour ensuite partir en tournée avec Le Placard.
 
Musical Avenue : Et vous auriez aimé faire partie de Love Circus, si ça n’avait pas été un problème de planning ?

M.F. Oui ! Après comme on ne connait pas le livret, je ne peux pas dire comme ça si j’aurais aimé, étant donné que je ne sais pas quel rôle j’aurais fait. Stéphane (Jarny, ndlr) est garant de spectacles toujours très beaux, il a un univers à chaque fois très marqué et généralement, il y a de belles chansons. Donc je lui aurais fait confiance les yeux fermés. Mais c’est pas comme quand on te dit : "Est-ce que tu aimerais jouer dans Les Misérables, tel rôle?". Là tu sais à quoi tu t’identifies.

L.P. Et il y aura du cirque, et j’aime beaucoup le cirque.

M.F. Laurent fait beaucoup d’acrobaties.

L.P. "Beaucoup"!!! Je fais ce que je peux !

M.F. A chaque fois qu’il arrive au théâtre il dit " Je reviens de mon cours d’accro…" [rires]
L.P.
C’est vrai que j’aime bien l’univers du cirque, il y a de la musique, et ça sera au Folies Bergère.

M.F. Ça s’y prête parfaitement.

L.P. Et puis y a une équipe de lâcheurs. [rires]
M.F.
Les copains quoi ! On va se faire un plaisir de venir les voir. J’aurai aimé faire le Love Circus, mais ça tombe bien comme ça car je suis très contente de refaire Salut Les Copains.

Musical Avenue : Même si le casting a un peu changé ?

M.F. C’est stimulant !

L.P. Ça apporte un peu de nouveauté, de nouvelles rencontres. C’est un peu une "re-création". Bon on est un peu tristounes aussi.

M.F. Tout à l’heure pour la photo, ça m'a fait un petit pincement, parce que c’est là que tu réalises vraiment que c’est vrai, ils ne sont plus là (Alexandre Faitrouni, Fanny Fourquez, Vincent Heden sont sur Love Circus. Flo Malley prépare un album solo, ndlr). Je suis super contente de la nouvelle troupe. Je forme un duo avec le personnage de Pierre, et c’est Zacharie Saal, vous l’avez vu surement dans Frankenstein Junior,  qui le reprend, et je suis très très contente, je vais bien m’amuser, il est super.

Musical Avenue : Ça redynamise un petit peu le spectacle ?

M.F. Oui, c’est stimulant. Ce sont des gens qui vont jouer différemment, donc forcément ça va être stimulant pour nous. Ça va nous changer, on va devoir s’adapter à d’autres personnes.

L.P. On va modifier notre jeu aussi en fonction de ça.

M.F. Quand on a fait la photo de groupe, ça a tout de suite bien matché, c’était cool, il y avait une bonne énergie, tout le monde était content d’être là. Salut Les Copains c’est un beau spectacle donc faut se réjouir de le faire.

L.P. C’est vrai qu’on parlait dans le spectacle, d’une vraie cohésion de groupe, de troupe. On espère que ce sera au moins aussi bien. En tout cas, le spectacle est solide, les musiques , les arrangements et l’histoire sont bien.

M.F.
Et nous on va tout faire pour que ça se passe bien.

M.A. Dans les "petits nouveaux", il y en a un/une avec qui vous vous êtes dit " Super, j'ai très envie de travailler avec lui/elle" ?

L.P. J'avais vu Zacharie dans Frankenstein Junior, je l'avais trouvé super !

M.F. Oui moi aussi. J'ai été vraiment stimulée par Zacharie pendant les auditions ! Je suis passée avec plusieurs "Pierre" potentiels, et quand on est passés ensemble, je me suis dit " si c'est lui ça va être cool". J'ai eu un petit coup de coeur.

L.P. Les autres je les connais moins.

M.F. Calypso (Llop, ndlr) , je l'avais vue sur scène en tant que doublure sur D.I.S.C.O et je l'avais trouvé super, fraiche, belle... Je peux pas dire que j'ai toujours revé de travailler avec elle car elle débute, elle a 18 ans, je ne la connais pas encore très bien. Et puis, Nuno (Resende, ndlr) c'est un super chanteur, je me dis qu'il ne peut qu'apporter quelque chose à ce spectacle. On est plutôt contents des gens qui ont été choisis.

L.P. Il en manque un pour l'instant.

M.F. Oui, le rôle de Michel. On est très triste que Flo Malley nous quitte, mais il va sortir à priori son album, donc on est super contents pour lui. C'est vrai que vocalement c'est une sacré perte. Et pas que vocalement d'ailleurs, c'est quelqu'un de super, c'est un ami. D'ailleurs ils galèrent à trouver quelqu'un pour le remplacer. C'est un peu compliqué, mais on ne desespère pas qu'ils trouvent quelqu'un de bien.

Musical Avenue :
Donc il a encore un poste vacant, il y a des appels pour casting?

L.P. Il y en a un qui est sur le coup, mais c'est pas sûr à 100%. 

M.F. Je crois qu'ils voient encore quelqu'un bientôt.

Musical Avenue : Et il y a quelqu'un que vous verriez dans ce rôle là, à part Flo Malley ?

M.F. Franchement c'est compliqué! Evidemment, Stéphane nous a demandé notre avis, si on connaissait quelqu'un. C'est pas évident. (Depuis cet entretien, la production a annoncé le nom de Louis Gaston pour interpréter le rôle de Michel, ndlr)

Musical Avenue : En dehors de la troupe qui change un peu, est-ce que le spectacle subira quelques modifications ?

M.F. Oui, de petites modifications. On fait une quarantaine de dates de tournée dans des théâtres. On a évité les Zéniths, tant mieux. Le poste (de radio, élément du décor, ndlr)  qui tournait va rester fixe. Dans les villes, les théâtres ne peuvent pas non plus accueillir d’aussi gros décors. Le magazine au deuxième acte qui changeait les décors, ne sera plus là. Sinon tout le reste est là.

L.P. Un petit peu le décor, des modifications techniques, mais sinon le livret reste le même. Ça ne va pas être fondamentalement différent.

Musical Avenue : Quelle est la différence entre jouer ce spectacle ici aux Folies Bergère et dans les Zéniths ?

L.P. Je pensais que ça changerait plus de choses, je n'avais jamais joué dans des Zéniths. J’imaginais qu’on n’allait pas sentir le public, qu’il serait loin. Et puis finalement, les gens l’ont très bien reçu. Ils sont plus loin, et en même temps ils sont quatre mille, donc au final on les sent quand même bien présents.

M.F. Ce qui change, c’est l’âme du lieu. C’est-à-dire que quand tu rentres dans les Folies Bergère, ou dans un théâtre, c’est sûr qu’il y a plus d’âme que dans un Zéntih. Les Zéniths sont en dehors de la ville, donc une fois que tu es entré, tu ne ressors plus, parce que c’est dans une zone industrielle. C’est juste ça qui change, il y a un côté plus froid... Après le spectacle n’a pas perdu, et le public de province est super chaleureux.

L.P. C’était plein tout le temps, c’est toujours agréable !

M.F. Et donc là, ça va être super, on n’a pas fait de tournée de théâtres avec Salut Les Copains, et on va pouvoir aller vraiment au cœur des villes, dans les théâtres. Je suis super impatiente, je pense que ça va être super bien.

Musical avenue : Ce ne sera peut-être pas la même population entre les Zéniths et les théâtres de villes ?

M.F. En quantité, ça ne sera pas très différent des Folies Bergère.

L.P. C’est beaucoup des gens d’abord de la génération de nos parents. Mais c’est vrai qu’aux Folies Bergère on a vu la population changer, comme on est resté longtemps au même endroit. Donc en premier lieu, c’était les personnes qui avaient vécu cette époque et puis, avec le bouche à oreille, le public rajeunissait de plus en plus. Maintenant, on ne fait qu’une ou deux dates dans les villes.

M.F. C’est vrai que les jeunes nous ont beaucoup dit qu’ils pensaient que ça allait être trop ringard, et en fait ils se sont éclatés. Donc ça c’est cool !

L.P. Le spectacle raconte aussi l’histoire de jeunes gens, donc finalement on se retrouve avec les mêmes problématiques, il y a cinquante ans qu’aujourd’hui... Pas tout à fait les mêmes, mais les histoires d’amour, de copinages, de trahisons ne sont pas l’apanage des années cinquante.

Musical Avenue : Pour finir, pouvez nous en dire un peu plus sur la pièce de théâtre Le Placard (pièce non musicale, ndlr)? 

M.F. Oui! C'était un film, réalisé par Francis Veber, qu'il a adapté pour la première fois au théâtre. On joue au Théâtre des Nouveautés jusqu'au 30 juin, avec Elie Semoun, Laurent Gamelon, François Levantal, Zoe Felix et Philippe Magnant. Laurent (Paolini, ndlr) a un peu le rôle d'un serpent.

L.P. C'est un rôle qui, finalement, ressemble un petit peu à celui que j'ai dans Salut Les Copains.

M.F. Un peu manipulateur.

L.P. Je suis le directeur commercial d'une entreprise.

M.F. C'est l'histoire de François Pignon, qui se fait virer de sa boîte, pour compression de personnel. C'est le mec, dont tout le monde s'en fout. Il a divorcé, il voit plus trop son fils et il est vraiment mal en point. Et son voisin lui dit : "Faites vous passer pour un homosexuel, on vous virera pas."

L.P. C'est une boîte qui fabrique des préservatifs, et le voisin dit : "si jamais les gens comprennent que vous êtes homosexuel, et que vous avez été viré, on peut éventuellement accuser votre patron d'homophobie. Prouvez que vous êtes homosexuel, comme ça ils seront coincés et ils devront vous garder."

M.F.
Dans la boîte, il y a le gros beauf, qui est l'hétéro de base dans toute sa splendeur, pour lui les gays sont des antiquaires et des coiffeurs. Et lui (François Pignon, ndlr) il va tout faire pour l'adoucir un peu, le rendre moins con. Moi je suis la petite secrétaire qui s'emmerde dans sa boîte, et d'un seul coup, son collègue devient homosexuel, et elle est très contente, elle en était sûre!

L.P. Il y a des ragots qui circulent.

M.F.
On reçoit dans la boîte une photo de lui, cul-nu, habillé en Latex, et elle est surexcitée.

L.P. On est une bonne équipe.

M.F. Venez nous voir !

L.P. J'étais aussi dans Spamalot, je ne sais pas si vous l'avez vu. C'est un beau spectacle.

M.F. On a de la chance, on bosse bien. On a de beaux projets.

Un immense merci à Marie Facundo et Laurent Paolini pour leur gentillesse et leur disponibilité.
Crédits photo : Bruno Barbazan 


Salut les copains, de Pascal Forneri, Agnès Boury et Stéphane Laporte

Aux Folies Bergère, Paris 9e
Du 2 au 12 octobre 2014

Réservations au théâtre et dans les points de ventes habituels.

Et le 31 octobre 2014 à Biarritz, le 1 novembre 2014 à Toulouse, le 6 novembre 2014 à Sausheim, le 8 novembre 2014 à Evry, le 15 novembre 2014 à Antibes, le 27 novembre 2014 à Lyon, le 28 novembre 2014 à Morges (Suisse), le 5 décembre 2014 à Nantes.

Mise en scène: Stéphane Jarny

Avec: Gregory Deck, Anaïs Delva, Marie Facundo, Calypso Llop, Louis gaston, Laurent Paolini, Nuno Resende et Zacharie Zaal.

0 réponses

  1. […] des planches (Love Circus ; Sister Act ; D.I.S.C.O) tout comme Marie Facundo (Hairspray ; Salut les Copains). Juliette Faucon en revanche prépare un album folk, développe concepts TV et applications tout […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.