“Yolanda, le premier jour” à la Folie Théâtre à Paris

"Yolanda, le premier jour" à la Folie ThéâtreLe petit théâtre de la La Folie théâtre, bien connu pour sa programmation éclectique et en dehors des sentiers battus, risque bien encore une fois de nous étonner et peut-être même de nous déranger, en programmant Yolanda, le premier jour "seul en scène musical" composé de chansons de Dalida.

 
C’est d’un article paru dans Le Nouvel Observateur sur un tueur que part l’idée du spectacle. Olivier Pochon,l’auteur et interprète unique, construit un personnage en se basant sur quelques éléments de la personnalité du tueur (sa passion pour Dalida, son goût pour le travestissement, la relation avec son père militaire) et en omettant tous les aspects psychologiques. 
 
Sur scène, il sera donc un prisonnier vivant son dernier jour d’incarcération. En rassemblant ses affaires, il tire le bilan des 19 ans d’emprisonnement et de sa vie d’avant. Ce bilan permet d’envisager sa future vie sous un nouveau jour. En sortant de prison, il sera Yolanda (véritable prénom de Dalida, ndlr). 
 
Le récit est illustré par des extraits de chansons de Dalida, qui permettent au héros de s’extérioriser, de danser et donner ainsi plus de force à son propos. "Le premier jour" fait référence au "sixième jour", dernier film et titre de chanson de l’interprète. 
 
Nul doute que les fans de la chanteuse, toujours nombreux, devraient être intrigués par cette ré-interprétation des tubes de leur idole et par leur adaptation à cette histoire. Ces succès pourraient y dévoiler un sens nouveau...
 

Yolanda, le premier jour de Olivier Pochon
Chansons de Dalida

Tous les vendredis et samedis à 19h30 jusqu’au 28 février 

A la Folie Théâtre 
6 rue de la Folie Méricourt 
75011 Paris 

Mise en scène : Marc-Antoine Allory ; Pianiste : Marie-Laure Chanet. 

Avec Olivier Pochon. 

 

1 réponse

  1. J'ai assister à une représentation de cette pièce en début d'année. C'était une très belle découverte, je la conseille à tous!
  2. […] Déjà présentée dans cette salle en 2014, Yolanda – Le premier jour est de ces pièces de théâtre fines dont le texte ciselé nous captive avec intelligence. On se laisse happer par la narration de cet étrange garçon sensible et gracile, qui n'envisage sa vie que telle un grand spectacle dansé. Pour cet esprit torturé, les applaudissements du public à l'annonce de sa condamnation sont comme les standing ovations que recevaient son idole adorée. À la mort de celle-ci, les paillettes de sa Dali ont laissé place à une envie morbide de faire scintiller le monde en y mettant littéralement le feu. La rencontre de ces deux thèmes (les éclats de la scène et la pyromanie) trouve écho dans une mise en scène sobre mais pas moins ingénieuse, qui passe avec brio de l'un à l'autre, comme lorsque le crépitement du feu et les cris d'effrois se transforment en applaudissements et hurlements de groupies. […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.