“La fabuleuse histoire des comédies musicales” ce soir sur W9

Mardi 14 avril en première partie de soirée à partir de 20H50, la chaîne W9 diffusera une émission intitulée "La fabuleuse histoire des comédies musicales".

Depuis presque maintenant vingt ans, les comédies musicales ont pris d’assaut les scènes les plus prestigieuses de Paris et de province. Notre Dame de Paris, Les dix commandements, Mozart : l'opéra Rock, 1789 : les Amants de la Bastille ou encore Starmania, Robin des Bois, Roméo et Juliette, Le Roi Soleil... On ne compte plus les succès commerciaux des comédies musicales, véritables machines à tubes pour un public très souvent adolescent.

Souvent mis au second rang par rapport aux comédies musicales anglo-saxonnes de Broadway et du West End, il est tout de même indéniable que le genre est en train de faire sa place sur les planches françaises, développant ses propres codes, son propre business model et améliorant sans cesse la qualité de son contenu artistique. La diffusion d’une émission-évènement spécialisée en prime time sur une chaîne à fort taux d’audience est un très bon signe de la confirmation de la comédie musicale en véritable nouveau divertissement populaire français. L’émission reviendra notamment, à travers des anecdotes racontées par divers personnalités et moments musicaux, sur ce genre devenu révélateur de talents, sur les succès des dernières comédies musicales mais aussi les échecs et les difficultés de l’industrie.


"La fabuleuse histoire des comédies musicales"

Mardi 14 avril 20H50

W9

5 réponses

  1. Clem
    "améliorant sans cesse la qualité de son contenu artistique" ... et sinon on discute de la qualité du jeu d'acteur dans ces comédies musicales ? La dramaturgie est complètement laissée de côté, et la direction d'acteurs semble se limiter à une diction compréhensible et basta... C'est l'ENORME ombre au tableau de ces spectacles. ********************************* Peut on parler de comédie musicale pour la plupart d'entre eux ? De mon point de vue non, "comédie" étant là simplement comme prétexte... Parlons plutôt de Spectacles musicaux. La partie théâtrale peut être considérée comme réduite à néant dans ces productions. Quand aux thèmes proposés ils sont d'un affligeante banalité : ils se cantonnent aux thèmes historiques (Notre Dame, Mozart, 1789, Le Roi Soleil, Cléopatre, ...) ou mythologiques (Adam et Eve, Les 10 commandements, Robin des Bois,...). Cela rappelle les productions d'opéras de masse du 19e siècle, composés rapidement sur des livrets tous plus débiles les uns que les autres, répondant aux même thèmes que cités plus haut. L'avantage est que ces productions n'avaient pas de prétentions dramaturgiques. Donc pitié, PITIÉ, parlons simplement de spectacles musicaux. ********************************************************** D'autre part, faire un succès commercial n'implique pas de faire de la daube du point de vue de l'argument de l'œuvre. Regardez Starmania (SOS d'un terrien en détresse, Quand on arrive en ville, le blues du business man - J'aurais voulu être un artiiiiiiiste-, Le monde est stone), même aujourd'hui, nous, jeunes nés après la mort de Berger connaissons au moins deux titres de cette comédie musicale, dont le livret est magistral ! ************************************************************** Alors si l'inspiration ne vient pas, il reste toujours la possibilité de baser le livret sur une matière première de qualité. Les Misérables, spectacle français à l'origine, est aujourd'hui dans le TOP 5 des comédies musicales le plus jouées de tous le temps à Broadway et à Londres ! En voilà une bonne idée, l'adaptation du roman de Hugo ! Mais faisons mieux que ça, continuez dans la lignée de Notre Dame et Roméo et Juliette, inspirez vous des oeuvres littéraires, des films, des pièces de théâtre ! Bref, bougez vous les fesses, on veut de la qualité, pas de la bouillie réchauffée. Populaire ne veut pas dire mauvais.
  2. Anonyme
    + 1 au commentaire de Clem
  3. Anonyme
    Faut pas oublier qu'on ne peut plus faire de comédies comme Starmania, Notre Dame de Paris ou Roméo et Juliette, ça ne marcherait plus aujourd'hui. Il faut de la modernité, des effets spéciaux, moins de variété, plus de pop et de rythmes urbains. Il faut aussi et surtout un thème qui parle au public, une histoire populaire déjà connue, d'où les thèmes historiques et mythologiques. Le public demande de la qualité, mais il demande aussi du rêve, c'est la base des comédies musicales
  4. guy
    Comment oser dire "fabuleuse histoire de la CM" à cette émission. Il faut ajouter "française". Le sujet n'était que sur les pseudo trucs à la française, une évocation des "Misérables" pour dire que c'était un échec.... c'est quoi un échec qui dure une saison? ah peut-être que c'est le manque de vente de cd comme super dit et redit hier. C'est pas du spectacle, c'est juste du bissness. Nous ne sommes pas encore prêt à voir ici des "mathilda" Charlie et la chocolaterie" "Miss saigon" Baiser de la femme araignée", etc. Perso, je dis tout de même bravo aux Chatelet et à Mogador pour enfin faire des vrais MUSICALS.
  5. Musidoc
    Tromperie sur la marchandise ! Cette "histoire" ne s'intéresse grosso modo qu'aux années 2000 et à un modèle économico - musical très particulier dont Dove Attia est l'un des grands contributeurs : celui des spectacles de variétés à tubes vaguement mis en scène (10 commandements, Rois Soleil, Mozart...). En revanche aucune évocation du socle originel constitué par les comédies musicales façon Broadway ou West End, ni même des opérettes à la française, c'est à dire d'œuvres à la fois dramaturgiques et musicales. Plus incroyable encore, aucune mention des Misérables, composition française devenue le plus gros succès de l'historie mondiale des comédies musicale avec plus de 60 millions de spectateurs. Quoi que l'on pense de cette œuvre son relatif rejet par le public français aurait été intéressant à analyser face aux succès plus récents (mais purement français...) de productions comme Notre Dame ou Dix commandements. Bref, un reportage sur Dove Attia (je caricature un peu...) reposant sur des anecdotes de production, et sans aucune analyse historique, artistique ou sociologique du genre "Comédie Musicale" finalement grand absent du documentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.