Interview de Jean-Luc Choplin, directeur du Théâtre du Châtelet, dans France TV Info

Le 31 mars dernier, France TV Info publiait une interview de Jean-Luc Choplin, le directeur  créatif et passionné du Théâtre du Châtelet qui passera le flambeau en 2019. L’entretien intitulé "Le sophistiqué-populaire, c'est ça l'esprit Châtelet !" aborde les ambitions qu’il a pour le Châtelet, ses prochaines directives pour la programmation 2015/2016, et son travail sur Un Américain à Paris. Musical Avenue vous propose une synthèse de cette entrevue.

La programmation 2015 / 2016 à réserver

Après avoir donné une petite priorité aux comédies musicales américaines, la programmation annonce pour la prochaine saison une comédie musicale et une pièce de théâtre musicale. Kiss me Kate, de Cole Porter, adaptation de La Mégère apprivoisée de Shakespeare, mise en comédie musicale. Puis Passion de Stephen Sondheim tiré d'un film, Passion d'amour d'Ettore Scola, lui-même est tiré d'un roman italien de la fin du 19ème siècle. C'est l'histoire d'un homme qui tombe amoureux d'une femme très laide, qui est folle avec pour le moment Fanny Ardant à la mise en scène et Natalie Dessay dans le rôle principal. 

L’esprit Châtelet selon son directeur  

Si le directeur revendique bien une chose dans le succès de son théâtre, c’est celle d’avoir innové dans l’esprit du Châtelet qu’il a voulu sophistiqué mais populaire et international.  Féérie, excellence dans toutes les composantes de la réalisation, créativité et accessibilité. Sa recette pour les œuvres depuis son arrivée présentées de façon un peu unique (My Fair Lady, Singin' in the rain, Stephen Sondheim…). Traditionnellement, le Théâtre du Châtelet présentait des opérettes, c’était devenu un autre opéra à Paris en compétition avec les autres. L’idée était de trouver une alternative à l'Opéra qui soit tout de même du grand spectacle et désormais de s’assurer un brassage des générations et non d'attirer un public uniquement âgé.

L’innovation financière d’Un Américain à Paris face à la crise 

Les fonds publics dans la culture diminuent, c’est indéniable (les contributions de la Ville de Paris sont passés de 25 à 17 millions d’euros). Jusqu’à présent, le Châtelet a été relativement préservé face à cela. Aux yeux de son directeur, il très facile de ne vivre que de subventions mais pour se développer, il faut de travailler à élargir les ressources et élargir le rayonnement de ce qui y est fait. Il a fallu augmenter les ressources propres du théâtre via le mécénat qui n’existait quasi pas concernant le Châtelet.  Les locations d'espaces publiques pour les concerts ou "one man shows" (M.Pokora, Juliette Greco, Foresti…) rapportent également beaucoup d'argent, de quoi compenser la stagnation des subventions mais également de faire tomber certaines barrières. La production se veut être la plus universelle possible. Le modèle d'Un Américain à Paris est de s'installer dans un endroit où un spectacle peut vivre longtemps, cela permet des royalties qui peuvent être réinvestis dans des productions. Si le spectacle marche bien, c'est entre 500 000 et un million d'euros de retour sur investissement pendant dix ans. "Et  jouer devant un public mondial à Broadway, c'est l'objectif numéro 1, avant l'objectif financier".
 

Les travaux de rénovation prévus en 2017-2019 

Il y a de vrais travaux à effectuer depuis les dernières rénovations des années 80. Ils concernent pour l'essentiel des travaux de sécurité : électricité, accessibilité, ventilation, climatisation en état avancé de délabrement,  rénovations de certains espaces publics et réfections de façade mais également des travaux de machinerie, entre autres, le cintre, la fosse hydraulique de l'orchestre. Egalement au programme : l’amphithéâtre haut situé au centre de la salle, où des projecteurs seront supprimés pour y mettre des sièges et garantir 250 places en plus à petit prix mais une belle visibilité.

 

Ah, une bonne nouvelle pour ceux qui voudront réserver des places pour la saison 2019-2020 que l’on espère dans la même lancée artistique et financière que son directeur actuel.
 
Retrouvez l’interview dans son intégralité :
 
Retrouvez la bande annonce du spectacle Un Américain à Paris :

 

1 réponse

  1. Khp
    On se demande où est l'éclectisme quand la programmation tourne à l'obsession du théâtre musical américain d'avant ´80

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.