Rencontre : Chimène Badi sort les griffes pour 35 représentations de “Cats”

Après 7 mois couronnés de succès, le musical Cats invite la célèbre Chimène Badi pour 35 représentations, avant que Prisca Desmarez (Avenue Q) ne reprenne le rôle jusqu’à la dernière du 3 juillet. C’est dans le salon parisien du théâtre Mogador que la nouvelle Grizabella nous a chaleureusement accueillis, à seulement quelques heures de sa première représentation. De son audition jusqu’aux ultimes répétitions, elle revient sur cette aventure unique qui ne fait que débuter et nous assure qu’elle sera "patte de velours" avec nous.

(Lire aussi notre interview de Prisca Desmarez ici)

Musical Avenue : Connaissais-tu Cats avant de le voir en octobre dernier ?

Chimène Badi : Je connaissais Cats comme on le connait un peu tous finalement, grâce à la chanson "Memory". Je savais que c'était une grande et belle comédie musicale qui avait charmé plus de soixante treize millions de spectateurs, dans plus de trois cents pays différents, dans une trentaine de langues différentes. Et, il y a plus d'un an maintenant, quand j'étais coach sur "The Voice" en Belgique, on m'a contactée via mon manager pour me proposer de faire partie de l'aventure. J'ai dit pourquoi pas. On préparait l'album qui devait sortir en septembre, on préparait aussi la future tournée. Mon manager trouvait que ça faisait beaucoup avec Cats, mais j'avais vraiment envie d'essayer ! J'ai passé les auditions. C'est ça qui me plaît, passer les auditions, ne pas avoir le rôle parce que je suis une personnalité publique qui a vendu beaucoup d'albums. C'est vraiment par rapport à ce que je savais faire et à ce que j'avais donné pendant l'audition. Je trouve que c'est gratifiant d'obtenir le rôle dans ces circonstances là. Je suis venue à la première en octobre, en sachant déjà que je ferai partie de la troupe au mois de mai. Quand j'ai vu le rôle de Grizabella, l'histoire, la comédie musicale sur scène, ça n'a fait que confirmer mon envie de faire partie de la troupe.

Chimène Badi lors de la première de gala de Cats

M.A. On sait que le public de la comédie musicale peut être dur et juger un peu rapidement, comment as-tu pris les premières réactions, et comment appréhendes -tu les retours de ce soir ? 

C.B. Juger un peu rapidement, je suis d'accord ! Pour la première fois de ma vie, je ne suis pas un artiste solo, je suis dans une troupe. Je suis très heureuse, on va raconter l'histoire tous ensemble. J'ai travaillé dur, très dur, pour comprendre qui était Grizabella. J'essaie de l'incarner du mieux possible, pour que le public la reconnaisse, comprenne qui elle est réellement. Ça peut ne pas plaire à certaines personnes. Le tout est, je pense, d'être authentique et c'est ce que je serai. Je donnerai les choses avec le coeur, sans calcul. Ça passe ou ça casse. Non, ça casse ou ça passe ! On termine sur le positif ! (rires)

M.A. Tu arrives au coeur d'une troupe, qui a accueilli des petits nouveaux récemment. Comment t'ont-ils accueillie ?

C.B. Ils m'ont super mega bien accueillie ! (rires) En fait j'étais impressionnée. C'etait un moment impressionnant ! Et j'en ai eu plein, pourtant, dans ma vie d'artiste. J'ai rencontré des gens impressionnants, j'ai bossé avec des mecs extraordinaires, avec Lionel Richie. Mais on n'est jamais préparé. Il y a des moments où tu peux être déstabilisé. Et là j'étais particulièrement préoccupée, parce que j'arrivais dans une troupe soudée, une vraie famille, qui bossait ensemble depuis des mois. Donc j'avais un peu la trouille. Parce que c'est impressionnant et ça fait peur. Tout d'un coup on se sent tout petit. La rencontre s'est passée au théâtre, on s'est tous assis, et chacun s'est présenté. Je me suis présentée aussi. Je leur ai dit tout ce que j'avais sur le coeur, tout ce que j'avais ressenti quand je les avais vus pour la première fois en octobre. J'ai senti que c'était le moment alors je l'ai dit. Ils ont d'ailleurs éclaté de rire quand je leur ai annoncé " je vous le dit maintenant parce que je me sens capable". C'était un beau moment. A partir de ce moment là j'ai commencé à me sentir vraiment plus à l'aise. Ensuite il y a eu les répétitions avec Véronique Bandelier qui est la metteur en scène résidente, et Mathieu (Serradell, ndlr) qui est le chef d'orchestre. On a travaillé tous les trois, puis il y a eu les premières répétitions avec toute la troupe et là j'ai cru que j'allais mourir (rires). J'avais la trouille de ma vie vraiment. Et les choses se sont faites naturellement. Il y a eu une première répétition avec eux, une deuxième répétition avec eux. Et au bout de la troisième répétition j'étais enfin Grizabella. Je n'étais plus Chimène qui jouait Grizabella. Je suis rentrée dans mon rôle, et c'était parti ! Et après, ça a été que de la magie, tout le temps. Je suis hyper émue et très heureuse d'être parmi eux. Je trouve que c'est très gratifiant parce que je les trouve extraordinaires sur scène, ils chantent merveilleusement bien, ils dansent de folie. Les chorégraphies sont incroyables. Ils sont tout le temps au top, il n'y en a pas un en dessous de l'autre. J'ai beaucoup de chance d'être là avec eux. C'est un super beau cadeau. C'est une parenthèse artistique dans ma vie qui me fait beaucoup de bien. Je ne suis plus toute seule, je suis entourée et c'est chouette d'être tous ensemble.


La troupe de Cats avec Chimène le soir de sa première

M.A. Ton rôle dans le spectacle est assez isolé des autres chats, comment se passe les répétitions quand on ne peut se fier qu’à soit même ? 

C.B. Lors de mon premier tableau, je viens les voir pour faire la fête avec eux mais ils ne me veulent pas. Les autres chats sont là, mais ils me rejettent. Démeter chante "mais qui pourrait croire que cette chose-là fut Grizabella, la star des chats", ils m'attaquent et m’en mettent plein la face, ça fait mal. J’utilise cette douleur, je la prends, je me sens vraiment mal sur le moment et cela m’aide pour le rôle. Tant que les chats sont là, ils réagissent, il se passe quelque chose et je leur rends tout ça. Les moments les plus difficiles sont quand je suis toute seule sur la scène, où (Grizabella) n’arrive pas à danser, elle essaye mais n’y arrive plus. Ça c’est un moment particulier pour moi dans le spectacle. Et il y a aussi ce moment du bal, où je suis sur la trappe, que je les regarde tous danser et je les envie. Tout ça je l’ai vécu. J’ai répété et je suis revenue voir le spectacle plusieurs fois. J’ai été dans les coulisses, avec l’orchestre, j’ai suivi Prisca (Desmarez, la Grizabella originale ndlr). J’ai vraiment fait en sorte d’être imprégnée tout le temps de l’histoire de cette nuit extraordinaire, avec la troupe, de ne jamais lâcher, pour qu’il y ait pas de coupure. C’était important pour moi d’être toujours dans l’histoire et c’est comme ça que j’ai travaillé le rôle.

M.A. Tu as ajouté la version française de Memory (« Ma Vie ») dans ton album « Au-delà des maux », est-ce pour toi une façon d’aller chercher un nouveau public ?

C.B. Je n’ai pas pensé ça comme ça. J’aime beaucoup cette chanson et je me suis dit qu’elle était très bien écrite en français. Quand tu entends « memoryyy » et « ma viiiie » musicalement c’est hyper agréable et c’est déjà une force en plus du texte magnifique. C’est l’esprit des chansons que j’aime, même si je ne suis pas que ça, je n’aime pas que ça, mais ça fait partie de ce que j’aime et j’avais envie de la faire découvrir à mon public à ma façon, avec mon ressenti avant même de commencer les répétitions. Parce que sur scène c’est autre chose et c’est une version encore différente. Sur l’album elle est hors contexte et donc interprétée par rapport à son texte et ce qu’elle raconte, j’ai trouvé ça intéressant.

M.A. Quelles sont tes comédies musicales préférées ?

C.B. Je vais être très honnête, je suis pas une grande consommatrice de comédie musicale. Ce que j’aime chez Cats, et c’est pour ça que j’ai eu envie d’y participer, c’est que ce spectacle a quelque chose de particulier. Ce n’est pas une comédie musicale commerciale avec des hits qui passent à la radio. Ici on raconte quelque chose de très fort avec une vraie histoire. Ce sont des artistes qui sont à la hauteur et qui donnent tout chaque soir. Il y a quelque chose de solide du début à la fin. J’aime beaucoup Le Fantôme de l’Opéra mais je dirais que Cats reste ma préférée car c’est celle pour laquelle j’ai le plus d’admiration.

M.A. Est-ce que l’aventure Cats te donne déjà envie de participer à de futurs projets de comédies musicales ?

C.B. Je ne m’attendais pas du tout un jour à me retrouver dans Cats. C’est arrivé comme ça par la vie, le destin, c’est inexplicable. Là on me propose un rôle qui m’anime, que je ressens. Je me dis que je peux peut-être faire quelque chose là dedans, je sais pas si ça arrivera une nouvelle fois. J’aime bien faire les choses avec authenticité, avec vérité, naturellement et sans calculer. Si un projet qui me charme se propose à nouveau, ou si je me sens capable d’apporter quelque chose, pourquoi pas. Je ne pourrais pas faire des comédies musicales juste pour en faire s’il n’y a rien qui me raccroche au projet. Je ne ferai jamais rien juste pour faire, je ne suis pas comme ça. Je ne fais pas ça dans ma vie d’artiste solo car je crois que ce n’est pas bien. Il faut toujours faire avec les tripes.

Réserver

Interview et photos d'Edmée Martin et Thomas Berneuil


Cats - le musical, basé sur le recueil de Poème de TS Eliot « Old Possum’s Book of Practical Cats »

Du 1er octobre au 3 juillet 2016
Au Théâtre Mogador

Reservations au théâtre et dans les points de vente habituels

Musique : Andrew Lloyd Webber ; Adaptation Française : Nicolas Nebot et Ludovic-Alexandre Vidal ; Chorégraphie et Mise en Scène : Gillian Lynne et Trevor Nunn assistés de Chrissie Cartwright ; Créateur lumière original : David Hersey ; Scénographe : John Napier

Avec : Chimène Badi, Prisca Demarez, Denis Azin, Federica Capra, Pierre-Yves Duchesne, Yoan Grosjean, Katharina Lochmann, Emmanuelle N’Zuzi, Lucas Radziejewski, Yanis Si Ahmed, Fabrice Todaro, Rachel Ward, Axel Alvarez, Cédric Chupin, Alexandra Girard, Emmanuelle Guélin, Sylvain Mathis, William Pedro, Charlyne Ribul Conte, Els Smekens, Nicolas Turconi, Golan Yosef, Vanessa Cailhol, Grégory Gonel, Oonagh Jacobs, Pascale Moe Bruderer, Virginie Perrier, Alessandro Ripamonti, Léonie Thoms, Wim Van Den Driessche, Stoyan Zmarzlik, Marie Glorieux.

0 réponses

  1. […] Pourra-t-elle redresser la barre et nous émouvoir comme Prisca Desmarez ou Chimène Badi ont pu le faire à Mogador pendant un an ? Réponse au printemps prochain avec les […]
  2. […] Chimène Badi rejoint la troupe de Cats au Théâtre Mogador pour une durée limitée. Le Rouge et le Noir dévoile sa distribution complète, et on découvre un nouveau projet innovant : Hit Parade, qui aura recours aux dernières technologies holographiques pour redonner vie à Claude François, Dalida, Mike Brant et Sacha Distel. […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.