Critique : “Barber Shop Quartet – Opus #3” au Théâtre L’Archipel

La troupe Barber Shop Quartet, spécialisée dans le chant a capella, revient faire des acrobaties vocales dans un nouveau spectacle qui tente de concilier tradition, humour musical et modernité.

Barber Shop ?

Le style Barbershop, caractérisé par de délicieuses harmonies vocales interprétées a capella, a vu le jour au milieu du siècle dernier dans les salons de barbiers des États-Unis : alors qu'ils attendaient leur tour, les clients avaient pour habitude de pousser la chansonnette en chœur pour faire passer le temps.

C'est en 1994 que le clarinettiste et chanteur professionnel Bruno Buijtenhuijs trouve l'idée de créer en France un quatuor vocal rendant hommage à ce genre méconnu sous nos latitudes.
Si cet Opus #3 s'ouvre sur deux airs typiques du genre de son époque, le spectacle n'entend pas pour autant se cantonner à un simple exercice de récital : les chansons originales, œuvres du fondateur de la formation, partagent la scène avec quelques reprises d'œuvres francophones méconnues.

Un air d'autre fois

Hélas, si l'affiche promet "un spectacle d'humour musical", ce n'est pas dans les transitions parlées qu'on le trouvera. Les interventions scolaires de l'auteur, d'introduction en traits d'union, sont tout à fait dispensables et ne font qu'alourdir l'ensemble. Son intonation de premier de la classe un peu ringard pourrait même se montrer agaçante.

Ce n'est pas non plus du côté de la mise en scène qu'on trouvera prétexte à s'esclaffer. L'ensemble se montre statique, peu inventif, et ma foi plutôt convenu. Les talents de bruiteur vocal de Xavier Vilsek, un poil systématiques, sont lassants.

C'est finalement du côté des textes qu'on trouvera matière à sourire : les textes, qu'il s'agisse des quelques reprises ou des abondantes créations originales, sont tout-à-fait charmants et spirituels ! Certains donnent vie à quelques idées créatives plaisantes, comme les dysfonctionnements de gramophone simulés par la quartet sur "C'est ça l'rugby" de Jean-Claude Massoulier. Le spectacle atteint son point culminant avec l'audacieuse reprise du sketch radiophonique musical "La Censure" du comique québecois François Pérusse : les bruitages vocaux prennent ici tout leur sens et donnent lieu à un moment d'humour réussi.

La troupe du Barber Shop Quartet (Xavier Vilsek, Marie-Cécile Héraud, Bruno Buijtenhuijs et France Turjman) dans

La troupe du Barber Shop Quartet (Xavier Vilsek, Marie-Cécile Héraud, Bruno Buijtenhuijs et France Turjman) dans "Opus #3"

Les deux femmes de la troupe, Marie-Céciel Héraud (en alternance avec Rachel Pignot) et France Turjman ont elles aussi l'occasion de briller.
Mais on pourrait reprocher à l'ensemble d'offrir une interprétation timide qui projette peu les voix dans l'espace.

L'écueil principal de ce spectacle restera néanmoins son manque de modernité : les quatre artistes assument totalement le côté suranné de leurs tenues, du style musical, et des paroles de leurs chansons. Mais quand, par exemple, les références télévisuelles sont de l'acabit de l'émission 60 Millions d'Amis et de son générique historique, il n'est pas grand chose qu'on puisse faire pour sauver l' entreprise de son odeur doucement ringarde.

Mais c'est sans doute, après tout, ce que le public viendra chercher au Théâtre l'Archipel avec ce spectacle qui donne envie de découvrir un style musical duquel nous ne sommes pas familier !

Réserver

Affiche de "Barber Shop Quartet – Opus #3" au Théâtre l'ArchipelBarbershop Quartet – Opus #3

Du 15  septembre 2016 au 14 janvier 2017
Théâtre L'Archipel

17 boulevard de Strasbourg
75010 Paris 

Du jeudi au samedi à 21h 
Séance à 21h30 

De et avec : Marie-Cécile Héraud (en alternance avec Rachel Pignot), France Turjman, Bruno Buijtenhuijs et Xavier Vilsek.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.