Critique: “Bat Out Of Hell, The Musical” au Dominion Theatre à Londres

Véritable curiosité du West End, Bat Out Of Hell est de retour à Londres depuis le 19 avril dernier. Nommé aux Olivier Awards 2018 dans la catégorie Best sound design, ce "rock musical" basé sur le premier album éponyme du chanteur Meat Loaf, vaut le détour ne serait-ce que pour l'expérience visuelle !

Du projet de comédie musicale à celui d'album...

Ce n'est pas la première fois que des titres ou albums cultes deviennent des comédies musicales (appelées Juke-Box), cela est d'ailleurs presque devenu une tradition. Des Beatles (Let It Be) à Abba (Mamma Mia) en passant par The Four Season (The Jersey Boys) ou encore Green Day (American Idiot), tous ont inspiré un spectacle. Alors quel producteur n'aurait pas été tenté d’adapter le célèbre album Bat Out Of Hell vendu à près de 50 millions d'exemplaires ?

L'Histoire de cet album est pour le moins étonnante. A l'origine, Bat Out Of Hell a été écrit et composé pour la scène par Jim Steinman (Le Bal des Vampires), cela devait être un rock'n'roll musical inspiré du Peter Pan de JM Barrie. Malheureusement, le projet à l'époque ne voit pas le jour. Quarante ans plus tard, en 2017, l'idée originale de Jim Steinman est enfin réalisée, Bat Out Of Hell devient une comédie musicale. La première à lieu à Manchester puis le show se joue à Londres avec un passage à Toronto.

Photo par Specular

Photo par Specular

En 2030, dans un futur post apocalyptique, un tyran nommé Falco (Rob Folwer) contrôle et opprime toute la ville d'Obsidian y compris sa fille Raven (Christina Bennington). Alors qu'elle atteint la majorité, Raven est impatiente de découvrir de nouveaux horizons mais Falco veille. La ville est aux mains d'un groupe d'adolescents appelés "The Lost", des mutants à jamais âgés de 18 ans. Cette bande est dirigée par Strat (Andrew Polec) dont Raven tombe rapidement amoureuse...

Une comédie musicale très rock'n'roll !

Avant même que le show ne débute, le spectateur est plongé dans une atmosphère inquiétante, entretenue par un fond sonore angoissant qui emplit la salle.
Un décor apocalyptique apparaît, survolé par une colonie de chauve souris menaçantes. Très vite, la surenchère d'effets spéciaux nous interpelle. Chutes de pierres, explosions en tous genres, motos qui volent en éclats, chauve-souris robotiques, pas de répit pour les yeux ! Tout cela n'est pas toujours du meilleur goût mais qu'à cela ne tienne, Bat Out Of Hell affiche un côté kitsch assumé.

Photo par Specular

Photo par Specular

L'écran installé à gauche de la scène intrigue. Ce dernier retransmet les images des diverses actions se déroulant sur scène avec de nombreux gros plans. L'idée est intéressante et renforce l'intensité de certains tableaux mais tend à disperser la mise en scène. En effet, notre attention est sollicitée de toutes parts.
Les chorégraphies d'Emma Portner (plus jeune femme à avoir chorégraphié une comédie musicale à ce jour) viennent cependant apporter une structure à la dynamique du show.

Photo par Specular

Photo par Specular

Les effets lumières sont efficaces et fantastiques, dignes d'un concert de rock mais, qui dit concert de rock dit niveau sonore élevé. La musique est malheureusement plus forte que les voix des chanteurs que l'on peine parfois à entendre. C'est regrettable car ils sont excellents. Leurs voix sont claires et puissantes et leur énergie est quasiment électrique.
De l'énergie, il leur en faut en effet car les chansons sont particulièrement longues et techniques. C'est le cas, par exemple, pour "Bat Out Of Hell" qui dure plus de 9 minutes ! Une vraie performance de la part du jeune Andrew Polec.

Photo par Specular

Photo par Specular

Parmi les autres titres phares du spectacle, la chanson "It's all coming back to me" interprétée par Andrew Polec (Strat), Christina Bennington (Raven), Rob Folwer (Falco) et Sharon Sexton (Sloane, mère de Raven), témoigne de leur talent respectif et offre un magnifique moment aux très belles harmonies. Toutes les chansons cultes de Meat Loaf sont bien présentes mais toutes n'apportent pas une valeur ajoutée au show."Two Out of Three Ain't Bad" interprétée par les personnages de Zahara et Ledoux tombe comme un cheveu sur la soupe et leur intervention ne sert pas réellement l'histoire. La cohérence n'est pas toujours de mise.

Original et visuellement impressionnant, Bat Out Of Hell est un astucieux mélange entre les aventures de Peter Pan et la romance de Roméo et Juliette. Atypique, on aimera ou non le show pour son style déjanté. Il n'en reste pas moins une surprenante expérience à vivre lors de son passage dans le West End.


Bat Ouf of Hell-The Musical de Jim Steinman

Depuis le 19 avril 2018
Au Dominion Theatre
268-269 Tottenham Court Rd, Fitzrovia, London W1T 7AQ

Musiques, Paroles et Livret : Jim Steinma ;Mise en scène : Jay Scheib ; Chorégraphies : Emma Portner ; Décors : Jon Bausor ; Costumes : Meentje Nielsen

Avec : Andrew Polec, Christina Bennington, Rob Fowler, Sharon Sexton, Danielle Steers, Giovanni Spano, Patrick Sullivan

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.