Critique : “Fame” au Théâtre St-Denis de Montréal