Critique : “Hair” par la compagnie 27 Saville décoiffe Paris

Cela fait maintenant cinq ans que la compagnie 27 Saville nous offre la chance d'entendre des spectacles musicaux en anglais dans la capitale. Après les excellents How To Succeed in Business Without Really Trying et Rent, c'est au tour de l'inimitable Hair de nous emporter dans ce tourbillon de paix et d'amour.

Let The Sun Shine In

Depuis 1967, Hair a bercé de nombreuses générations tout en faisant scandale a l'époque par ses thèmes sulfureux comme le sexe, la drogue et la politique. Quatre années et plus de 1750 représentations plus tard, l'histoire de ce spectacle fut même adaptée au cinéma par Milos Forman. En 1969 elle fit son chemin jusqu'à Paris, au Théâtre de la Porte Saint Martin très exactement, avec Julien Clerc et Gerard Lenorman en alternance dans le rôle principal, puis au Théâtre Mogador en 1998, au Trianon en 2009 et au Théâtre du Gymnase Marie-Bell en 2011. Cette tribu de jeunes hippies vivant à New-York aura à chaque fois défrayé la chronique, car nombreuses furent les mises en scène où certains acteurs se sont retrouvés nus sur scène.

La compagnie de théâtre parisienne créée en 2015 27 Saville, qui a fait le pari de d'adapter encore une fois ce spectacle sur scène, réunit un joli panel d'une trentaine de comédiens spécialisés dans la comédie musicale anglophone, que l'on retrouve avec plaisir chaque année comme une bande d'amis. L’œil pétillant et la passion au corps, ces talents bruts offrent donc encore une fois en ce début d'année 2020 un spectacle de qualité à de nombreux égards.

La compagnie 27 Saville

Pendant plus deux heures et demie, la troupe de 27 Saville, accompagnée avec brio par quatre musiciens, a tout donné à un public conquis dans une mise en scène sobre et efficace. Le plaisir que prennent les artistes sur scène est communicatif, et l'intégralité du spectacle, aussi complexe soit-il, est interprété en anglais avec des surtitres à l'humour savamment dosé pour parfois coller à l'actualité. Les harmonies sont sublimes et les numéros de groupes provoquent ce petit frisson que l'on aimerait parfois plus ressentir dans les salles parisiennes. Même si l’œuvre en elle-même est un peu longue sur scène, impossible de bouder son plaisir face à une distribution aussi passionnée et attachante, qui termine le spectacle avec le sourire honnête, le corps luisant et l’œil brillant d'avoir eu la chance de vivre de sa passion sur scène.


HairHair, présenté par la Compagnie 27 Saville

Du 14 au 18 Janvier 2020 à la MPAA Saint Germain
6 Rue Felibien 75006 Paris

Musique : Gael Macdermot ; Livret et paroles : James Rado et Gerome Ragni ; Mise en scène : Jessica Capon ; Assistante mise en scène et chorégraphe : Anne-Laure Ségla ; Chorégraphe : Clément Ropers ; Direction Vocale : Mathieu Ouvrard et Lucile Pouthier ; Décors : Fabien Figueras et Rhida Azabou : Costumes : Ninon Larret ; Piano : Nicolas-Marie Santonja ; Basse : Clément Atasu Lavergne ; Guitare : David Huang ; Batterie : Simon Lemonnier

Avec : Hamis Ward-Smith, Brice Mureau, Sarah Serres, Mathieu Kaep, Rudy Kakasa, Anne-Laure Ségla, Louise Larret, Avery Grant, Molly Eastaff, Samantha Penagos, Noam Fima, Stéphane Lamberto, Germa Brayer, Coline Thuissard, Clément Ropers, Stella Siecinska et Valentin Nadenne

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.