Critique : Le Cirque Le Roux présente sa comédie circassienne “The Elephant in the Room” à Bobino

Après Traces qui nous avait enchantés en début d'année, le théâtre Bobino propose cette fois-ci un voyage esthétique dans le monde déjanté du Cirque Le Roux. Une fusion unique entre cirque, théâtre physique et  films noirs hollywoodiens.

Plus qu'un cirque, un voyage temporel

Le Cirque Le Roux c'est avant tout trois hommes et une femme passionnés par les arts du cirque. Sortis de l'École Nationale du Cirque de Montréal pour ces messieurs et de l’École Supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles pour madame, ils ont voyagé à travers le monde notamment avec la troupe "Les 7 Doigts de la Main" aperçu dans Pippin à Broadway. C'est en janvier 2014 qu'ils créent leur propre compagnie et leur tout premier spectacle "The Elephant in the Room". Après l'avoir joué avec succès dans plus de 10 pays, ils arrivent enfin à Paris pour conquérir le public de Bobino jusqu'au 31 décembre.

Critique : Le Cirque Le Roux présente sa comédie circasienne

Nous sommes en 1937 et Miss Betty est sur le point de se marier. Alors qu'elle cherchait à s'isoler, trois hommes font irruption. C'est dans un salon fumoir monochrome que nos quatre artistes vont évoluer. Il est difficile de comprendre l'intégralité de l'histoire du spectacle tant elle mise sur des métaphores et nombreux non-dits mais qu'importe.

On se laisse rapidement emporter par l'atmosphère envoûtante installée par un décor élégant et une partition particulièrement soignée. Outre les thèmes musicaux composés par Alexandra Streliski, The Elephant in the Room fait la part belle aux œuvres jazz de Nat King Cole, Duke Ellington, Billie Holiday ou encore George Gershwin. Chaque son et musique ont été méticuleusement choisis pour coller au mouvement près de chaque tableau, rendant les numéros incroyablement fluides.

Lumières, Acrobates, Action

The Elephant in the Room est bien plus qu'un simple spectacle de cirque. Une vraie histoire se crée à travers nos quatre personnages dans ce décor intime qui évolue au fil des numéros. Les portés se suivent avec une élégance rare et ne se ressemblent pas. C'est le souffle coupé que l'on observe les acrobates qui agissent sans filet comme par magie. On pourrait presque croire que les lois de la pesanteur sont défiées le temps d'une heure, où les corps s'envolent et s'emmêlent comme des feuilles au gré d'une brise automnale.

Critique : Le Cirque Le Roux présente sa comédie circasienne

Outre les nombreux numéros de portés, nous retrouverons également un tableau d'équilibristes sur un canapé plus humain qu'il n'y paraît ainsi qu'une danse endiablée sous des dizaines de lampes tombées du ciel. Certainement l'un des plus beaux moments du spectacle. Mais c'est béats d'admiration que nous avons observé le dernier numéro de plus de 7 minutes. Autour d'un mât chinois, les interprètes virevoltent et s'escaladent sur un morceau hypnotisant d'Ennio Morricone. Pas un mot du public pendant cet époustouflant numéro qui terminera le spectacle sur une évidente standing-ovation bien méritée.

The Elephant in the Room n'est pas un spectacle comme les autres. Mélangeant habilement le cirque, la comédie et l'esthétique des films des années 30, il nous transporte totalement pendant un peu plus d'une heure que l'on aimerait plus longue. On regretterait presque qu'il n'y ait pas plus d'acrobaties mais l’œuvre est tellement réussie qu'il est difficile de bouder son plaisir. Allez faire un tour à Bobino avant le 31 décembre, vous verrez que vous ne vous serez pas trompé.

Retrouvez la bande annonce du spectacle The Elephant in the Room du Cirque Le Roux

Crédit photos : Frank W.Ockenfels III, Francesca Torracchi

Réserver


 

Critique : Le Cirque Le Roux présente sa comédie circassienne The Elephant In the Room du Cirque Le Roux

A Bobino jusqu'au 31 Décembre 2016
14/20 Rue de la Gaité 75014 Paris

Mise en scène : Charlotte Saliou ; Musique : Alexandra Streliski ; Costume : Emily Ockenfels, Clarisse Baudinière ; Concept : Cirque Le Roux
Avec : Grégory Arsenal, Lolita Costet, Philip Rosenberg et Yannick Thomas

 

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.