Critique : “Le Rouge et le Noir” au Théâtre Le Palace

Le Théâtre Palace a ouvert ses portes au spectacle Le Rouge et le Noir, l'Opéra Rock, nouvelle production d'Albert Cohen après Mistinguett, Les années folles. Après avoir assisté à quelques répétitions prometteuses, l'équipe Musical Avenue est allée découvrir le spectacle la semaine dernière. Ce qu'on peut dire, c'est qu'il fut rare jusqu'à présent qu'un spectacle divise autant nos avis...

Stendhal épuré mais romancé, suranné mais modernisé

OK, la mission de compiler 400 pages de Stendhal en 1 heure et demi de spectacle est réussie, bien que le parti pris n'est de se concentrer que sur les histoires d'amour et la vendetta sociale de l’œuvre originale. Donc, non, chers lycéens, il nous vous suffira pas d'aller voir le spectacle pour passer le bac, il vous faudra tout de même ouvrir le livre ! L'histoire adaptée pour le spectacle essuie encore quelques petites longueurs dans la première partie et souffre de certaines ellipses un peu trop rapides dans la seconde, mais l'ensemble reste cohérent et sans pathos. La scénographie, la mise en scène et les costumes jonglent habilement entre Histoire et modernité. Stendhal est respectueusement dépoussiéré.

Des talents inégaux mais rockers au fond de l'âme

Entre quelques pépites vocales de l'émission "The Voice" et autres vétérans de la scène, la troupe regorge de chanteurs aux timbres qui résonnent harmonieusement avec le rock. Leurs interprétations dépassent en qualité et en intensité celles de l'album qui est sorti quelques semaines auparavant. On en regretterait presque un album live du spectacle. En revanche, difficile pour certains de s'improviser comédiens. Si les notes sont justes parfois celles du personnage font un peu sourire par leur impression de décalage ou de surjeu. Ardu cet exercice de l'opéra rock qui consiste à enchaîner des chansons en mode concert et petites scénettes censées faire rapidement avancer l'histoire. Il faut trouver son équilibre dans ce pivot sans perdre le spectateur. Heureusement la mise en scène s'est permise, de temps en temps, le luxe du silence qui permet bien souvent d'accrocher ce dernier.

come_carolineaelion_360deg_prod-jpg

Un parti pris visuel qui fait la différence

Beaucoup se sont, auparavant, ratés à l'exercice de la vidéo dans un spectacle musical. Parfois simple palliatif à un manque de budget pour fabriquer un réel décor ou encore illustration redondante de l'action ou du drame sur scène, son utilisation est souvent décevante. Ici, la vidéo a des choses à dire ! Le plateau est surplombé de trois écrans LED, au lointain, à cour et à jardin, ces derniers pivotant pour faire entrer ou sortir les artistes. Dès les premières minutes, on sent qu'il y a eu une réelle recherche de contenus pour non seulement raconter de manière très graphique le décor également un sous-entendu, une opinion, une émotion, une vérité qui ajoute un réel plus à la mise en scène. Petit bémol sur la guillotine qui contraste avec son côté prévisible par rapport à l'originalité visuelle du reste du spectacle.

Une comédie musicale peut-être, mais surtout et avant tout un Opéra Rock !

Assourdissants applaudissements pour les musiciens à la fin du spectacle. Et à travers eux, pour ceux qui ont composé arrangements et paroles. Attention à ne pas s'attendre à une comédie musicale où les chansons se mêlent à l'action et aux répliques pour faire avancer l'histoire. Non, ici, on est en mode concert, son et lumières ! Malgré quelques soucis de sonorisation qui compliquent parfois la compréhension des paroles des chanteurs, le son balance ! Cinq musiciens perchés sur leur passerelle donnent le ton et le rythme aux chansons "La gloire à mes genoux", "Sans elles", "Je vois noir dans le rouge" à les rendre plus prenantes que dans les versions officielles radiophoniques.

Aussi mitigé soit ce spectacle, qu'on passe un bon moment ou qu'on soit quelque peu déçu, Le Rouge et le Noir reste l'un des spectacles piliers incontournables de la rentrée musicale parisienne. On vous laisse vous faire votre opinion et revenir vers nous. Alors, plutôt Rouge ou plutôt Noir ?

Crédit photo : Caroline Aelion pour 360°Prod

Découvrez la bande annonce du spectacle Le Rouge et le Noir, l'Opéra Rock :

Réserver


Le Rouge et le NoirLe Rouge et le Noir - l'opéra rock, d'Alexandre Bonstein
A partir du 29 Septembre au Théâtre Le Palace

Paroles : Zazie, Vincent Baguian ; Musique : Sorel, William Rousseau ; Mise en scène : François Chouquet, Lauren Seroussi

Avec Côme (Julien Sorel), Yoann Launay (Géronimo), Haylen (Louise de Rênal), Philippe Escande (Monsieur de Rênal), Elsa Perusin (Madame Valenod), Patrice Maktav (Monsieur Valenod), Julie Fournier (Mathilde de la Mole), Cynthia Tolleron (Elisa)

Basse : Sabrina Boudaoud ; Batterie : Camille Bigeault ; Clavier : Brice Mirrione ; Percussions : Sylvain Blanquart ; Guitare : William Rousseau

0 réponses

  1. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]
  2. […] elle qui ont dû annuler certaines représentations ou brader leurs places pour remplir les salles. Le Rouge et le Noir a réussi à tirer son épingle du jeu en proposant un spectacle innovant non exempt de défauts […]
  3. […] musicales jouent les prolongations. C'est le cas notamment d'Ivo Livi, Gutenberg ! ou encore Le Rouge et le Noir. Une vingtaine de nouveautés et de reprises sont également au programme, parmi lesquelles le […]
  4. […] Le Rouge et le Noir revient à l'identique (décors vidéos, musiciens sur scène, attitude rock). La distribution est elle aussi inchangée : vous retrouverez donc Côme en Julien Sorel. Il sera toujours entouré de ses camarades de l'émission de télévision The Voice tels que Yoann Launay et Haylen, mais également Patrice Maktav (Mistinguett – Reine des années folles), Elsa Pérusin (New – La Comédie musicale improvisée), Julie Fournier, Philippe Escande, Cynthia Tolleron et Michel Le Rousseau (Shrek-Le Musical) […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.