Critique : “Louise Weber dite La Goulue”, la biographie musicale au théâtre Essaïon

Figure incontournable de la Belle Époque, diva du Moulin Rouge, La Goulue a autrefois fait s’encanailler le tout Paris. Mais qui était-elle réellement ? Qui se cachait derrière ce personnage énigmatique ? De ses heures de gloire à sa triste décadence, la compagnie Les Petites Vertus nous présente le destin tumultueux de cette danseuse mythique.

De son vrai nom Louise Weber, La Goulue est abandonnée par sa mère à l'âge de 3 ans et recueillie par les sœurs. L'époque est en proie à une très grande pauvreté mais la jeune Louise Weber est malicieuse et rusée. Blanchisseuse le jour, elle est danseuse la nuit et fait ses débuts à l’Élysée Montmartre sous la présidence de Victor Hugo. Elle y danse avec frénésie vêtue des vêtements de ses clientes qu'elle empreinte pour faire le show. Grâce à son indomptable énergie,
elle se fait remarquer et embaucher par Charles Zidler au Moulin Rouge, nouveau haut lieu des festivités Parisiennes dont elle deviendra la star.

Photo ©Nelly Vigourel

Photo ©Nelly Vigourel

L'histoire nous est ici racontée à rebours, une manière originale et inattendue de nous immerger dans la vie de La Goulue. Le récit n'en est ainsi que plus rythmé et émouvant. On traverse les différentes périodes de sa vie guidé par un talentueux accordéoniste (Matthieu Michard). Ce dernier illustre chaque ellipse de temps de manière très poétique. Les chansons composées pour le spectacle semblent tout droit venues des cabarets et musicals de cette fin de 19ème siècle. Empreintes de nostalgie, ces mélodies nous transportent d'une scène à l'autre, au rythme des étapes de la vie de notre héroïne.

Photo ©Nelly Vigourel

Photo ©Nelly Vigourel

Delphine Grandsart est épatante dans le rôle de La Goulue. Du personnage triste et mélancolique, à la jeune femme sensuelle pleine d'entrain, en passant par la fillette abandonnée, Delphine Grandsart, excellente comédienne, incarne de façon remarquable le personnage de La Goulue tout au long de sa vie. Chaque scène est un moment fort de sa vie, ses années de blanchisseuse, ses débuts dans les bals montmartrois, sa carrière au Moulin Rouge et sa relation avec Toulouse Lautrec dont elle devint la muse. Son indépendance et son irrésistible envie de liberté la pousseront à quitter le Moulin Rouge en pleine gloire, c'est le début de son déclin.

Cette époque est aussi mise en scène et débute le spectacle. Comme un livre ouvert, La Goulue se révèle d'entrée de jeu et l'on découvre tout de ses déboires financiers, la perte de son fils Simon dit Bouton d'Or et ses problèmes d'alcool. C'est émouvant, parfois cru mais toujours d'une grande justesse, sans tomber dans la caricature. Comme son personnage, Delphine Grandsart n'a pas froid aux yeux, le public est mis à contribution, elle l’interpelle et n'hésite pas à venir à lui tout comme faisait La Goulue en son temps avec sa gouaille légendaire.

Savant mélange entre humour, émotion et sensualité, le spectacle réussit le pari de nous plonger dans l'intimité de La Goulue, danseuse la plus sulfureuse de la Belle Époque !


La GoulueLouise Weber dite La Goulue, la biographie musicale 

Au théâtre Essaïon‌, 6 Rue Pierre au Lard, 75004 Paris

Auteur : Delphine GUSTAU
Mise en scène : Delphine Grandsart et Delphine Gustau
Distribution : Delphine Grandsart et Matthieu Michard à l’accordéon
La compagnie : Facebook/louiseweberditelagoulue

0 réponses

  1. […] pour nous un coup de cœur lors de sa première exploitation au Théâtre de l'Essaion. Louise Weber dite La Goulue est une comédie musicale qui ne vous laisse pas indifférent avec une […]
  2. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.