Critique “Mademoiselle – Le Spectacle Musical” au Théâtre du Marais

Le Théâtre du Marais propose cet automne Mademoiselle, nouvelle version du spectacle musical Love Cabaret donné par Lisa Layer au Théâtre du Gymnase il y a quelques années.
Une seconde mouture réécrite et mise en scène par Philippe d'Avilla, qui transforme son interprète en meneuse de revue sensible.

[Critique réalisée lors de la répétition générale avec public]

Avec ses faux airs d'Enzo Enzo et son timbre à la Véronique Sanson, Isabelle Layer endosse le costume de Mademoiselle, une jeune artiste rêveuse, ambitieuse et un brin naïve, qui a réalisé son rêve d'être la vedette d'un grand cabaret parisien. Le soir de sa dernière, après avoir fait des adieux chaleureux au public, elle profite de se retrouver seule en coulisses (avec nous, et son fidèle ami pianiste) pour faire le bilan du parcours qui l'a entraînée de sa province natales aux mondanités de la capitale.

Isabelle Layer dans

Parcours initiatique somme toute assez classique et cousu de fil blanc (fait de désillusions amoureuses, d'humiliations, d'affirmation de soi et de revanches convergeant vers un final romantique), l'intrigue sage et attendue n'est pas l'atout le plus marquant du spectacle.
L'intérêt de Mademoiselle est d'offrir une revue de quelques uns des plus beaux standards de la comédie musicale, du cabaret et du jazz : de Marilyn Monroe aux comédies musicales de John Kander et Fred Ebb en passant par Peggy Lee et Frank Sinatra, la pièce rend hommage aux plus grands grâce à de charmants arrangements musicaux signés Vincent Gaillard (au piano ; La Nuit des Flamants Roses ; Querelle de Brest).

À l'exception des titres issus de Cabaret (qui reprennent l'adaptation française jouée aux Folies Bergère et au Théâtre Marigny entre 2006 et 2011), le spectacle prend le parti de nous faire redécouvrir ces chansons au travers d'adaptations inédites signées pour l'occasion par l'interprète. Si certaines sont sympathiquement réussies, d'autres laissent un peu plus circonspect, comme le "Respect" d'Aretha Franklin, ou le "Mr. Cellophane" de Chicago, dont la version française de Laurent Ruquier était bien plus convaincante.

Isabelle Layer dans

Si l'interprète met tout son cœur à donner vie à ces standards, force est de constater que son timbre ne colle pas toujours au texte et aux mélodies. Néanmoins, son interprétation de "My Heart Belongs to Daddy" fait partie des numéros qui sortent du lot et parviennent à nous conquérir.

La gestuelle très chorégraphiée de cette Mademoiselle donne l'impression d'un personnage tout en retenue et en maîtrise, qui met en scène sa vie comme s'il s'agissait d'une revue de cabaret millimétrée. Hélas, cela se fait au détriment des émotions dont on peine à percevoir l'authenticité.

La mise en scène de Philippe d'Avilla (Evita ; Gutenberg !) est toute en simplicité délicate et sensibilité. Elle est soutenue par une scénographie rose poudrée élégante, qui nous plonge dans la loge-boudoir de l'héroïne. Quelques surprises vidéos originales donnent un peu de magie au spectacle en créant des images aussi séduisantes qu'inédites dans ce type de création.

En dépit de ses inégalités, on perçoit de cette revue chantée qu'elle est faite avec le cœur et beaucoup de passion.

Crédit photos : Philippe d'Avilla

Réserver


 

Mademoiselle – Le Spectacle Musical

Au Théâtre du Marais –  37 rue Volta, 75003 Paris
Du 22 septembre au 30 décembre 2016, les jeudis et vendredis à 20h00

Mise en scène : Philippe d'Avilla ; Livret : Isabelle Layer et Philippe d'Avilla ; Adaptation des chansons : Isabelle Layer ; Arrangements  : Vincent Gaillard.

Avec : Isabelle Layer. Piano : Vincent Gaillard.

0 réponses

  1. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]
  2. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.