Critique : “New York adventures” de Marie Oppert

Le temps d'une heure, Marie Oppert vous accueille dans sa chambre d'étudiante à New York, vous venez?

Lorsque la lumière de la salle s'éteint, Marie Oppert (Les Parapluies de Cherbourg ; Alice) arrive à la grosse pomme, et dans sa valise, le public. Des étoiles plein les yeux, elle entame "Something's coming" et voilà la salle plongée dans l'immensité de la ville autour d'elle.

Avec la complicité d'invités, la jeune artiste met en scène et en musique les épreuves de son année à New York. Le mal du pays, omniprésent, alourdit l'ambiance du spectacle.
Au son du piano du talentueux John Florencio, les cours ont des ambiances de Chorus Line, "At the ballet", elle croise son amie danseuse Alice Regnouf. Avant de passer l'audition pour Cinderella, sa marraine la bonne fée Alyssa Landry (#Hashtags ; Rendez-vous), lui chante que tout est "Possible". Édouard Thiébaut (La Poupée sanglante ; Hairspray) quant à lui, donne un peu d'énergie à notre héroïne avec " I've got rythm".

Plus le spectacle avance et moins l'histoire est présente, plus cela ressemble à un concert au point où le sentiment d'inaboutissement nous fait en vouloir plus. Au final, plus que de donner envie d'aller étudier à New York, le spectacle était une façon pour Marie Oppert de déclarer sa flamme à Paris et à ses proches qui lui ont manqué.

On ne se lasse pas de voir Marie Oppert prouver son talent sur les planches et on espère que son retour à Paris signifie qu'on aura plus d'occasions de l'applaudir.


New York Adventures, de Marie Oppert

Avec : Marie Oppert, Alice Regnouf, Alyssa Landry et Édouard Thiébaut
Piano : John Florencio

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.