Critique : ”Once” au Sylvan Adams Theatre de Montréal

En 2007, un film irlandais à petit budget connaissait un succès surprise pour son histoire franche et romantique réalisée par John Carney. Transposé dès 2012 sur les planches, Once remporta huit Tony Awards, dont celui de la meilleure comédie musicale. En grande première dans la belle province, c'est maintenant au tour du Québec de découvrir ce spectacle avec une production montréalaise qui ouvre de surcroît la nouvelle saison du Centre Segal.

Du film à la scène

Un musicien des rues, errant le vague à l'âme dans Dublin, le cœur brisé. Une immigrée tchèque vendeuse de fleurs, mère monoparentale, délaissée par son mari. Une rencontre autour de la musique, porteuse d'espoir. Voilà les prémisses de Once et les bases d'un magnifique spectacle, rafraîchissant et mélancolique à la fois. Des émotions contrastées, une peur et une rage de vivre qui s'affrontent, un amour évanescent dans un monde où le mal-être est souvent incompris. Et surtout cette musique, délicate et puissante en même temps, totalement en diapason avec les émotions des personnages. Composée par Glen Hansard, le chanteur du groupe irlandais The Frames, et Markéta Irglová, elle est l'âme du spectacle, libératrice et salutaire.

Once Montréal

Musiciens et acteurs

Déjà dans le lobby pour le soir de la première médiatique, une partie de la troupe nous offre quelques chansons traditionnelles irlandaises, histoire de nous mettre dans l'ambiance du spectacle. Puis, le public les suit dans la salle où ils continuent leurs performances endiablées. Le voyage a débuté. On se croirait dans un pub irlandais devant des musiciens extrêmement doués qui ont à cœur de nous faire passer un bon moment. La particularité de Once est d'ailleurs que ces musiciens sont aussi les acteurs et chanteurs du spectacle. Et si l'action se déroule sur l’île d'Émeraude, la musique qui unit la troupe est bien universelle, dépassant toutes frontières.

Greg Halpin et Eva Foote : un duo parfait

Mais encore fallait-il dénicher le duo parfait pour incarner le gars (Guy) et la fille (Girl) sans prénoms qui sont au cœur de l'histoire. Deux personnages blessés par la vie dont l'amitié fugace changera le cours de leurs existences. Deux artistes capables de porter la musique et l'âme de Once. Aucun doute que cette production les ait dénichés en la personne de Greg Halpin et Eva Foote. Ce spectacle marque d'ailleurs leurs débuts professionnels à tous les deux. Auteur-compositeur montréalais, Greg a déjà enregistré un album acoustique, Notes from a Bedroom, tout droit depuis sa propre chambre à coucher. Il a également fait une tournée à travers l'Amérique du Nord qui sort pour le moins de l'ordinaire, jouant ses concerts directement dans les chambres à coucher de son public. Il chante aussi régulièrement dans le métro de Montréal, tout à fait à l'image de son personnage dans Once qui s'exécute dans les rues de Dublin.

Once Greg Halpin

Dès son entrée en scène, quelques notes à peine poussées, la présence de cet artiste bourré de talent frappe de plein fouet. Sa sincérité désarmante porte chaque morceau du spectacle. Greg ne fait pas que chanter, il raconte une histoire, il transmet des émotions et nous communique tout le désarroi de son personnage, toujours avec une grande justesse et vérité.

Once Greg Halpin et Eva Foote

Sa partenaire, Eva Foote, est habitée par la même authenticité. La jeune diplômée du National Theatre School of Canada a ce naturel qui ne trompe pas, alternant l'assurance et l'énergie de son personnage avec sa sensibilité criante. Sa douce voix se couple merveilleusement bien à celle de Greg notamment sur la très belle pièce ''Falling Slowly" qui a d'ailleurs remporté l'Oscar de la meilleure chanson originale en 2008.

Une troupe multitalentueuse

À ce duo de rêve, se joint une troupe multitalentueuse qui apporte du piquant à l'histoire à travers les situations cocasses mises en scène. De l'acteur et musicien irlandais Bryan Quinn (Hard to Be Soft), désopilant dans le rôle de Billy qui tient le magasin d'instruments de musique, à Matthew Raudsepp (Haunted Hillbilly), le bizarre et joyeux Svec, chaque artiste est à sa place, apportant sa contribution au spectacle.

Mise en scène par Andrew Shaver (Haunted Hillbilly), cette nouvelle production de Once est donc une vraie réussite. Un spectacle intimiste et original qui touche plusieurs cordes sensibles, porté par des artistes généreux et investis. À ne surtout pas rater !

Crédit photo : Leslie-Schachter


 

Once Centre SegalOnce, de Glen Hansard et Markéta Irglová

D'après le film du même nom réalisé par John Carney

Du 7 au 28 octobre 2018
Au Sylvan Adams Theatre de Montréal

Livret: Enda Walsh ; Mise en scène : Andrew Shaver ; Chorégraphies : Annie St-Pierre ; Direction musicale : David Terriault ; Costumes : Amy Keith ; Décor : Ken Mackenzie, Lumières : Martin Sirois ; Son : Brian Kenny.

Avec : Liv Simcha Chaimberg (Ivonka), Mia Czarnecki (Ivonka), Eric Digras (Eamon), Eva Foote (Girl), Olivier Gervais-Courchesne (Andrej), Al Goulem (Da), Greg Halpin (Guy), Jon-Alex MacFarlane (Bank Manager), Marie Mahabal (Reza), Sophie Paradis (Baruska), Bryan Quinn (Billy), Matthew Raudsepp (Svec), Justin Rutledge (Emcee), Mahalia Golnosh Tahririha (Ex-Girlfriend).

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.