Critique : “Timéo – La Circomédie Musicale” au Casino de Paris

Nous avions assisté au showcase en mai dernier et nous voici aujourd’hui, cinq mois plus tard, dans la salle du Casino de Paris pour assister à un spectacle plein de promesses. Malgré de beaux sentiments et un bel effort d’esthétique visuelle, Timéo nous a pourtant laissé sur notre faim…

Timéo raconte l’histoire d’un jeune garçon qui malgré son handicap rêve de devenir artiste de cirque. Lorsqu’il apprend que le cirque Diabolo, où travaille son idole Melody Swann, s’installe en ville, Timéo décide coûte que coûte de s’inviter aux répétitions. Il découvre alors que Melody à soudainement disparu…

La troupe de

La troupe de "Timéo - la Circomédie musicale"

C’est à ce moment précis que l’on aurait aimé que l’action démarre, nous entraine, nous fasse vibrer. L’histoire reste ainsi très linéaire, sans réel rebondissement pour susciter une vraie émotion face au destin de notre courageux héros. La disparition de Mélody Swann n’est finalement qu’un fil conducteur au service de jolis numéros de cirque. 

De son côté, Timéo se retrouve plus spectateur qu’acteur dans cette intrigue. Trop peu de tableaux mettent en avant son épanouissement en tant qu’artiste en herbe et nous le regrettons. Pour autant, nous avons particulièrement apprécié les quelques instants chorégraphiés entre Mathias Raumel (Timéo) en fauteuil roulant et Florence Peyrard (Lilou), des moments magiques pleins de beauté !

La distribution de Timéo

Vocalement la troupe s’en sort plutôt bien même si l’on discerne rapidement les habitués des scènes de comédies musicales. Rien à redire sur les acrobates impressionnants de grâce et d’agilité ! Dans l’ensemble, c’est en revanche plus laborieux sur les scènes de comédies.

La mise en scène n’en reste pas moins très belle bien que les décors soient presque inexistants. L’utilisation de projection vidéo habille complètement la scène et immerge parfaitement les artistes dans les différents tableaux. Les jeux de lumières viennent tour à tour électriser la scène ou lui apporter une délicate note de poésie. On retiendra tout particulièrement le numéro de Véronick Sévère (Dahlia) sur "La Femme Électro" et celui de Sylvain Rigault et Anako Gaudin (M. et Mme Tarzanov) sur "Danser sur le soleil", visuellement très réussis. Petit bémol et grande interrogation sur les chiens robots… Était-ce vraiment nécessaire ?

Timéo

Rythmées et entrainantes pour certaines, les chansons sont agréables et l’on se prend encore à les fredonner à la fin du spectacle. Les costumes et maquillages des acrobates et des clowns sont superbes, originaux et pleins de couleurs, ils évoquent à merveille toutes les fantaisies de l’univers du cirque ! 

Passé le discours sur l’acceptation du handicap amené de manière peu subtile, sur un ton très enfantin voire moralisateur, le public familial devrait trouver son compte dans cette circomédie pleine de bons sentiments.

Crédit photos : Manuel Moutier

Réserver


timeoTiméo – La Circomédie Musicale, d'Alex Goude

Au Casino de Paris à partir du 16 septembre 2016
16 rue de Clichy, 75009 Paris

Metteur en scène : Alex Goude ; Auteur : Jean-Jacques Thibaud ; Compositeur : Julien Vallesp ; Chorégraphe : Johan Nus

Avec : Jérémy Charvet, Mikelangelo Loconte, Benjamin Meytraud, Mathias Raumel, Florence Peyrard, Simon Heule, Djamel Mehnane, Ofélie Crispin

0 réponses

  1. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]
  2. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]
  3. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]
  4. […] ensuite Jérémie de Lacharrière, producteur au sein de la société Pôle Nord (Mugler Follies ; Timéo) qui investit la scène pour nous présenter brièvement le projet en compagnie du metteur en […]
  5. […] les personnages caricaturés se croisent et se recroisent dans ce bois. Salomé Hadjadj (Timéo) campe une sorcière plus mystérieuse que possible, et le petit chaperon rouge interprété par […]
  6. […] Sex, Drogues et Rock'n Roll, ça change des spectacles familiaux comme Aladin, faîtes un voeu ! ou Timéo et que j'ai l'habitude de produire". Quand on lui demande ce qui pourrait surprendre le public et […]
  7. […] Ainsi, dans les rôles principaux masculins, on retrouvera sans étonnement Mikelangelo Loconte (Timéo) dans la peau du génie de la musique Wolfgang Amadeus Mozart, et Florent Mothe (La Légende du roi […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.