Compte-rendu : “Opus 53” en showcase au Théâtre Dejazet à Paris

Critique : " Opus 53 " au Théâtre Dejazet à ParisLes 3 et 4 octobre dernier, au Théâtre Dejazet, se tenaient deux représentations en showcase du drame musical Opus 53, une création de Gérard Blanot et Patrick Roffé. Notre avis sur cette nouveauté française.

C'est sur fond de Seconde Guerre Mondiale que l'on retrouve sur scène le personnage principal Simon, juif, marié à Rebecca et jeune père de famille. Auparavant grand pianiste amoureux de la musique et passionné par Chopin, son cœur n'est désormais plus à la musique. Jusqu'au jour où arrivent trois soldats de la Wehmarcht dans le bar où il travaille. L'un d'eux, Hans, se met au piano et joue quelques notes de Chopin - Opus 53 plus précisément - le morceau préféré de Simon. Se créé alors une connexion spéciale entre les deux hommes que le contexte rend pourtant ennemis.

A peine le rideau ouvert, la tension dans la salle est palpable à chaque moment, d'autant plus durant les passages où sont présents les soldats allemands. Le cœur du public se serre pour le futur de Simon, surtout au fur et à mesure que la connexion des deux hommes se révèle être...de l'amour.

Des décors et une mise en scène simples mais bien fournis, des costumes comme sortis d'un coffre de souvenirs et une interprétation à couper le souffle : tels sont les ingrédients réunis pour ce drame musical. Malgré quelques longueurs dans les chansons solos, le duo de Simon et Hans, plus rythmé, redonne du baume au cœur.

Ce spectacle dramatique évoque une triste période de l'Histoire, mais rappelle également que l'évolution des mentalités exister. Alors, accrochez votre cœur pour cette montagne russe d'émotions et courrez voir Opus 53 dès ses prochaines représentations, en espérant bien sûr que les showcases auront pu convaincre des producteurs de théâtre !


Opus 53, de Gérard Blanot et Patrick Roffé

Livret : Gérard Blanot, Musique : Patrick Roffé, Mise en scène : Rubia Matignon, Coach Vocal : Carine Robert, Expression scénique : Johan Nus, Lumières : Tom Klefstad, Son : Alain Fredo Benani

Avec : Adelina Belgodere, François Borand, Julien Husser et Claude Lancelot

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.