Critique : “1789 – Les Amants de la Bastille” au Palais des Sports de Paris

Critique : "1789 - Les Amants de la Bastille" au Palais des Sports à ParisPour leur nouveau spectacle, Dove Attia et Albert Cohen (producteurs du Roi Soleil et de Mozart l'Opéra-Rock) ont frappé fort. En s'attaquant au sujet de la révolution française, sans doute l'un des thèmes historiques les plus fondamentaux et fédérateurs de France, nous étions pourtant en droit de craindre le pire. Mais force est de constater que 1789 - Les Amants de la Bastille est un spectacle à la hauteur de son sujet, à savoir une somptueuse fresque romanesque et épique valorisée par une mise en scène absolument hallucinante.

Un saut qualitatif indéniable par rapport à ses "prédécesseurs" du Palais des Sports

Ceux d'entre vous qui nous lisent régulièrement savent à quel point nous pouvons être durs avec les spectacles dits "à la française" comme Dracula ou l'excécrable Adam & Eve (en soi, quasiment tout ce qui passe au Palais des Sports depuis quelques années). Ce qu'on leur reproche habituellement ? Un fil narratif complètement inexistant, un livret d'une pauvreté affligeante, des chansons de variété déconnectées de l'histoire et souvent amenées maladroitement, des artistes davantage chanteurs qu'acteurs (ou inversement)...bref, on en passe et des meilleurs.

Critique : "1789 - Les Amants de la Bastille" au Palais des Sports à ParisMarie-Antoinette (Roxane Le Texier) et sa suite dans leurs somptueux costumes

1789 - Les Amants de la Bastille prend à revers la majorité de ces écueils. Pour une fois, les scènes de théâtre donnent un vrai sens à l'histoire et sont de surcroît jouées par des interprètes plutôt convaincants et à l'aise dans leur jeu de comédiens (Louis Delort figure à ce niveau parmi les bonnes surprises du lot). La présence de chansons narratives est également une bonne surprise, à commencer par "Au Palais Royal / Les Prostitués", le premier numéro de Danton (incarné par David Ban d'Avenue Q) qui constitue un vrai titre de comédie musicale dont le style se prête bien à l'époque historique de la révolution française.

Sans véritable tête d'affiche ni de personnage majeur à mettre en avant, 1789 - Les Amants de la Bastille fait de l'histoire de la révolution française le vrai coeur de son spectacle. Ce qui est mis en exergue, c'est avant tout ce contexte d'injustice et de révolte, cet ensemble de personnages et grandes figures de la Révolution, les magnifiques costumes de l'époque et lieux symboliques comme Versailles ou la Bastille.

Critique : "1789 - Les Amants de la Bastille" au Palais des Sports à ParisDuo amoureux entre Ronan (Louis Delort) et Olympe (Camille Lou), les amants de la bastille

La mise en scène, le grand point fort du spectacle

Que dire du travail effectué par Giuliano Peparini, le metteur en scène et chorégraphe du spectacle ? Pour sa première comédie musicale, il s'est entouré de 33 danseurs et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a insufflé du caractère et un souffle incroyable au spectacle. Sa mise en scène transcende littéralement la comédie musicale, sans pour autant en mettre plein la vue gratuitement. C'est somptueux et subtil à la fois, d'autant plus que l'utilisation de la vidéo n'est pas sans rappeler les superbes transitions dynamiques entrevues au Théâtre du Châtelet lors de la tournée du 25ème anniversaire des Misérables.

Cela donne lieu à des tableaux mémorables qui nous laissent pantois. Parmi eux, la mise en cellule du jeune Ronan, l'admission d'amour d'Olympe, la chute puis l'éxécution de Marie-Antoinette et la séquence - incroyable - de la prise de la Bastille. En prime, 1789 - Les Amants de la Bastille propose une vraie fin avec la poignante séquence de rédaction de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

Critique : "1789 - Les Amants de la Bastille" au Palais des Sports à ParisLa révolution de 1789 gronde au sein du peuple qui crie à l'injustice 

Tout n'est pas encore parfait, mais...

Vous l'aurez compris, 1789 - Les Amants de la Bastille n'est malgré tout pas exempt de défauts même si on serait tenté de les occulter tellement ce spectacle musical "à gros budget" se démarque de ceux du même type qui se sont succédés ces dernières années sur la scène parisienne. Le début de la comédie musicale est néanmoins peu convaincant et on retrouve régulièrement au cours du spectacle des chansons dont il est difficile de savoir ce qu'elles sont censées raconter.

Par ailleurs, la construction de 1789 est parfois trop elliptique et hâtivement "expédiée" par des explications précipitées semble-t-il pour justifier ce qui est arrivé aux personnages entre deux tableaux. Le premier acte paraît également très long (la course-poursuite dans la prison aurait par exemple pu être écourtée) tandis que les séquences humoristiques semblent forcées et inutiles.

Malgré cela, 1789 - Les Amants de la Bastille est une véritable bonne surprise à ranger parmi les spectacles musicaux que l'on vous recommande de voir impérativement lors de cette rentrée 2012. Les producteurs Dove Attia et Albert Cohen ont relevé leur niveau d'exigence et ont visiblement su tirer les enseignements de ce qui se fait de mieux dans le théâtre musical pour proposer ce spectacle musical de qualité.


1789 - Les Amants de la Bastille, de Dove Attia et Albert Cohen

Du 29 septembre au 30 décembre 2012
Au Palais des Sports de Paris
1 Place Porte de Versalles, 75015 Paris

Et en tournée en France à partir de février 2013

Mise en scène et chorégraphie : Giulianio Peparini ; Livret : Dove Attia et François Chouquet ; Musiques : Rod Janois, Jean-Pierre Pilot, Olivier Schultheis, William Rousseau, Dove Attia ; Costumes : Frédéric Olivier ; Lumières : Xavier Lauwers

Avec : Louis Delort (Ronan) ; Camille Lou (Olympe) ; Rod Janois (Camille Desmoulins) ; Roxane Le Texier (Marie-Antoinette) ; Sébastien Agius (Robespierre) ; Nathalia (Solène) ; Mathieu Carnot (Lazare) ; David Ban (Danton) ; Yamin Dib (Auguste Ramard) ; Philippe Escande (Louis XVI) ; Tatiana Matre (Yolande de Polignac) ; Guillaume Delvingt (Jacques Necker) ; Cyril Romoli (Charles X de France)

48 réponses

  1. Céline
    J'ai été le voir hier après-midi... Je suis en tout point d'accord avec toi! Je trouve que ce spectacle est une surprise. Je ne peux nier que j'y allais avec la certitude de ne pas être conquise, raté! :) En tout cas, Attia/Cohen on "payé" leur succès et ils ont eu raison! Giuliano est le metteur en scène parfait pour ce genre de spectacle. Pour ce qui est de la comedie, je crois que leur coach est Pierre Regianni, le niveau ne peux être que meilleur! En tout cas, bravo pour la critique et longue vie a la république!
  2. loriane
    je vais le voir le 1er decembre on verra.. je n'ai pas été emballée par l'album on verra.. mais je tiens juste a rappeler un spectacle qui a plu beaucoup plus aux spectateurs qu'aux critiques (ce qui ne m'étonne pas car les critiques devraient s'enlever leur m***** dans leurs yeux..) c'est mozart l'opéra rock qui a été magistralement interprété et choregraphié etc c'était magnifique ! nous verrons 1789..
  3. Anonyme
    C'est marrant d'émettre des critiques sur le travail d'artistes en réduisant 13 ans de carrière à une analyse succincte et extrêmement réductrice. Pq se livrer à de telles bassesses alors que visiblement, ce spectacle n'en a pas besoin, vue sa qualité indéniable? Je pense personnellement que le métier de chanteur danseur comédien que j'essaie malgré la conjoncture de préserver n'avait pas besoin de ces quelques malheureux commentaires bien réducteurs, limite pervers. Votre article aurait gagné en noblesse si vous vous étiez gardés de proférer de telles atteintes au métier. Je terminerai par un simple: Merde à toi aussi... (Ce qui, entendons-le bien, dans mon métier équivaut à vous souhaiter bonne chance pour la suite, bien sûr) Nuno Resende, artiste attristé.
  4. gambit
    bonjour Nuno, je suis un simple spectacteur et je souhaite régair à ton commentaire. Je souhaite te faire partager 2 choses : la première est qu'à mon avis, tu n'as pas compris le sens de la critique de l'article laissé par la journaliste de musical avenue. La comparaison qu'elle porte sur Adam et Eve par rapport à 1789 ne remet pas en cause l'honnêteté et la réelle implication que vous avez eu, vous artistes, à faire ce spectacle. Elle porte sur la mise en scène et l'absence totale de fond sur la vision artistique qui a vous a conduis à l'échec. Le public n'est dupe de rien. Et quand on se fout de sagueule ben il dit non. Et c'est très bien comme ça. En ce sens, si Pascal Obispo est parfaitement légitime dans son métier de chanteur il ne l'est absolument pas en tant que metteur en scène et en direction d'acteurs : A CHACUN SON METIER. lorsque j'ai vu A & E j'ai été très mal à l'aise pour l'ensemble des artistes sur scène parce que vous étiez absolument ridicules et j'avais beaucoup de peine pour vous car vous méritiez beaucoup mieux. L'échec d'A & E n'est pas de votre faute mais cela incombe à la personne qui vous a "dirigé". Idem pour Dracula qui comme A & E a eu la malhonnêté de proposer un spectacle vivant avec des codes d'émission de télévision. Ne te pose pas en victime t'es un super chanteur, mais que cette expérience te serve au moins à quelque chose et qu'elle te donne le coup de pied au cul dont tu as besoin et pour que la prochaine fois, tu fasses attention au choix des gens avec qui tu travailles et te permettes d'avoir le recul necessaire pour comprendre que les choses qui brillent quand tu grattes, et bien c'est du toc. Ressource toi et bonne chance dans ton métier. Gambit
  5. Philippe
    ... que l'on remonte "La révolution française" de Boublil et Schönberg !
  6. Polo
    Désolé, mais Adam et Eve nous avions aimé... C'est vrai qu'avec un livret plus solide, aurait rendu le spectacle encore meilleur !... ça faisait bien longtemps qu'une comédie musicale à la française ne nous avait plus emballé comme ça (Adam et Eve est un thème fédérateur) !!! On ne comprend pas pourquoi Musical Avenue a détesté. Par contre Dracula a été la pire comédie musicale vue la saison passée (et je dirais même depuis Cindy 2002) ! Paul Regnier De Paris à Broadway (Belgique)
  7. gambit
    Salut Paul, désolé à mon tour mais l'échec d'A & E ne peut absolument pas être résumé à son livret. Si le thème (et je suis d'accord avec toi) pouvait être fédérateur, le résultat a été juste une insulte à l'intelligence des spectaeurs et au spectacle vivant en général. A moins que la cible des producteurs ait été le jeune public uniquement, là ok, pour les 7-10 ans ça pouvait coller, et encore.... Je comprends tout à fait que Musical avenue n'ait pas aimé car le fond et la forme artistique étaient totalement absents et dénués de sens et de consitence. Mais j'insite une nouvelle fois sur les artistes qui qui ont fait ce show, je leur tire mon chapeau car pour défendre sur scène un truc pareil, relève d'un exploit et je souhaite aux chanteurs et aux danseurs qu'ils puissent un jour faire un show digne d'eux, car ils se sont donné à fond.
  8. Polo
    Pourtant, je suis anti comédie musicale à la française (qui sont la spécialité de mon collègue)... Et je peux te dire que moi personnellement, j'ai été bluffé ! Bien sûr qu'à un moment, j'ai été perdu dans l'histoire (ou le peu d'histoire)... Mais au final, j'avais adoré ! Paul Regnier De Paris à Broadway (Belgique)
  9. Polo
    Et je comprend très bien la réaction de Nuno !
  10. gambit
    Alors vraiment si tu as aimé A & E tu vas adorer 1789 parce que c'est du jamais vu et tu vas prendre un pied génial vas-y vraiment c'est formidable et très émouvant à la fin
  11. Chris
    Oui moi aussi comme Philippe j'atttends également toujours que l'on remonte "la Révolution française" ! Helas 1789 a coupé l'herbe sous le pied de la "Révolution française" qui devait être remonter en 2012. Ce qui me gene beaucoup dans 1789 c'est le manque d'imagination des auteurs. En effet la révolution française a déjà été fait en comédie musicale (la 1ère comédie musicale française à avoir été crée etait "la révolution française" dans les années 70"). Le pire etant qu'il ont repris le même fond que la comédie musicale "la révolution française": un amour impossible entre 1 paysan et 1 noble. Quelle manque d'imagination ! Refaire ce que d'autres ont déjà fait !
  12. laurent
    va voir le spectacle et on en reparle honnêtement ::)) car c'est la première fois que la mise en scène sert l'histoire; Perso je n'ai jamais été client des shows de dove attia, mais là giuliano peparini le metteur en scène leur a fait un spectacle brillant et sourtout intelligent où le public de TF1 et NRJ peut se réconcilier avec le public de Télérama et de musical avenue :) vas-y et après on parle du fond et n'ai aucune crainte par rapport au spectacle de 1970 ça n'a rien d'un copié coller ce sont deux shows deux univers totalement différents
  13. Khp
    Devant tant d'éloges, je suis pantois, alors rassurez-moi : la musique, elle est bien préenregistrée ? et la salle, c'est bien une salle de sport et pas un vrai théâtre ? Bon, parce que sinon, je vais me sentir obligé d'y aller !
  14. laurent
    lol oui trop fort ton message ::)) oui c'est vrai le palais des sports n'est pas un théâtre du 18eme et la musique playback demeure au détriment d'un VRAI orchestre et les chansons sont hypers formatées nrj MAIS car il y a un MAIS la mise en scène, les vidéos décores, les costumes et les cjhorégraphies te font totalement oublié ces carences vas-y je te jure tu ne le regretteras pas! pour une fois que la production de dove attia fait quelque chose de bien ne nous en privons pas !
  15. Lewis
    Ahah c'est rigolo. Et si on utilisait les pognon de ces "vidéo-décors" pour ... heu ... je ne sais pas, payer des musiciens, par exemple ? Moi je dis ça, je dis rien. Enfin j'sais pas, ça me semblerait tellement logique. Bref. Quant à Nuno Resende: s'il y a bien une constante avec ces spectacles musicaux français, c'est que la moindre critique négative (même sur le plan de la mise en scène) semble être vécu comme une insulte personnelle faite aux artistes. Si vous ne supportez pas la critique, changez de métier, ça vaudrait mieux. Que ça vous fasse vivre, tant mieux ! Je n'ai rien contre ! Mais que ça ne se fasse pas au détriment de la qualité du projet présenté. Adam et Eve était une belle bouse qu'on a envoyé à la tronche du public.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.