Critique : “Ce soir, il pleuvra des étoiles” au Théâtre Douze

Critique : "Ce soir, il pleuvra des étoiles" au Théâtre DouzeUne malle, une armoire, un piano, une contrebasse. Tous recouverts d'un drap. Lorsque nos quatre personnages entre en scène, la vie semble reprendre dans ce grenier abandonné. Quelques notes et nous voici transportés avec eux dans le contexte de la belle époque, lors de la guerre franco-allemande de la fin du XIXème siècle.  Plusieurs bonds dans le temps permettent ensuite de découvrir la réalité de la "Grande Guerre", puis les atrocités de la Deuxième Guerre mondiale... Grâce à des témoignages écrits ou chantés, Ce soir, il pleuvra des étoiles, malgré son titre codé rempli d'une poésie tragique, peint une ébauche pointilliste d'un siècle et demi de conflits mondiaux.

Une mise en scène qui porte l'émotion

Conçu par Alexandre Martin-Varroy (également acteur dans la pièce) et brillamment mis en scène par Patrick Alluin, cette œuvre singulière s'adresse tout autant aux témoins directs des différentes époques évoquées (le spectacle a longtemps été en résidence à l'Assistance Publique auprès des personnes âgées) qu'aux générations futures (Ce soir, il pleuvra des étoiles a reçu le soutien de la Ligue de l'Enseignement), afin de transmettre le flambeau de cette mémoire douloureuse en vers et en musique.

Les lumières tamisées d'Eric Charansol, les costumes sobrement rétro de Benjamin Lefebvre ainsi que les chorégraphies de Mariejo Buffon contribuent à créer un climat intimiste, parfois perturbé par des détonations d'obus ou par le pas saccadé d'une ligne de militaires. Si le spectateur est parfois un peu perdu dans la narration peu évidente du récit, on comprend vite que cette succession d'extraits agit comme la palette d'un impressionniste, par touches délicatement apposées, formant un ensemble chronologique des plus touchants.

De remarquables interprètes

Sans conteste, la principale force de Ce soir, il pleuvra des étoiles demeure dans la qualité de ses interprètes. Alexandre Martin-Varroy, qui joue le rôle principal en alternance avec Cyril Romoli, capture toute l'émotion des morceaux de vie qu'il nous conte et délivre ses monologues en les vivant avec une rare intensité. Tout aussi doué dans le chant, le jeune homme incarne divers personnages et dose humour et émotion avec talent, notamment sur certains airs très gais tels que "Rosalie".

Sa comparse, Marie Pierre Rodrigue (qui alterne sur certaines dates avec Rachel Pignot), joue également la carte d'une interprétation et d'un chant sans faille. De part et d'autre de la scène, les deux musiciens prennent également part au récit. Alix Merckx à la contrebasse et Romain Molist au piano interprètent une partition de variété avec des accents jazzy ou manouches qui sont les bienvenus, modernisant ainsi le répertoire de manière radicale mais en gardant intact tout son potentiel d'émotion.

Vingt-deux titres sont interprétés dans le spectacle, ils reprennent chronologiquement l'empreinte des époques qu'ils ont traversés. Entrecoupées de lecture de lettres personnelles, d'articles de presse (le fameux "J'accuse" de Zola), de déclarations politiques, les chansons ne permettent pas vraiment de faire avancer quelque intrigue que ce soit mais dépeignent une ambiance, une insouciance, ou au contraire toute l'inquiétude d'un moment de vie, ou d'Histoire.

Ce soir, il pleuvra des étoiles est un concentré d'émotions. Malgré son sujet grave, une approche légère tout en finesse permet aux quatre comédiens-chanteurs-musiciens de nous emporter dans une revue historique teintée de nostalgie dramatique.


Ce soir, il pleuvra des étoiles d'Alexandre Martin-Varroy

Du 16 septembre au 17 octobre 2010

Théâtre Douze
6 avenue Maurice Ravel,
75012 Paris

Réservations au 01 44 75 60 31 ou sur www.theatredouze.fr

Mise en scène : Patrick Alluin ; Chorégraphies : Mariejo Buffon ; Costumes : Benjamin Lefebvre ; Lumières : Eric Charansol.

Avec : Alexandre Martin-Varroy (en alternance avec Cyril Romoli), Marie Pierre Rodrigue (en alternance avec Rachel Pignot), Romain Molist, Alix Merckx.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.