Critique : “Chéri Bibi” au Théâtre des Cinq Diamants

Critique : "Chéri Bibi" au Théâtre des Cinq DiamantsLa Compagnie les Apicoles, menée de main de maître par Bernard Bernardin, nous présente une libre adaptation du roman feuilleton de Gaston Leroux sur les mésaventures de Chéri Bibi, un forçat injustement condamné, en direction du bagne de Cayenne. Rébellion, cannibalisme, romantisme et... fatalité.

Entre grand-guignol, numéros de troubadour et cabaret musical, cette adaptation scénique de Chéri Bibi surprend et séduit par son inventivité. Le traitement tout à fait inédit de cette aventure, grâce à une mise en scène astucieuse et dynamique, permet au récit de prendre une nouvelle dimension. On soulignera donc ici le travail de Bruno Bernardin, qui a entrepris le transfert d'un roman fleuve saupoudré d'action, et même parfois d'horreur, vers une œuvre courte (1h15), rythmée et très singulière. Fumées, lumières et éléments de décor contribuent à créer une ambiance tantôt pesante, presque menaçante, tantôt plus enlevée, l'humour restant omniprésent dans le texte et l'interprétation.

L'interprétation, justement, est l'un des piliers du spectacle. Cinq comédiens et une comédienne interprètent à eux seuls près d'une vingtaine de rôles. Tels des clowns blancs, avec le visage peint, chacun d'eux accumule costumes, accents et argots pour faire vivre une galerie de personnages contrastés : des paysans, des condamnés, un capitaine de navire et son second, une religieuse, deux couples d'aristocrates... Cette distribution affiche une belle unité. La talentueuse jeunesse des comédiens sur scène permet de dégager une fraîcheur bienvenue.

Musicalement, l'œuvre se situe au croisement de la nouvelle scène française à texte et de sonorités plus britaniques... On saluera l'effort et l'originalité d'insérer des morceaux chantés dans ce type de spectacle de théâtre moderne. Une démarche audacieuse, qui apporte un nouvel éclairage des plus intéressants.

Si Chéri Bibi, de la Compagnie les Apicoles, n'est pas forcément une œuvre facile d'accès, elle revêt pourtant la forme d'un divertissement très bien ficelé et bourré de talent. Une bien curieuse découverte à recommander aux amoureux de théâtre et d'aventure rétro.


Chéri Bibi, de Bruno Bernardin

D'après Les Cages Flottantes de Gaston Leroux

Jusqu'au 30 décembre 2011, à 20h30

Adaptation, mise en scène et scénographie : Bruno Bernardin Création musicale : Tristan Maurel-Delhome et François Marnier Costumes : Marie Maurel

Avec : Caterina Barone, Olivier Bonnaux, Maxime Coudour, Nicolas Gatulle-Duprat, Arthur Leparc et Jean-Jacques Marnier

Au Théâtre des Cinq Diamants
10 rue des Cinq Diamants, 75013 Paris

Autour du spectacle : du 19 au 23 décembre de 15H30 à 17H, en alternance:
Atelier de pratique artistique : "Construire un personnage"
Rencontre autour de : "L'adaptation et de l'oeuvre de Gaston Leroux"

Site Internet : www.theatre-5-diamants.fr

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.