Critique : “Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie” au Monument-National de Montréal

Critique : "Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie" au Monument-National de MontréalLes petits Québécois étaient nombreux à attendre l’arrivée de la célèbre souris-journaliste sur la scène du Monument-National mercredi soir lors de la première médiatique de la comédie musicale mettant en scène ses exploits. Plusieurs s’étaient même équipés d’un des livres de la série Geronimo Stilton, vendus à plus de 74 millions d’exemplaires et traduits en 36 langues dans 150 pays, patientant en lisant quelques passages avant le début du spectacle qui leur réservait bien des surprises.

Puis, le rédacteur en chef de L’Écho du rongeur s’est enfin matérialisé sous les yeux du jeune public qui s’est laissé entraîner avec plaisir dans ses histoires rocambolesques, visitant tour à tour les sept royaumes merveilleux gouvernés par des sorcières, des sirènes, des lutins, des dragons, des gnomes, des géants et des trolls. Pour libérer la Reine des fées, Geronimo Stilton doit en effet trouver le moyen de traverser chacune des contrées fantastiques qui le séparent d’elle, usant de son imagination pour se frayer un chemin jusqu’à son objectif. On ne s’inquiète toutefois pas beaucoup pour le héros qui arrive aisément à ses fins, car les embûches mises sur sa route sont rapidement contournées et les tensions trop vite dissipées.

Davantage de rebondissements dans l’intrigue auraient ajouté un aspect plus téméraire à l’histoire, mais celle-ci n’en demeure pas moins amusante avec des interprètes qui ont remarquablement donné vie aux personnages de ce roman phare de la série. Parmi eux, Eloi ArchamBaudoin s’est particulièrement distingué dans le rôle-titre avec un masque moulé à son visage qui laissait entrevoir ses véritables expressions faciales. Le jeune comédien-chanteur a su traduire les défauts et qualités de l’extravagante souris qui se trouve malgré elle transportée dans mille et une aventures.

À l’image du livre où des pastilles à gratter révèlent les odeurs propres à chaque royaume, la production a fait appel à la compagnie québécoise Spraylogik pour transporter le public au cœur d’un voyage olfactif. Toutes sortes de parfums plus ou moins agréables nous chatouillent ainsi les narines d’un royaume à l’autre, comme des effluves marines pour l’univers des sirènes ou de fraises pour celui des gnomes. Outre les décors modulables et les projections visuelles, cette expérience inusitée participe à rendre le spectacle vivant. Les feuilles volantes du manuscrit de Geronimo Stilton qui se répandent dans la salle ou le blizzard qui souffle sur les premières rangées ont également enthousiasmé le public, ravi d’être inclus dans l’histoire.

Rythmé par une douzaine de chansons aux styles variés selon l’univers visité (rock, hip-hop, reggae, etc.), le spectacle se classe cependant davantage dans la catégorie des pièces de théâtre pour enfants avec de nombreux dialogues qui supplantent les intermèdes musicaux. Certains sont d’ailleurs très cocasses comme "Trolls story" où un couple de trolls répugnants s’échange de drôles de mots doux.

En supplémentaire à Montréal jusqu’au 5 janvier prochain, Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie se rendra ensuite au Capitole de Québec le 6 et 7 mars avant d’être présenté en anglais en Ontario. La production vise même la France et les États-Unis dans un avenir proche, ce qui enchantera sûrement les jeunes amateurs de cette œuvre littéraire originaire d’Italie !


Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie de Serge Postigo (Adaptation, livret et mise en scène) d'après l'oeuvre d'Elisabetta Dami

Du 26 décembre 2012 au 5 janvier 2013 au Monument-National de Montréal

Billets : http://legrandspectaclegeronimostilton.com/

Assistante à la mise en scène et régie : Nadia Bélanger ; Directeur musical : Olivier Boyer-Masutti ; Scénographe : Jonas Veroff Bouchard ; Accessoiriste : Alain Jenkins ; Concepteur des costumes : Denis Lavoie ; Concepteur des éclairages : Matthieu Larivée (Lüz Studio) ; Concepteur des éclairages : Vincent Lavoie (Lüz Studio) ; Coach vocal : Estelle Esse ; Réalisatrice vidéo : Marie-Christine Dufort (Lüz Studio) ; Sonorisation : Martin Lessard ; Adaptation anglaise : Jennifer Barr

Avec : Eloi ArchamBaudoin, Albane Château, Christian Grenier, Josée Lacombe, Anne-Marie Levasseur, Dominic Lorange, David Laurin

0 réponses

  1. […] dans la bouche des interprètes qui se les approprient pour les rendre naturels. Serge Postigo (Geronimo Stilton) a fait un véritable travail d’orfèvre en traduisant ce spectacle, loin de la version […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.