Critique : “Histoire du Soldat” à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet, à Paris

Critique : "Histoire du Soldat" au Théâtre de l'Athénée Louis Jouvet, à ParisUne des premières œuvres du compositeur classique de la période contemporaine Igor Stravinsky vient d'ouvrir à l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet. Cet opéra "de poche" qui posait les bases du théâtre musical dès 1917 conte une fable d'inspiration faustienne.

Un pacte avec le diable. Tel est le point de départ de cette tragédie inspirée du personnage créé par Goethe, et dans laquelle un narrateur nous livre les péripéties d'un soldat qui échange avec Satan un violon contre un livre prédisant l'avenir.

La forme tout à fait surprenante de cette Histoire du Soldat s'inspire des arts du cirque et de la magie. Suspendu, le soldat est une véritable marionnette qui déambule telle une poupée sur un fil tendu au dessus de la scène. Un numéro d'équilibriste en apesanteur qui créé l'émotion. Lorsque le chef d'orchestre, qui incarne aussi le diable, propose de pactiser, l'habile gestuelle des deux personnages, saupoudrée de paillettes ou de plumes, nous conduit aux confins de la prestidigitation. Une troisième discipline s'exprime gracieusement dans ce tableau élégamment mis en scène par Jean-Christophe Saïs : la danse. Lors de l'apparition du personnage de la princesse qui, toute de rouge vêtue, envoûte le soldat et son public.

Malheureusement, la narration ne permet pas une véritable immersion dans l'œuvre. Difficile d'accès, la prose syncopée et répétitive de Charles-Ferdinand Ramuz est un élément déstabilisant.

Malgré la superbe partition de Stravinsky et l'interprétation sans faille de l'ensemble TM+, un orchestre de talent composé d'un violon, d'une contrebasse, d'une clarinette, d'un basson, d'une trompette, d'un trombone et de percussions, l'Histoire du Soldat nous laisse sur notre faim.


Histoire du Soldat, d'Igor Stravinsky et Charles-Ferdinand Ramuz

À l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Square de l’Opéra Louis-Jouvet 7 rue Boudreau 75009 Paris

Du samedi 16 juin au vendredi 22 juin 2012 (samedi 16 à 20h, dimanche 17 juin à 16h, mardi 19 juin à 19h, mercredi 20 juin à 20h et vendredi 22 juin à 20h / séance scolaire : jeudi 21 juin à 14h30)

De 7 à 32 €

Scénographie : Jean Tartaroli et Jean-Christophe Saïs, lumières : Jean Tartaroli, costumes : Bruno Fatalot, maquillages : Élisa Provin, collaboration artistique : Jérôme Ragon
Avec : Laurent Cuniot, Raphaëlle Delaunay, Mathieu Genet et Serge Tranvouez
Musiciens : TM+, ensemble orchestral de musique d’aujourd’hui, Noëmi Schindler, Laurène Durantel, Nicolas Fargeix, Yannick Mariller, André Feydy, Olivier Devaure et Claire Talibart.

www.athenee-theatre.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.