Critique : “Julie Victor fait ce qu’elle veut” au Sentier des Halles à Paris

Julie Victor fait ce qu'elle veut au Sentier des Halles On l’avait laissée avec son précédent one-woman show en 2012. Et puis…plus rien ! Réjouissez-vous, la pétulante et pétillante demoiselle est de retour tous les mardis au Sentier des halles et - bonne nouvelle - Julie Victor fait ce qu’elle veut !

L’autre bonne nouvelle, c’est qu’on nous annonçait un "spectacle remasterisé". On avait donc peur de revoir le même spectacle avec juste une ou deux modifications, comme c’est trop souvent le cas. Que nenni ! C’est bien un nouveau spectacle que nous présente l’interprète de nombreuses comédies musicales (Fame ; Cabaret) dont elle fait une caricature lors d’un numéro d’entrée musclé où elle détaille tous les styles de musique qu’elle a interprétés au cours de sa carrière. 
 
Comme par le passé, l'artiste nous raconte son histoire avec une sincérité débordante...enfin, pas toujours, on l’espère pour elle… surtout quand elle retrace son enfance qui ferait passer celle de la petite fille aux allumettes pour un enchantement. A part ça, elle revient à travers une galerie de personnages plus loufoques les uns que les autres, sur les petits boulots pour vivre, les voix off pour la radio, et son passage à l’Eurovision (oui, oui, vous avez bien lu !). Bref, elle ne s’épargne pas !
 
 
L’artiste a aussi évolué dans l’écriture des chansons. L’humour est bien plus présent et se fait beaucoup plus acide, plus "cash". Et là aussi, elle se livre en toute liberté. De sa prise de position sur sa pilosité à "Moi, moi, moi", sorte de masturbation poétique en musique, C’est une Julie Victor 100% bio qui se présente à nous… 
 
Même si on n’a rien compris au (trop long) passage de la voyante qui lit dans les sushis, on ne peut que s’incliner devant la performance et surtout la folie de la Diva. On pourrait d’ailleurs la soupçonner, comme la chanteuse Lara Fabian qu’elle évoque au cours d’une imitation, de cabotinage et donc d’en faire trop… Mais le plus important, c’est que Julie Victor fait ce qu’elle veut et  comme le dit la chanson de la susnommée : "tu vois, on l’aime comme ça".
 

Julie Victor fait ce qu’elle veut
Etienne de Balasy, Julie Victor et Tatiana Werner 

Au Sentier des Halles
50 rue d’Aboukir 
75002 Paris 

Tous les mardis à 20h

Billets disponibles dans tous les points de vente habituels

Mise en scène : Tatiana Werner 
Piano et Batterie : Jérémie Ponthier

 

0 réponses

  1. […] vu certaines et certains réaliser des merveilles. Hélas, Christelle Chollet n'a ni la folie d'une Julie Victor, ni le charisme d'un Andy Cocq ou la sensibilité d'un Flannan Obé. Si l'on sourit volontiers à […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.