Critique : “L’Envol 1946” au Théâtre Musical Marsoulan

Critique : "L'Envol 1946" au Théâtre Musical MarsoulanLa seconde guerre mondiale est une période de l'histoire qui a beaucoup inspiré les auteurs de comédie musicales. On ne compte plus le nombre de spectacles ayant pour thèmes ces six années meurtrières. Mais peu se sont intéressés à ce qui c'est passé une fois la guerre fini. C'est là le concept de L'Envol 1946.

Paris, 1946 : la ville est libérée. Dans les bars, les maisons closes et les cabarets la vie bat son plein. DIx-sept destins s'y croisent, tous avec la volonté d'oublier le passé et de tourner vers l'avenir.

Cette pièce musical créée et mise en scène par Juliette Moltes est à l'affiche du théâtre Marsoulan depuis le début du mois d'août.
On est surpris à première vue de voir dans une production de cette taille un nombre aussi important de comédiens : ils sont 17 au total ! Tous défendend remarquablement bien leurs rôles, et on retient particulièrement l'incroyable performance de Sarah Perahim.

"L'Envol 1946" au Théâtre Musical Marsoulan

On regrettera néanmoins, au vu de la qualité des interprètes, qu'il n'y ait pas d'avantage de numéros musicaux dans le spectacle [NDLR : dont l'ambition n'est cependant pas d'être une comédie musicale mais de mêler danse, chant et théâtre]. C'est d'autant plus regrettable que pour certains de ces numéros, les artistes chantent sur les versions originales des chansons. Les numéros présentés, tels que les deux strip-teases très sensuels de Carole Sauret et de Maja Unrug, ainsi que le numéro de music-hall loufoque des garçons qui n'est pas sans rappeller Le Cabaret des Hommes Perdus, sont cependant de qualités et insufflent un peu de légèreté à une histoire qui peut sembler pesante.

"L'Envol 1946" au Théâtre Musical Marsoulan

On remarquera la très bonne qualité des costumes et des éclairages, assez rare pour une petite production. La mise en scène de Juliette Moltes est quant à elle simple mais très efficace et les quelques éléments de décors utilisés nous plongent dans les différents lieux de l'histoire, que ce soit un cabaret, un petit bistrot de quartier ou une maison close. Les puristes pourront trouver le language employé un peu trop moderne, mais c'est la preuve que cette histoire est intemporelle : l'action pourrait très bien se dérouelr de nos jours.

Un petit spectacle ambitieux et intelligent au propos fort, mais qui ne verse jamais dans le mélo, servi par une troupe de jeunes comédiens très prometteurs qui méritent d'être vus.

"L'Envol 1946" au Théâtre Musical Marsoulan

Crédit photos : Lambert R. photographe Paris


L'Envol 1946, de Juliette Moltes

Jusqu'au 29 octobre 2012

Au Théâtre Marsoulan
20 rue Marsoulan, 75012 Paris

De 14 à 20 €

Mise en scène et écriture : Juliette Moltes

Avec : Steven Barbillon, Iliès Bella, Vanya Bétron, Manon Brunet Echevest, Amandine Carpentier, Siriane Cottenceau, Clément Filluzeau, Charlotte Noiry, Sarah Perahim, Franck Perfumo, Justine Rémy, Sophie Richez, Carole Sauret, Maja Unrug, Samuel Valensi et Céline Vigne

3 réponses

  1. Un spectateur enthousiaste
    Je suis allé voir , début Août, l'Envol 1946, une très belle mais très dure pièce de Juliette Moltes. L'auteur à également assuré une mise en scène nerveuse et active, qui retient le spectateur constemment en haleine. Les interprêtes jouent juste et parfaitement bien, chacun donnant du corps et de la force à son personnage. Certains sont même merveilleux dans des rôles extrèmement difficiles à tenir. Je retiendrais en particulier, ce personnage infâme et méprisant du patron de bar des Pyrénées, ancien collaborateur ayant fait arrêter et déporter des enfants, méprisant et agressif avec tous, surtout les "petites gens" du quartier, frappant sa femme et qui porte si mal son nom puisqu'il se nomme "Aimé". C'est un rôle obscur et difficile mais merveilleusement interprété par le jeune Vanya Bétron qui arrive à nous faire oublier son physique de jeune premier, pour nous faire haïr son personnage, jusqu'à être heureux de ce qui lui arrive vers la fin de la pièce. J'ai passé une soirée vraiment très forte, j'y retournerai.
  2. Agnès et olivier
    Nous avons beaucoup aimé cette pièce et avons passé un moment très agréable. Les acteurs nous communiquent leur fougue et leur enthousiasme. Les scènes sont bien rythmées, séquences légères ou plus difficiles se succèdent , mais on ne tombe jamais dans le pathos. Moments d'émotion forte mais aussi enthousiasme devant des jeunes dont l'avenir s'ouvre ( Dans la pièce comme dans la vie ) Nous souhaitons un long chemin à cette troupe avec son metteur en scène et un vaste public pour les applaudir .
  3. FLECHNOUE
    Un sujet magnifique répondant à la question presque jamais posée clairement : "et après?". On sait plus si c'est une "libération", une... envolée ou les ruines et désastres humains d' après guerre. Peut un revivre comme avant? Le personnage de cette mère alcoolique est peut être une réponse...allez voir cette pièce. Les mots sont justes et simples, la mise en scène excellente ainsi que les éclairages et choix du répertoire. Les interprètes sont "façonnes" par Isabelle Moltes - auteur et metteur en scène - et ont un avenir prometteur. Tout y est mêle avec tact : chansons, musiques, danses .....et la condition de la femme. Oui à ce moment là régnaient la liesse et le chaos à Paris mais la guerre n’était pas finie. En 1946, il restait des"rescapés" dans les camps, il fallait les rapatrier,qu'ils survivent encore une fois... Un second volet à ce tableau pathétique et euphorisant?! On oscille entre le désir de danser et de pleurer.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.