Critique : “Michael Jakson: The Immortal World Tour” du Cirque du Soleil, à Paris Bercy

Critique : "Michael Jakson: The Immortal World Tour" du Cirque du Soleil, à Paris BercyÀ grand renfort médiatique, Le Cirque du Soleil a lancé il y a maintenant deux ans depuis l'Amérique du Nord Michael Jackson: The Immortal World Tour. Cette tournée gigantesque utilisant le repertoire de Michael Jackson a déjà conquis de nombreux fans du chanteur américain disparu prématurément en 2009.

Il faut commenter ce nouveau spectacle du Cirque du Soleil pour ce qu'il est : un spectacle concert autour de la figure désormais emblématique de Michael Jackson. N'attendez pas un spectacle traditionnel du Cirque du Soleil dans lequel les artistes enchaînent les acrobaties au cours de plusieurs numéros de haute voltige. Si on pourrait reprocher à l'ensemble un certain manque de théâtralité, certainement volontaire, afin de coller à l'image qu'attendait le public (même si de courts numéros de cirque ponctuent le spectacle) il faut reconnaître en revanche la parfaite maîtrise des éléments visuels et sonores qui rendent habilement et élégament hommage à l'artiste regretté.

Bien plus qu'un concert hommage comme on en a vu tant fleurir depuis le décès de Jackson, The Immortal World Tour est un concert pop à la ligne artistique bien étudiée. Ici, pas d'imitateur ou de sosie singeant les mimiques de l'artiste. Le personnage central est un mime ressemblant davantage au mime Marceau (inspiration originale du chanteur) qui incarne avec grâce un fil conducteur très malin.

Les saynètes qui se succèdent sont malheureusement assez inégales mais, sans raconter l'histoire de Michael, elles dessinent les contours de son univers artistique et privé. Les chansons, réinterprétées musicalement en live avec une bande de la voix de Jackson, illustrent à merveille certains tableaux. "Dancing Machine" donne lieu à une impressionnante machine à danser dans laquelle des robots esquissent un balet saccadé, entourés d'hommes volants... "Human Nature", avec quatre acrobates vétues de costumes illuminés, suspendues à des cerceaux dans l'obscurité complète, et "I Just Can't Stop Loving You", qui ouvre le second acte avec un numéro de duo sangles, sont les plus beaux moments du spectacles. Les inlassables chorégraphies de Jamie King (ancien disciple du King of Pop et également auteur du spectacle) font mouches mais surprennent moins que la démesure de la mise en scène et l'inclusion de quelques numéros cirque.

Michael Jackson: The Immortal World Tour demeure certainement un bel hommage à l'artiste, qui était lui-même admiratif du Cirque du Soleil depuis les années 1980. Séduisant à coup sûr les fanatiques du chanteur, les amateurs de nouveau cirque risquent toutefois de rester sur leur faim.

1 réponse

  1. Guy
    Je sors du spectacle ce dimanche (celui de 17h). J'avais vu le reportage sur le montage sur ARTE, ici pas d'arbre métallique ni les Jacksons 5. C'est la version courte??? La critique si dessus est bien ce que je pense, le Cirque du Soleil a juste fait un grand concert avec beaucoup de videos et de danses. Mais l'esprit du Cirque du Soleil n'y est pas. Je pense avoir vu trop du Cirque du soleil (7 ou 8), je ne crois pas retourner de nouveau.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.