Critique : “Sac à Roses” au Théâtre Clavel à Paris

Critique : "Sac à Roses" au Théâtre Clavel à ParisLa mode automne-hiver est sombre, le temps est souvent gris : pour revoir un peu de couleur au milieu de tout ça, il y Sac à Rose, une ode en chansons à la couleur et à la fleur homonyme.

Sur la scène du Théâtre Clavel, une brocante s'installe, où une mère et sa fille viennent vendre une quantité impressionnante d'accessoires roses. Ces objets ont été accumulés par les deux femmes du temps où elles étaient vedettes de music-hall. Le stand voisin est quant à lui tenu par un homme qui vend un piano. Et voilà l'occasion rêvée pour ce duo familial de faire un peu d'animation et de revivre leurs années de spectacle roses !

Le décor se pose en même temps que le stand se déballe. Il faut un peu de temps pour que le lieu se présente et intègre le public, en particulier avec la table de bistro qui détonne avec la foire où prend place la brocante.
Les costumes, camaïeu de rose en veux-tu en voilà, au point parfois d'oser les associations les plus hasardeuses, font partie intégrante de la folie du spectacle. Un grain de folie dont sont atteints la mère, la fille, le pianiste et les autres personnages qui vont visiter le stand.
Toutes ces femmes ou filles qui passent à la brocante offrent une vaste palette de rôles, dans laquelle la jeune Charlotte Hervieux, avec sa voix veloutée comme on n'en entend plus beaucoup, montre une grande aisance.

"Sac à Roses" au Théâtre Clavel à Paris

Les reprises de Serge Gainsbourg, Rose, Zazie ou encore Alain Souchon, s'enchaînent à un rythme effréné qui ne donne pas le temps de s'ennuyer, et ne laisse pas beaucoup de répit au pianiste Damien Joëts : les intermèdes annoncent généralement la chanson suivante ou l'introduisent. Il s'agit quelques fois de passages plus théâtraux dans lesquels on s'amuse bien. On regrette néanmoins l'utilisation parfois trop systématique des jeux de mots autour du "rose" et l'exagération comique d'Andréa Goust. La mise en scène est simple mais met en avant le talent des comédiens.

On passe un bon moment à découvrir ou redécouvrir le répertoire français qui parle de rose, de "La Panthère Rose" à "Roses blanches de Corfou" en passant par "Mon amie la rose", parfois réarrangé pour cette formation piano-voix, grâce à trois générations de femmes, qui sont autant de différentes maturités de voix. Une parodie de "La Vie en Rose" d'Édith Piaf vaut le détour, même si le choix d'en supprimer le mot "rose" est assez étrange au vu du thème du spectacle.


Sac à Roses, de la compagnie Croc-en-Jambe
Avec l'œil complice de Xavier Vilsek

Au Théâtre Clavel,
3 rue Clavel Paris 19e
Les mardis et mercredis à 21h30 jusqu'au 8 février 2012 (relâche le 1er février)

Réservations au Théâtre et dans les points de vente habituels.

Avec : Charlotte Hervieux, André Goust, Sophie Jolis

Piano : Damien Joëts ; arrangements vocaux : Sophie Jolis

1 réponse

  1. Francette
    Bravo à Andrea qui sait chanter dans un grand nombre de registres. Elle est si creative et sait entrainer toute une équipe ! Allez la voir vous serez ravis Francette

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.