Critique : “Shrek – Le Musical” en français au Casino de Paris

Critique : "Shrek - Le Musical" en français au Casino de ParisLV Show, société de production prolifique qui nous a déjà offert cette saison trois spectacles musicaux (Hairspray, Le Chat Botté et Frankenstein Junior), récidive avec un show ambitieux venu, une fois n'est pas coutume, tout droit de Broadway.
Shrek – Le Musical, c'est bien évidemment l'adaptation théâtrale d'un des films d'animation préféré des petits et des grands, et la question que tout le monde se pose est : l'ogre vert supporte-t-il bien la transposition du grand écran à la scène ?

Dans le pays de Fort-Fort-Lointain, l'odieux Lord Farquaad, ennemi des monstres et créatures de contes de fées, déporte ces sujets fantasques dans le marais de l'immonde ogre Shrek. Importuné par l'invasion de ces personnages hauts en couleurs, le puant héros se met en quête pour récupérer la tranquillité de sa solitude éternelle, sans savoir que son périple croisera le chemin d'un âne volubile, d'une dragonne romantique, et d'une princesse allumée frappée d'une drôle de malédiction.

"Shrek – Le Musical" au Casino de Paris
Photo : Mirco Magliocca

Avec Shrek, la société de production de l'italien Lorenzo Vitali souhaite frapper fort et offrir un spectacle qui surpasse ses précédentes créations. Les choix du producteur, venu à la conquête de la France il y a maintenant quatre ans, déroutent autant qu'ils parviennent parfois à créer de jolis moments de théâtre musical. On se souvient de Fame, œuvre peu passionnante portée en France par une belle distribution, Hair dont l'audace des choix artistiques n'avait d'égal que le scepticisme du public, ou encore Hairspray qui réussissait le pari de retranscrire toute la folie des 60's dans un spectacle énergisant.
La constante des spectacles made in LV Show : des licences bien connues des Français par le truchement du cinéma, afin de drainer dans les théâtres un grand public encore parfois hermétique au genre du théâtre musical.

Selon les spectacles, la salle se laissait embarquer à toute allure dans le train effréné de comédies musicales séduisantes, ou bien restait à quai… Shrek – Le Musical demeure à mi-chemin entre les deux, fidèle à la marque de fabrique de l'entreprise, dans ses points forts et ses écueils.

"Shrek – Le Musical" au Casino de Paris
Photo : Mirco Magliocca

Shrek est de ces musicals récents s'inscrivant dans la nouvelle tradition pop-rock-variétés qui émerge à Broadway. La musique est servie par un orchestre fourni qui sonne comme là-bas, mais dont on regrette qu'il soit enclos à distance dans les coulisses du théâtre, donnant l'impression d'entendre une bande enregistrée.
Les mélodies sympathiques sont pour la plupart instantanément accrocheuses et offrent une partition légère facilement accessible aux plus petits.
Car le spectacle, bien que destiné a priori à un public familial, est clairement orienté en direction du jeune public : tous les personnages du film, et notamment les héros de contes de fées, prennent vie sur scène dans des tableaux d'ensemble animés. Les apartés et autres métaphores grivoises, auxquelles les enfants ne comprendront rien, ne laisseront pas aux adultes le temps de s'ennuyer.

Pour le reste, l'histoire est celle d'une jolie quête d'amour et de tolérance qui transmettra de belles valeurs aux petites têtes blondes, sur fond d'humour scato douteux (Shrek est bien connu pour ses émanations en tous genres après tout…)

Visuellement, la production a mis de gros moyens pour offrir un spectacle beau et grandiose. Les décors, pourtant astucieusement composé des superbes toiles peintes et d'accessoires en volume réussis, pêchent par leur manque cruel de perspective.
Les lumières, scolaires et fades, n'aident en outre pas à les mettre en valeur et sont d'une immobilité tragique.
On est loin de la grande avenue New-Yorkaise, même si la quantité faramineuse de costumes, masques et perruques constitue l'un des atouts graphiques majeurs de la pièce. On regrettera que le masque de Shrek soit si inexpressif et affublé d'horribles sourcils qui lui donnent l'allure du fils caché d'Emmanuel Chain…

"Shrek – Le Musical" au Casino de Paris
Photo : Mirco Magliocca

Michel Lerousseau (Panique à Bord ; Rabbi Jacob) est pourtant bon dans le rôle de l'ogre verdâtre, et se retrouve entouré d'une troupe fort douée : Nathalie Lhermitte (Starmania ; Piaf) en Fiona nous fait oublier qu'elle a passé l'âge de jouer les princesses en fleur, Julien Plantier (Hairspray) confirme sa place d'artiste montant de la scène parisienne dans le rôle de l'Âne insupportable à la voix d'Eddy Murphy, et Guillaume Beaujolais (Les Nouvelles Aventures de Robin de Bois) est phénoménal et hilarant dans le rôle du minable despote Lord Farquaad.

S'il ne s'agit pas de la meilleure réalisation de LV Show et de son metteur en scène Ned Grujic, il est encourageant de voir la société — souvent décriée pour son manque de moyens — s'orienter peu à peu vers du divertissement plus spectaculaires.
Shrek, dont le succès outre-Atlantique a été très mitigé, n'est certes pas le musical du siècle, mais un spectacle qui fera passer un joli moment à toute la famille et vous en donnera pour votre argent.


Shrek – Le Musical, de David Lindsay-Abaire et Jeanine Tesori

Jusqu'au 4 mars 2012
Au Casino de Paris
16 rue de Clichy – 75009 Paris

Mise en scène : Ned Grujic ; adaptation française : Stéphane Laporte ; chorégraphie : Philippe Bonhommeau ; direction vocale : Jeremy Reynolds ; conception lumières : Antonio De Carvalho.

Avec : Michel Lerousseau (Shrek), Nathalie Lhermitte (Fiona), Julien Plantier (l'Âne), Guillaume Beaujolais (Lord Farquaad), Fred Colas (Roi Harold, petit cochon, garde, manipulateur marionette), Sophie Boucheron (maman ours, maman Shrek), Mathilde Libbrecht (la Féé, habitante de Duloc, souris aveugle, petit rat), Maureen Diot (Petit Biscuit, l'Elfe, Fiona adolescente), Benjamin Conil (Peter Pan), Tess Hédreville (la Dragonne, Vilain Petit cCanard), Gregory Amsis (Grand Méchant Loup, Thélonius, garde), Bastien Jacquemart (le Lapin Blanc, chevalier, joueur de flûte de Hamelin, nain Grincheux), Charlotte Hervieux (Fiona enfant, bébé ours, souri aveugle), Fabrice Pochic (Petit cochon, homme du peuple, homme Duloc, manipulateur marionette, rat homme), Alexandre Bernot (Capitaine de la garde, villageois, chevalier, évêque), David Koenig (papa Shrek, papa Ours, garde, chevalier), Ludovic-Alexandre Vidal (Petit cochon, manipulateur marionettes), Julien Salvia (Pinocchio, garde, chevalier), Lucie Riedinger (la Reine Lillian, la Sorcière).

20 réponses

  1. Annick
    je ne suis pas une accroc des spectacles musicaux, quelques petits passages creux, mais lorsqu'on voit la magie dans le regard des enfants, ça me suffit à être heureuse de cette soirée.. Oubliez un peu votre critiques sarcastiques, méchantes et dépourvues de rêves, d'imagination. Mettez vous à la place des jeunes enfants, et profitez en pour vous replonger dans leur monde. Vous ressortiriez le coeur gonflé et non pas ratatiné..
  2. Loulou
    Ben, pas grand chose à ajouter, tout à été dit. C'est vrai que quand on voit la bande annonce de la version original, et ensuite le spectacle au Casino, on se dit que ce n'est pas le même spectacle... Si ça n'avait pas été pour ma fille (6 ans), je ne sais pas si je serais resté pour la 2ème partie. C'eut été dommage, Farquard sauve cette moitié. Personnellement, ce n'est pas le pire que j'ai vu (Grease en VF au palais des congrès, incroyable ...), mais c'est juste derrière...
  3. Anonyme
    Effectivement ce n'est pas la meme version qu'à Londres. Mais faut aller à Londres si vous voulez voir cette version là ou à Broadway pour en voir une autre. là c'est la version française donc arretez de vouloir que les version Française soit les memes qu'ailleurs. Regadez la bande annonce Française et faites votre choix. Moi, ça m'a éclaté et j'ai adoré les comédiens. j'ai passé un bon moment et ça me va et les gens autour de moi étaient content.
  4. Anonyme
    Spectacle tout juste moyen. Chansons insipides, comédiens médiocres exceptés l'âne et Lord Farkwad qui sont excellent. On s'ennuie pas mal au final et le temps passe trèèès lentement. En prime 2 hystériques qui hurlaient à la moindre occasion. Visiblement des connaissances des membres de la troupe, et les follasses tenaient à ce que ça se sache. Ce n'était plus shrek mais la star academy. AU SECOURS!!
  5. Zhrek
    Étant le plus grand fan de SHReK , je suis totalement déçu du résultat de la version française (je vois déjà la différence alors que je ne suis même pas adulte) , en particulier pour les décors! On voit les délimitation du masque de SHReK , le micro frontal de Fiona est flagrant, la technique utilisé pour les jambes de Farquaad est hyper mal utilisé , il danse et on voit même pas ses jambes bouger ! Le seul personnage qui est bien fait c'est l'âne en plus c'est le seul qui a bénéficié d'originalité avec le déplacement en canne. Les acteurs jouent comme dans un spectacle pour enfants en bas âge, et délaisse le petit côté "humour adulte" présent dans les 2 premiers films! Extrêmement déçu de cette version, je n'irais jamais payer pour voir ça!
  6. […] principale Christine Daaé. Il ne vous est surement pas inconnu. Chanteur dans Broadway au carré, Shrek, ou encore Miss Carpenter, Il est aussi membre du groupe a cappella "Les Garçons" s'étant fait […]
  7. […] haleine le spectateur du début à la fin. En guise de clin d'oeil, la chanson des trois Fiona de Shrek, le musical est reprise ici avec celle qui interprétait déjà le rôle au Casino de Paris en 2012, Charlotte […]
  8. […] Mériaux (Monsieur Choufleuri ; Robin des Bois – La légende au presque) et Guillaume Beaujolais (Shrek – Le Musical ; La Petite Fille aux Allumettes) apportent des touches d'humour bien […]
  9. […] élèves actuels ou anciens de l'ECM et découvrir une production un peu mieux ficelée que pour Shrek. Mais en tant que fans de La Famille Addams, on attend avec impatience cette rentrée […]
  10. […] Le Rouge et le Noir revient à l'identique (décors vidéos, musiciens sur scène, attitude rock). La distribution est elle aussi inchangée : vous retrouverez donc Côme en Julien Sorel. Il sera toujours entouré de ses camarades de l'émission de télévision The Voice tels que Yoann Launay et Haylen, mais également Patrice Maktav (Mistinguett – Reine des années folles), Elsa Pérusin (New – La Comédie musicale improvisée), Julie Fournier, Philippe Escande, Cynthia Tolleron et Michel Le Rousseau (Shrek-Le Musical) […]
  11. […] reconnaîtront vite son nom. Il a notamment mis en scène Hairspray, Frankenstein Junior ou encore Shrek-le musical, ainsi que des spectacles grand public comme La Revanche du Capitaine Crochet et plus […]
  12. […] Hervieux enchaîne des seconds rôles depuis son premier spectacle dans lequel elle a joué, Shrek - Le Musical. La voilà dans un premier rôle avec Mercredi dans La Famille Addams - La Comédie musicale avec […]
  13. […] enchaîne des seconds rôles depuis son premier spectacle dans lequel elle a joué, Shrek - Le Musical. La voilà dans un premier rôle avec Mercredi dans La Famille Addams - La […]
  14. […] (Le Roi Lion ; Oliver Twist - Le Musical), Tony Bastian (Voca People), Guillaume Beaujolais (Shrek - Le Musical ; Robin des Bois : la légende….ou presque !) et David Koenig (Kid Manoir 2 ; La Vie […]
  15. […] comédie musicale ; Oliver Twist - Le Musical), Tony Bastian (Voca People), Guillaume Beaujolais (Shrek - Le Musical ; Robin des Bois : la légende….ou presque!) et David Koenig (Kid Manoir 2 ; La Vie […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.