“The Book of Mormon” à la salle Wilfrid-Pelletier de Montréal

 

Ça y est ! Le phénomène The Book of Mormon a débarqué dans la métropole québécoise; la frénésie autour de cette comédie musicale signée Trey Parker, Matt Stone (South Park) et Robert Lopez s’étant à son tour emparé d’elle. C’est en effet à guichets fermés que cet énorme succès de Broadway, créé en 2011, est présenté à Montréal jusqu’à dimanche dans le cadre de sa tournée nord-américaine.

Les Montréalais n’allaient pas rater cette occasion en or. Quand de l’autre côté de la frontière les New-Yorkais s’arrachent les billets, achetant leurs places des mois à l’avance, la venue de The Book of Mormon en ville est une réelle bénédiction.

Des missionnaires mormons envoyés en Ouganda dans le but d’évangéliser le plus grand nombre d’Africains possible; le pitch en lui-même n’a rien de bien excitant. Et pourtant, dès les premières minutes, lorsque la poignée de mormons fait son entrée en scène, le public est déjà captivé et signe avec eux un pacte implicite : celui de les suivre dans leurs nombreuses mésaventures.

Deux seront en particulier au centre de la pièce : Elder Price/Kevin (Gavin Creel) et Elder Cunningham/Arnold (Christopher John O’Neill). Le premier est grand et beau, apprécié de ses camarades et très sûr de lui. À l’opposé, le second est rondouillet, gauche et préfère suivre plutôt que diriger. Ce duo contrasté nous en fera voir de toutes les couleurs, surtout quand l’imagination débordante d’Arnold commencera à s’activer.

Polis et naïfs, convaincus du bien-fondé de leur mission, ces jeunes Américains s’apercevront très vite que la bonne nouvelle qu’ils sont censés répandre ne trouvera pas facilement écho dans le village africain où ils ont atterri; beaucoup d’autres problèmes (sida, famine, violence, guerre…) attirant l’attention de ses habitants.

Qu’est-ce qui fait que l’alchimie opère autant dans cette comédie musicale ? L’humour évidemment, car il s’agit bien ici d’une satire religieuse et non d’un mélodrame. On se moque de la naïveté des mormons, de leur autosuffisance américaine et de leur manie à faire l’autruche ou à réprimer leurs vraies émotions. Les blagues sont souvent choquantes et irrévérencieuses, mais ce côté subversif est tellement décalé qu’il fait rire. Et quand on commence à se dire que trop de clichés s’alignent, des retournements nous montrent que tout a été bien pensé.

Rempli d’allusions à la culture populaire (Star Wars, Le Seigneur des Anneaux…), The Book of Mormon joue aussi sur des tableaux connus, vus dans d’autres comédies musicales. Non seulement, on fait souvent référence à The Lion King, l’histoire en elle-même lui ressemble. Un village africain en proie à un vilain général. On n’est pas loin de Scar qui terrorise son royaume. Même chose pour l’amitié improbable entre Kevin et Arnold qui rappelle celle d’Elphaba et Glinda dans Wicked. Ces cordes sensibles ont bien fonctionné dans ces autres comédies musicales à succès; pas étonnant qu’elles trouvent également écho dans celle-ci.

Mais ce n’est pas que l’humour provocant et osé qui est réussi dans The Book of Mormon. On n’écouterait peut-être pas la bande-son de la pièce au quotidien, mais sur scène, elle est délectable. "Hello", "You and Me", "Turn It Off", "I Believe", "Baptize Me"…pratiquement chaque chanson est entraînante, complétée par une chorégraphie amusante et cocasse. Le tout dans une production extrêmement bien ficelée et sans aucun temps mort avec des interprètes hilarants maniant aussi bien les pas de danse, les dialogues savoureux que le chant.

Surprenante et efficace, cette comédie musicale fait donc passer un excellent moment, poussant les limites de l’imagination pour tout de même faire réfléchir entre deux blagues.

Et si vous n’avez pas déjà vos billets, une loterie de bons sièges à 25$ est organisée avant chaque représentation à la billetterie de la Place des Arts. Rendez-vous deux heures et demie avant le spectacle afin de remplir le bulletin de participation et courir la chance d’assister à cette comédie musicale devenue d’ores et déjà incontournable.

Crédit photos : Joan Marcus


The Book of Mormon de Trey Parker, Matt Stone et Robert Lopez (livret, paroles et musique)

Du 2 au 7 décembre 2014 à la sale Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts de Montréal

Une présentation d’evenko et Broadway Across Canada

Mise en scène : Casey Nicholaw et Trey Parker ; Chorégraphies : Casey Nicholaw ; Son : Brian Ronan ; Directeur musical : Justin Mendoza ; Supervision musical et arrangements vocaux : Stephen Oremus ; Costumes : Ann Roth ; Éclairages : Brian MacDevitt.

Avec : Gavin Creel, Christopher John O’Neill, Alexandra Ncube, Peter Mitchell, Stanley Wayne Mathis, Ron Bohmer, Corey Jones, Colin Bradbury, Ebony Blake, Josh Breckenridge, JR Bruno, Michael Buchanan, Chad Burris, Josh Daniel, Dayna Jarae Dantzler, Trevon Davis, C.J. Eldred, Kelechi Ezie, Christopher Faison, Logan Hart, Carole Denise Jones, Tyler Jones, Trevor Leaderbrand, Daniel LeClaire, Antyon Le Monte, Adam Levinskas, Dana Joel Nicholson, Lacretta Nicole, Daniel Plimpton, Tyrone Robinson, Clinton Sherwood, Kristopher Thompson-Bolden, Zurin Villanueva et Jamaal Wilson.

0 réponses

  1. […] présenté à guichets fermés en 2014 à Montréal (lire notre critique), The Book of Mormon est de retour dans la métropole québécoise. Gagnant de nombreux prix dont […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.