Répétitions de “Mamma Mia!” : Les interviews

Répétitions de "Mamma Mia!" : Les interviewsA l'occasion de la présentation à la presse des répétitions de Mamma Mia! au Théâtre Mogador, nous vous avons proposé un compte-rendu détaillé et des photos exclusives. Découvrez maintenant les interviews réalisées à cette occasion. Si vous voulez que Laurent Bentata vous explique la nouvelle politique de Stage Entertainment, savoir pourquoi les chansons d'Abba ont été adaptées en Français, comprendre ce que fait Jérôme Pradon dans cette aventure et découvrir Gaëlle Gauthier et Dan Menasche, lisez ce qui suit !

Laurent Bentata, directeur marketing chez Stage Entertainment France

Laurent Bentata, directeur marketing chez Stage Entertainment France

La version française
"La raison pour laquelle nous avons pris deux personnes pour l'adaptation est simple : Abba. Quand on s'attèle à l'adaptation de chansons aussi cultes, il est important de s'entourer des meilleurs. Nicolas Nebot, qui est compositeur et parolier, travaille avec les plus grands, et nous a permis de réaliser ce rêve. Pour nous, l'adaptation est plus que réussie. D'un commun accord avec lui, Stéphane Laporte (adaptateur du Roi Lion - ndlr) ne s'occupe pas des chansons, car il est plus spécialiste en livrets. Mais ils ont travaillé de concert, car l'un ne se passe pas sans l'autre, le livret et les chansons sont évidemment imbriquées.

Quant à la troupe, cela fait quelques mois qu'on se côtoie et c'est un vrai bonheur, une vraie rencontre. Ils sont tous différents, de générations différentes, à l'image, je crois, du public qui sera dans la salle. On ressent un vrai esprit de famille. Ils étaient très excités de faire cet évènement aujourd'hui, et le sont encore plus de démarrer le 28.

Quant à Sophie Delmas (initialement annoncée seule sur le rôle de Donna - ndlr), elle est en train de travailler sur le rôle actuellement et jouera Donna un peu plus tard. Claire Guyot jouera le rôle pour le moment, mais on aura deux Donnas. C'est le rythme normal des troupes."

Quel bilan pour Zorro ?
"Je ne sais pas ce qui se dit, mais pour nous ça a été une très belle aventure. Quelqu'un me posait tout à l'heure la question de savoir si Mamma Mia! était notre spectacle préféré. Non, ce sont tous nos bébés, on les a travaillés, portés pendant parfois plusieurs années et Zorro a tout de même réuni plus de 150.000 personnes. On a fait une saison, je crois que les gens ont pris du plaisir et c'était l'essentiel. Le reste, ce n'est qu'artifice.

Nous avons une nouvelle organisation : Sandrine Mouras nous a quittés, et il y a désormais un directeur général, Caspar Gerwe, membre du comité de direction de Stage Entertainment aux Pays-Bas. Il s'appuie sur trois personnes, dont je fais partie, pour la direction opérationnelle. La décision se fait davantage aux Pays-Bas, mais il vient souvent en France, dont cela ne change pas grand-chose au quotidien. Il va nous apporter son expérience."

Pas d'avant-premières à 50 % : un choix assumé
"C'était une volonté de notre part. Mamma Mia! propose ses avant-premières de façon thématique, donc on apporte aussi du plus. Il y en aura quatre, qui prévoient des rencontres avec la troupe et des soirées discothèques derrière. Et puis, le spectacle sera prêt dès le 19 octobre (date de la première avant-première - ndlr). En général, l'artifice des "premiers au premières" est toujours l'occasion de permettre à la salle de se remplir. Mais comme nous sommes déjà complets... Et il y a aussi le marché : vous savez, si on réduit les prix, les gens attendent que le spectacle soit bradé pour acheter leurs billets. Il est important de placer Mamma Mia! à un haut niveau qualitatif, avec des prix accessibles pour tous (à partir de 25 €), sans oublier les comités d'entreprises qui pratiquent des tarifs intéressants.

Il y aura probablement un CD de Mamma Mia! mais il n'est pas encore enregistré. Notre priorité est de sortir le spectacle. On n'exclut rien, pas même une tournée, mais nous n'en sommes pas là. Quant à d'autres spectacles, nous verrons, mais nous vivons pour l'instant notre année en bleu et blanc."

Nicolas Nebot, adaptateur des chansons

Laurent Bentata, directeur marketing chez Stage Entertainment France

Parcours et arrivée sur Mamma Mia!
"Je suis arrivé sur Mamma Mia! par un casting. Je suis un fou de théâtre musical et quand j'ai su que Stage montait Mamma Mia! à Paris, j'ai absolument insisté pour pouvoir faire cette audition d'auteurs. Ils nous ont d'abord fait travailler deux chansons, puis trois autres, puis encore trois autres. On m'a finalement rappelé fin mars pour me dire que j'étais retenu. Je suis un auteur-compositeur de chansons, et c'est la première fois que je fais une adaptation. J'espère que j'en ferai d'autres, car j'ai vraiment adoré.

Je pense qu'on n'a pas communiqué sur les adaptations tant qu'elles n'étaient pas validées par Björn (Björn Ulvaeus est le parolier original des chansons - ndlr), avec qui j'ai travaillé en partenariat. Je pense qu'avant la première, ça va encore bouger, ce qui me semble normal et sain. Il faut faire les retouches pour que la troupe s'approprie les chansons."

L'adaptation
"Adapter Abba, une hérésie ? Je ne suis pas sûr du postulat, mais peut-être. Maintenant on a eu l'accord d'Abba et on a travaillé avec eux. Pourquoi ne pourrait-on pas adapter Abba alors qu'on adapte Shakespeare depuis des années ? Mireille Matthieu l'avait fait, ainsi qu'Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg qui ont fait l'adaptation très réussie de "Waterloo". Il y a déjà eu plein d'adaptations d'Abba, je pense qu'il y en aura encore après. C'est du spectacle musical, il ne faut pas se prendre au sérieux. Le fait d'avoir les chansons en Français est indispensable, pour ne pas perdre le public.

J'ai essayé de garder les sonorités anglaises sur les chansons principales. Sur "Mamma Mia", le refrain anglais "Mamma Mia, Here we go again" devient en Français "Mamma Mia, C'est la même rengaine". J'ai également respecté scrupuleusement le nombre de pieds et la métrique des mots. Ensuite, j'ai conservé la structure rimique, parce que quand j'écris des chansons à titre personnel, je trouve que la rime participe au rythme, plus encore en Français qu'en Anglais parce que nos sonorités sont moins riches.

Je remercie les auteurs car ils m'ont laissé une liberté totale. Pour moi, au début, le respect des mots-clés était un incontournable, mais ça ne fait pas du tout partie des critères essentiels pour Abba. Sur le spectacle, par exemple, on n'a pas "Merci pour la musique". J'ai eu une grande liberté : sur "Does Your Mother Know" je suis allé beaucoup plus loin que la version originale. Je pensais qu'on allait me recadrer, mais ils ont été très ouverts. C'est une vraie adaptation, en aucun cas une traduction.

Humainement, artistiquement ça s'est très bien passé avec Stéphane Laporte. Je ne le connaissais pas avant notre collaboration, même si je connaissais son travail. On a travaillé chacun dans notre coin et on s'est regroupé pour se caler et faire les derniers réglages ensemble. Cela s'est fait de manière très naturelle et fonctionne bien."

Jérôme Pradon, interprète du rôle de Sam

Jérôme Pradon, interprète du rôle de SamLe choix de Mamma Mia!
"C'est un grand bonheur de revenir en France dans un grand musical de Broadway. Mamma Mia!, c'est à la fois une envie, un défi et une opportunité. C'est arrivé au bon moment. Je devais faire L'Opéra de Sarah (dont la première partie a remporté un Molière en 2009 - ndlr) mais il a été repoussé. On m'a ensuite proposé le rôle de Sam. J'adore Abba, j'adore le spectacle que j'ai vu à Londres à sa création. C'était donc une super occasion !

La version française est géniale. Elle est réussie, parce qu'elle garde les sonorités d'Abba, ce qui fait que finalement, on comprend enfin ce que veulent dire ces chansons. Nicolas Nebot a très bien adapté, en affinant les images pour les faire coller à la narration. Déjà en Anglais, le livret savait s'approprier les chansons d'Abba, qui sont en elles-mêmes des petits scénarios. Je ne pense pas qu'il y ait des changements par rapport à la version originale, à part bien sûr les quelques retouches effectuées lors des différentes productions à travers le monde, mais aussi dans le film. Par rapport à Pierce Brosnan (l'interprète de Sam dans le film - ndlr), vocalement, ça devrait passer (rires).

Je vais m'amuser pendant un an, voire plus, ça ne va être que du bonheur. En plus, j'ai découvert une troupe de gens formidables, qui ont une pêche d'enfer et qui sont adorables. Je suis un peu le papa. Ça me fait très bizarre, car ça ne m'est jamais arrivé. Tout d'un coup, j'ai l'impression que ce sont mes enfants, j'ai une certaine aura."

D'autres projets en perspective pour la suite
"L'Opéra de Sarah a été repoussé car Alain Marcel a eu un autre projet en même temps. Il a préféré se concentrer sur Encore un tour de pédalos qu'il va faire au Théâtre du Rond-Point (voir notre article - ndlr). Cependant, j'ai la ferme intention de le reprendre, puisqu'il y a des choses écrites de cette deuxième partie qui s'annonce très bien. Il faut qu'il finisse de l'écrire ! C'est seulement lorsque l'on aura les deux parties qu'on saura ce que ce spectacle représente. On a vu seulement la première partie, alors on est un peu sur notre faim. Et la suite ?

Il y a eu aussi le projet F-X, que j'avais joué au festival off d'Avignon l'an dernier, qui devait se faire au Lucernaire à a rentrée. J'avais déjà signé mon contrat pour Mamma Mia!, donc j'ai décliné. Il se pourrait qu'on le reprenne l'an prochain en septembre, car nous avons eu l'accord du Lucernaire. En Angleterre, il y a aussi des choses qui frissonnent, et peut-être un projet de création d'une nouvelle adaptation des Parapluies de Cherbourg. Ils m'en ont parlé, mais apparemment ça n'est pas compatible avec les dates de Mamma Mia!, sauf si c'est repoussé. Les adaptations de films, c'est la grande mode en ce moment, ça n'arrête plus."

Interview croisée : Gaëlle Gauthier et Dan Menasche, interprètes des rôles de Sophie et Sky

Gaëlle Gauthier et Dan Menasche, interprètes des rôles de Sophie et SkyLeurs personnages

Dan : "Gaëlle joue le rôle de Sophie..."
Gaëlle : "...Et Dan joue le rôle de Sky. Sophie, une jeune fille sur une île grecque qui va se marier, mais qui ne connait pas son papa. C'est toute une intrigue autour de l'invitation qu'elle a envoyée à trois pères potentiels après avoir lu le journal intime de sa mère."
Dan : "D'habitude c'est la mère qui lit le journal intime de la fille, là c'est l'inverse, c'est très bizarre."
Gaëlle : "Elle invite donc trois pères possibles, avec tout ce que ça peut remuer chez sa mère de voir débarquer sur l'île trois ex à elle."
Dan : "Moi j'ai la chance d'interpréter le futur époux de la demoiselle, qui est arrivé sur l'île un peu pour se changer les idées. Il a rencontré Sophie et sa mère, s'est fait des copains et a décidé d'y rester, d'arrêter ses études à Londres. Il aide Donna à monter cette taverne, à créer cet hôtel sur l'île. Il a également décidé de se marier parce que Sophie en avait envie. Il ne sait pas qu'elle a envie de ce mariage avec ses pères, et c'est ce qui va créer une remise en question du couple, du mariage. Après il faut venir voir le spectacle..."
Gaëlle : "Je ne vais pas m'étaler sur ma vie privée, mais c'est un personnage qui me ressemble vraiment beaucoup. Je ne pense pas qu'on obtient des rôles par hasard, et c'est un bonheur d'aller chercher ces émotions-là."
Dan : "Je l'ai vue travailler et on sent qu'elle est nourrie naturellement. Quand on connait un peu son histoire, on comprend que c'est plus évident de jouer des personnages pareils, et elle le fait à merveille. Ca fait presque pleurer !"
Gaëlle : "Lui il est très bien, c'est le meilleur !" (rires)

Stage et les auditions

Gaëlle : "Les auditions, ce n'est jamais une partie de plaisir, c'est probablement la partie la plus ingrate du métier."
Dan : "On a un point commun avec Gaëlle : pendant les auditions, on ne pensait pas être candidats pour les rôles du couple. Ils formaient des couples à l'essai, mais on ne s'est jamais retrouvés ensemble au casting, sauf au dernier tour. On a alors passé une demi-heure avec le metteur en scène, durant laquelle on a été dirigés presque comme si on était dans le travail."
Gaëlle : "C'était comme une petite répétition... On travaillait sur un autre spectacle ensemble avant, et du coup on répétait un peu les scènes en loge. On a eu la réponse le lendemain, ils ne nous ont pas fait trop attendre. Juste avant Mamma Mia!, on était sur Les Nouvelles aventures de Robin des Bois ensemble (qui reprend sous un nouveau nom fin octobre - ndlr)."
Dan : "C'est super d'être dans une structure comme Stage, car ils montent vraiment les musicals dans la tradition anglo-saxonne. C'est vraiment magnifique : par exemple, on arrive en répétitions, on a déjà les marques au sol, des éléments de décor... On se sent entourés, tout de suite prêts à travailler. On a d'ailleurs seulement cinq semaines de répétitions, ce qui peut faire peur pour un spectacle comme celui-là, mais on fait confiance aux personnes qui nous entourent.
Le metteur en scène est exigeant, il sait ce qu'il veut. C'est un Anglais, donc c'est une mentalité un peu différente. C'est parfois un peu déboussolant, parce qu'on ne sait pas toujours s'il est content de notre travail. Au final, ce n'est pas de la manipulation, mais il arrive à nous emmener dans la direction souhaitée. C'est une très belle équipe créative. Par exemple, le directeur musical, qui est Anglais aussi, est actuellement superviseur musical sur
Les Misérables et Jersey Boys à Londres, ce sont vraiment des pointures. On est comme des enfants !"

Crédits photos : Nathalie Fragoso et Samuel Sebban


Mamma Mia !, de Catherine Johnson, Benny Andersson et Björn Ulvaeus

A partir du 19 octobre 2010.
Réservations ouvertes jusqu'au 31 janvier 2011 inclus.
Du mardi au samedi à 20h. Les samedis et dimanches à 15h

Théâtre Mogador
25 Rue de Mogador
75009 Paris

Livret : Catherine Johnson ; Compositeurs : Benny Andersson et Björn Ulvaeus ; Mise en scène : Paul Garrington, assisté de Véronique Bandelier ; Scénographie : Mark Thompson ; Direction musicale, musique additionnelle et arrangements : Martin Koch ; Création sonore : Bobby Aitken ; Adaptation chansons : Nicolas Nebot ; Adaptation livret : Stéphane Laporte ; Chorégraphies : Anthony Van Laas.

Avec, dans les rôles principaux : Claire Guyot/Sophie Delmas (Donna), Karen Gluck (Rosie), Marion Posta (Tanya), Gaëlle Gauthier (Sophie), Dan Menasche (Sky), Jérôme Pradon (Sam), Patrick Mazet (Harry), Francis Boulogne (Bill), Tristan Chapelais (Pepper), Emmanuelle Bouaziz (Ali), Sylvain Mathis (Eddie) et Vanessa Cailhol (Lisa).

Ensemble : Gaetan Borg, Fred Colas, Etienne Ducamain, Lorelyne Foty, Melina Mariale, Jeremy Petit, Bruno Desplanche, David Sollazzo, Alix Briseis, Maryse Boiteau, Olivier Rey, Noemie Francois, Carole Dreant, et les swings Fabrice Cazaux, Celine Legendre Herda, Julien Mercier et Lucile Bourdon.

4 réponses

  1. Zep
    Quoi ??? Si j'ai bien compris, ils ont OSE traduire les paroles en français ?? Je commence à regretter d'avoir réservé mes places...
  2. nicolas
    Décidement, tous ces articles sur Mamma-Mia donnent trés envie de voir le show. Et la com' de Stage est toujours aussi "parfaite. Monsieur Bentata a réponse à toutes vos questions : le "semi succés" de Zorro la nouvelle politique tarifaire pour le show l'abscence remarquée de Sophie Delmas qui "est en train de travailler sur le rôle actuellement". Ce qui est sur, Mamma-Mia sera un succés et j'espère que Stage continuera à produire en France des shows de la hauteur de Cabaret ou du Roi Lion.
  3. guillaume
    Tout à fait d'accord. Merci Stage !
  4. Les chansons d'ABBA en français... y'a pas moyen, je n'irais pas voir cette comédie musicale à Paris ! Surtout après avoir entendu les traductions des paroles, on croirait une parodie !

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.