Rencontre : Claire Pérot est Sally Bowles, dans “Cabaret” au Théâtre Marigny

Rencontre : Claire Pérot est Sally Bowles, dans "Cabaret" au Théâtre MarignyCette reprise française de Cabaret pouvait-elle réellement s'envisager sans Claire Pérot dans le rôle de Sally Bowles ? Après avoir ébloui le public à la création du spectacle aux Folies Bergère en 2006, Claire Pérot est partie rejoindre la troupe de Mozart, l'opéra rock, avant de rejoindre la distribution du film À bout portant, de Fred Cavayé. Pour Musical Avenue, nous avons rencontré l'artiste lors de la présentation de la troupe de Cabaret à la presse.

[ Cliquez ici pour retrouver notre critique de Cabaret au Théâtre Marigny ]

Après avoir joué le spectacle lors de sa création aux Folies Bergère, vous voici de retour dans le même rôle à Marigny. Cabaret, ça ne se refuse pas ?

Non ! (rires) Ça ne se refuse pas, surtout quand on l'a déjà joué. Cabaret, c'est la vie : c'est toi, moi, le voisin, tout ça mis sur scène dans un contexte donné, à une époque donnée. C'est éperdument actuel, totalement intemporel, international, "inter-humain". Donc, quand tu le fais une fois, c'est pour la vie.

Liza Minnelli elle-même t'avait adoubé dans le rôle de Sally Bowles, allant jusqu'à dire que tu étais l'incarnation du personnage. Est-ce vrai ?

Non, car moi je m'appelle Claire Pérot, j'ai 29 ans, j'ai un enfant et j'habite Paris. Donc ce n'est pas moi. Après il y a évidemment des éléments qui font appel à des situations que j'ai vécues, mais on est tous dans ce cas-là. Le metteur en scène dit qu'on a l'essence du personnage. Mais ce n'est pas si difficile que ça : il suffit d'ouvrir les yeux sur ce qu'on a vécu, ce qu'on a ressenti au quotidien. Comme on est tous des artistes, on a tous ce point commun d'être ultra-sensibles. On est tous très au fait de ce que l'on vit au jour le jour.

Nous t'avons vu très marquée à l'issue des quelques numéros présentés aujourd'hui. Dans quel état sort-on après un spectacle aussi lourd dans son propos ?

Exactement dans le même état ! Et encore, il reste une scène absolument atroce après la chanson titre, "Cabaret". Pour la replacer dans le contexte, la chanson correspond au moment où Sally décide de ne pas partir aux Etats-Unis, de rester à Berlin, donc d'une certaine manière de se voiler la face. Mais pour elle, il n'y a rien d'autre que le cabaret. Elle sait qu'elle ne gardera pas l'enfant. Donc entre temps, j'avorte, etc. C'est évidemment très difficile, ça fait appel à des choses très intimes, très intenses, très fortes en moi.

Claire Pérot interprète "Cabaret"

Ça me rappelle l'histoire de l'acteur qui a joué dans le tout premier Tarzan, qui est devenu complètement fou (ndlr : Johnny Weissmuller). Comment on s'en sort ? C'est à toi de savoir faire la part des choses. Il faut observer son quotidien, tout simplement. Tu commences par faire un truc très con : prendre un calendrier. Demain je dois aller faire les courses, il ne faut pas que j'oublie de mettre mon réveil parce que j'accompagne mon fils... Et tous ces petits détails du quotidien, qui n'est pas celui de Sally Bowles, te font revenir à toi.

À moyen terme, tu te vois plutôt dans un théâtre ou sur une scène de concert ?

Partout ! Je travaille actuellement sur mon album avec Olivier Dahan, le cinéaste, qui écrit et compose pour moi. On a un album concept tous les deux. Ça va être un bébé aussi bien pour lui que pour moi. Beaucoup de gens l'ignorent, mais Olivier est un fou de musique, très cultivé, très bon compositeur et très bon auteur. C'est un excellent réalisateur de clips, sans parler de La Môme. Ce qu'il a fait dans son dernier film My Own Love Song, avec Bob Dylan, c'est extraordinaire ! J'ai la chance de travailler avec Olivier que j'ai rencontré sur Mozart, l'opéra rock. On a eu un coup de foudre artistique tous les deux. Après, le vent me portera ! J'espère qu'on me reverra aussi au théâtre, mais ça ne dépend pas que de moi.

Je me battrai toujours pour raconter des histoires, parce que c'est ce que je préfère. Quand je raconte une histoire, c'est un peu comme quand je raconte une histoire à mon fils le soir, j'y mets tout mon cœur. Y mettre tout mon cœur, c'est y mettre un peu de ma vie, et y mettre un peu de ma vie, c'est partager quelque chose d'humain avec quelqu'un. Comme une discussion avec un copain, ou avec quelqu'un que tu aimes bien. Pour moi, faire du théâtre, du cinéma, ou de la chanson, c'est tout cela à la fois.


Cabaret, de Joe Masteroff, John Kander et Fred Ebb

A partir du 6 octobre 2011 au Théâtre Marigny
Du mardi au vendredi à 20h30
Le samedi à 16h30 et 21h
Le dimanche à 16h30

Théâtre Marigny,
Carré Marigny,
75008 Paris

Adaptation française : Jacques Collard et Éric Taraud ; Costumes : Emmylou Latour ; Mise en scène : Sam Mendes ; Chorégraphie : Rob Marshall.

Avec Emmanuel Moire (Emcee), Claire Perot (Sally Bowles), Geoffroy Guerrier (Cliff Bradshaw), Patrick Mazet (Ernst Ludwig), Catherine Arditi (Fraulein Schneider), Pierre Reggiani (Herr Schultz), Delphine Grandsart (Fraulein Kost). Doublures : Patrice Bouret (Herr Schultz) et Jocelyne Sand (Fraulein Schneider).

Ensemble : Catherine Arondel, Joseph Emmanuel Biscardi, Vanessa Cailhol, Pia Lustenberger, Franck Mignat, Amélie Munier, Tristan Robin, Audrey Senesse.

Swings : Camille Artichaut, Adrien Biry, Julie Galopin, Pierre Lamiraud, Lionel Losada, Marie Laure Ravau.

2 réponses

  1. Khp
    J'ai vu Cabaret à Marigny vendredi dernier, après l'avoir déjà vu 2 fois aux Folies Bergères. Le spectacle est toujours aussi fantastique, même si on regrette vraiment la configuration des Folies qui accentuait l'osmose entre les acteurs et le public : nous étions au Kit kat club ! Quant aux acteurs, j'ai l'impression que les "anciens" des Folies se sont tous bonifiés avec le temps... Claire Pérot est tout simplement parfaite, et atteint le sublime dans son interprétation de Cabaret, la chanson phare du spectacle : transmettre autant d'émotion avec autant de force de voix, tout en "gardant la note", rares sont à mon avis les actrices-chanteuses françaises capables d'autant de talent. Et Emcee/Emmanuel Moire me direz-vous ? il est très convaincant (et très séduisant) en tant qu'acteur ; comme Claire, il semble habiter son rôle ; mais bon, côté chant - on est dans une comédie musicale tout de même - il est un peu léger question puissance de voix. Pour finir, une petite remarque à l'intention des groupies d'Emmanuel : n'oubliez pas qu'il n'est pas seul sur scène ! le déchainement d’applaudissements sur sa personne lors des rappels était un peu indécent...
  2. G
    J'ai eu la chance de revoir le spectacle mardi dernier, la dernière preview. Mon premier étonnement fut les modifications dans le rôle de Sally. Claire Perrot qui minaude sur ""Ne dites rien à maman", son assurance, même "Cabaret" dons un style mécanique. Trop c'est trop. Un côté star. La grande surprise vient de Emcee. Pas du tout fan de Moire, pour dire je connaissais que les chansons tartes du "Roi S". Tout un jeu de finesse, trash à souhait, sexe à volonté, émouvant à pleurer. Si le début la voix est légére, il prend son envol rapidement et touche la cible rapidement. La fin est juste sensible comme il faut. La troupe est très bonne aussi. Le théatre est de bonne taille mais pas de place pour les grandes jambes (Je suis d'accord avec Marianne J, qui faisait la même remarque. Et encore merci pour avoir lissé les cheveux. J'adore vos cheveux. Et Ulrika nous manque). Le spectacle commence à l'heure, entracte court, une vraie machine.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.