Rencontre : Stéphane Laporte, adaptateur du livret de “Mamma Mia!”

Rencontre : Stéphane Laporte, adaptateur du livret de "Mamma Mia!"Le spectacle Mamma Mia! se joue actuellement au Théâtre Mogador de Paris. Si Nicolas Nebot a adapté les chansons d'Abba, c'est Stéphane Laporte qui a créé la version française du livret, c'est-à-dire des parties non chantées. Déjà auteur de l'adaptation du Roi Lion, pour Stage Entertainment, mais aussi de celles du Violon sur le toit et de Fame, l'auteur de Panique à bord nous a accordés une interview le 27 septembre dernier. Rencontre avec un passionné.

Contrairement à vos projets précédents, vous ne travaillez pas sur les chansons. Quelle est la raison ?

Dans le monde entier, ce sont deux personnes qui traduisent Mamma Mia! Certains spectacles de Stage sont faits par la même personne. Le Roi Lion, je crois que c’est partout une seule personne, par exemple.

Comment s’est passée la collaboration avec Nicolas Nebot, l'adaptateur des chansons ?

Très bien. Il a su extrêmement tard qu’il avait été choisi, je crois au mois de juin. A partir de là, on a foncé tous les deux. On a travaillé côte à côte et ensuite main dans la main. On s’est fait lire nos textes au fur et à mesure. En fait, on faisait des petites remarques sur le travail de l’autre et après, une fois qu’on était d’accord, on communiquait.

A quel degré avez-vous repris le travail avec les acteurs ?

A un degré énorme. Déjà, les comédiens ont le sens du texte donc ça été un plaisir de travailler avec eux, parce qu’ils savent ce qui est bien dans leur bouche ou pas. Et puis, il y a des choses qu’on pensait efficace à l’écriture et qui en fait s’avèrent être un flop et vice versa, des choses qu’on ne croyait pas marcher qui fonctionnent très bien. Il y a eu un très gros travail en répétition.

Et pendant les avant-premières ?

Il y a encore des changements ce soir, mais c’est vraiment du peaufinage. Je pense que d’ici une quinzaine de jours, on aura un texte figé. C’est du spectacle vivant, donc tant qu’on peut améliorer on essaie. En plus on a de la chance, on a un metteur en scène qui n’est pas bilingue mais qui a vraiment le sens musical français : il sent quand quelque chose ne passe pas. D’ailleurs il a réussi à réunir une troupe de bons acteurs ce qui n’est pas évident pour quelqu’un qui ne parle pas la langue. Mais il arrive à savoir si la musique est la bonne pour fonctionner avec le public.

Après Fame, Le Roi Lion, Un Violon sur le toit, vous commencez à avoir un CV bien rempli. Comment votre exigence a-t-elle évoluée vis-à-vis de votre travail ? Toujours la même motivation ?

C’est une question intéressante. Disons que je m’attache de plus en plus aux projets théâtraux. Il y a certains spectacles que j’ai pu faire dans lesquels le théâtre était moins exigeant que d’autres, même parmi les titres que vous venez de citer. Par exemple, en ce moment, je travaille sur Le Baiser de la femme araignée (film brésilien sorti en 1985 et adapté à Broadway en 1994- ndlr). Le livret est pour moi parmi les cinq plus beaux jamais écrit, dans la ligné de Cabaret et du Violon sur le toit. J’avoue que c’est vers cela que j’ai envie de tendre de plus en plus. C’est normal je suis un homme de théâtre, et ce sont les histoires qui m'intéressent avant tout, même si je me réjouis d’entendre "Dancing Queen" et "Money, Money, Money".

C’est votre deuxième collaboration avec Stage Entertainment. Comment s'est déroulé le travail avec à la fois Stage et Littlestar pour la validation de votre travail ?

Le travail a forcément évolué avec Stage, mais il y a un climat de confiance qui s’est installé puisqu’ils ont refait appel à moi pour ce spectacle. C’est vraiment un plaisir de travailler avec eux, dans un contexte parisien où le professionnalisme des producteurs laisse parfois à désirer.

On dit jamais deux sans trois ; une troisième collaboration de prévue ?

J’espère ! Eux-mêmes ne savent pas de quoi demain sera fait. Bien malin celui qui pourra dire quel sera leur prochain spectacle, mais souhaitons déjà longue vie à Mamma Mia!.

Parmi les projets de Stage à l’étranger quel est celui qui vous botterait le plus?

Je ne sais pas il y en a plusieurs, j’avoue que j’ai beaucoup de tendresse pour Sister Act que j’ai vu deux fois à Londres et que j’ai adoré. Sinon La Belle et la Bête et Mary Poppins, les grands classiques Disney.

Interview réalisée par Sophie Dussaussoy et Guillaume Couture.

Retrouvez les actualités, interviews, dossiers de Mamma Mia! dans la page consacrée à l'évènement.


Mamma Mia !, de Catherine Johnson, Benny Andersson et Björn Ulvaeus

A partir du 19 octobre 2010.
Réservations ouvertes jusqu'au 31 janvier 2011 inclus.
Du mardi au samedi à 20h. Les samedis et dimanches à 15h

Théâtre Mogador
25 Rue de Mogador
75009 Paris

Livret  : Catherine Johnson ; Compositeurs : Benny Andersson et Björn Ulvaeus  ; Mise en scène : Paul Garrington, assisté de Véronique Bandelier ; Scénographie : Mark Thompson ; Direction musicale, musique additionnelle et arrangements : Martin Koch ; Création sonore : Bobby Aitken ; Adaptation chansons : Nicolas Nebot ; Adaptation livret : Stéphane Laporte ; Chorégraphies : Anthony Van Laas.

Avec, dans les rôles principaux : Claire Guyot/Sophie Delmas (Donna), Karen Gluck (Rosie), Marion Posta (Tanya), Gaëlle Gauthier (Sophie), Dan Menasche (Sky), Jérôme Pradon (Sam), Patrick Mazet (Harry), Francis Boulogne (Bill), Tristan Chapelais (Pepper), Emmanuelle Bouaziz (Ali), Sylvain Mathis (Eddie) et Vanessa Cailhol (Lisa).

Ensemble : Gaetan Borg, Fred Colas, Etienne Ducamain, Lorelyne Foty, Melina Mariale, Jérémy Petit, Bruno Desplanche, David Sollazzo, Alix Briseis, Maryse Boiteau, Olivier Rey, Noemie François, Carole Dréant, et les swings Fabrice Cazaux, Céline Legendre Herda, Julien Mercier et Lucile Bourdon.

1 réponse

  1. Anonyme
    Trop bien j'ador !!!!!!!!!!!!!!!! <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 Mais en même temp je trouve pas les paroles des chansons ?

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.