Le Théâtre du Châtelet dévoile sa saison 2020/2021

Le Théâtre du Châtelet a annoncé ce début de semaine au public la programmation de sa nouvelle saison, la deuxième depuis sa réouverture en septembre. Parmi les spectacles proposés, on trouve la comédie musicale 42nd Street qui fait son grand retour sur la scène du Théâtre musical de Paris.

Ce mardi 3 mars, la direction du Châtelet avait convié journalistes et spectateurs fidèles pour la présentation annuelle de la saison. Après les fastes des salons de l’Hôtel de Ville l’année dernière, celle-ci s’est tenue cette année aux Magasins Généraux à Pantin. Il s’agit de la deuxième saison depuis la réouverture du théâtre après de long travaux, mais aussi la deuxième concoctée par Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot-dit-Prévost, la direction actuelle.

" Come and meet those dancing feet… "

Parmi les temps fort de la saison, la reprise de 42nd Street. Lors de sa première programmation en décembre 2016, cette comédie musicale avait ébloui le public parisien qui ne tarissait pas d’éloges à son propos. Il n’est donc pas étonnant de la voir reprise pour les fêtes de fin d’année. Cette production, qui était la dernière de l’ère Choplin, est mise en scène par Stephen Mear qui vient de connaître un succès certain avec Funny Girl au Théâtre Marigny. La distribution n'est pas encore dévoilée, mais on peut imaginer qu'elle sera assez semblable à celle de la création. Celle-ci comprenait entre autres Monique Young, Dan Burton (qui se sont tout deux illustrés dans Singin' in the Rain), Ria Jones (la truculente Adelaide de Guys and Dolls) et Alexander Hanson (qui a joué dans A Little Night Music à Broadway aux côtés de Catherine Zeta Jones et Angela Lansbury). Les représentations se tiendront du 21 novembre 2020 au 17 janvier 2021.

La troupe de

La troupe de "42nd Street" en 2016 © Marie-Noelle Robert

Une rupture avec "l'ère Choplin"

L’année dernière nous écrivions à propos de la saison 2019/2020 : “On ne peut que regretter la quasi absence de la comédie musicale, qui semble ici réduite au divertissement de fin d'année pour remplir les caisses. La question de l'identité du théâtre se pose également face à cette programmation que ne renierait pas le Théâtre de la Ville…” Force est de constater que cette remarque s’applique tout autant pour la saison 2020/2021, 42nd Street étant la seule comédie musicale programmée, à l’image d'Un Américain à Paris cette saison.

Ce n’est pas pour autant qu’il faut bouder son plaisir face à cette programmation qui, si elle rompt définitivement avec ce que nous avions l’habitude de voir (et apprécions) au Théâtre du Châtelet, propose des choses intéressantes. On notera notamment la venue de grosses productions internationales comme l’adaptation de Mort à Venise par Ivo van Hove (dont la relecture de West Side Story fait couler beaucoup d’encre en ce moment à Broadway), le dernier opéra de George Benjamin Lessons in Love and Violence, ou encore la mise en scène titanesque de Le Rossignol et autres fables d’Igor Stravinsky, par Robert Lepage. Perle Noire : Méditations autour de Joséphine, le spectacle musical en hommage à Joséphine Baker qui sera créé au Châtelet au mois d’avril, sera également repris. Il faudra aussi sûrement compter sur les Étés de la Danse qui, depuis cette saison, ont repris leurs quartiers au Théâtre du Châtelet.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.