L’opéra-rock “Starmania”, de retour en 2018 pour ses 40 ans

Starmania, c'est avant tout l'histoire d'une collaboration, celle de Michel Berger et de Luc Plamondon au milieu des années 70. Mais c'est aussi une histoire intemporelle dont les thèmes abordés demeurent toujours d'actualité.

La dénonciation du totalitarisme, l'appel à la tolérance ou encore les préoccupations écologiques, autant de sujets qui ont fait de Starmania un spectacle visionnaire et tristement prophétique. Près de 40 ans après sa création, l'opéra rock prépare son grand retour faisant écho, plus que jamais, aux débats contemporains qui animent notre société actuelle.

Une nouvelle production à l'occasion du 40ème anniversaire du spectacle

L’année dernière, à l'occasion de la promotion de la comédie musicale Résiste sur le plateau de C A Vous face à Anne Sophie Lapix, France Gall évoquait déjà le retour de Starmania - "Remonter Starmania, c'est une bonne idée, il me semble assez logique que Starmania se remonte dans les années à venir ..." avait-elle annoncé avant d'ajouter que - "cela serait une superbe façon de célébrer l'anniversaire de l'opéra rock". Propos qui ont été récemment approuvés par Luc Plamondon. Il faudra donc s'attendre à une nouvelle production de Starmania d'ici 2018, l'opportunité de redécouvrir sur scène les personnages de Johny Rockfort, Stella Spotlight ou encore Ziggy.

starmania001

Crédit photo : Benaroch/Sipa

Dans Starmania, l'Occident ne forme plus qu'un seul pays dont la capitale Monopolis est déchirée par les luttes de pouvoirs. Protégé dans sa tour dorée, le milliardaire Zéro Janvier envisage la présidence de l'Occident mais se retrouve confronté à la bande des Etoiles Noires menée par le rebelle Johnny Rockfort. Le soir du mariage de Zéro Janvier avec la top model Stella Spotligt, les Etoiles Noires et la présentatrice de télévision, Crystal, font sauter la tour dorée. Crystal sera tuée lors de représailles et Zéro Janvier deviendra président. C’est au repère des Etoiles Noires, l'Underground Café, où travaille Marie Jeanne, la serveuse automate amoureuse de Ziggy, que se noue les multiples intrigues de l'histoire.

Starmania est devenu un spectacle incontournable depuis 1978 tout d'abord sous forme de concept album avec une trame imaginée par Luc Plamondon. Le succès est instantané avec 2,2 millions d'exemplaires vendus rien qu'en France.

Un spectacle immortel

Les artistes mais également les thèmes universels de cet opéra rock vont largement participer au succès des chansons de Starmania. Les auteurs choisiront deux artistes canadiens expérimentés, Diane Dufresne en Stella Spotlight et Claude Dubois en Zéro Janvier. Daniel Balavoine, encore inconnu du grand public, sera choisi pour incarner Johny Rickfort. France Gall rejoindra également la troupe dans le rôle de Crystal. Le disque est sacré double album d’or en France et la plupart des titres deviendront des classiques de la chanson française. « Un Garçon pas comme les autres », « Le Monde est Stone » ou encore « Le Blues du Business », de nombreux titres qui sont encore dans toutes les mémoires. Sur scène Starmania est aussi plébiscité alors qu'il est présenté pour la première fois le 10 avril 1979 au Palais des Congrès de Paris sur une mise en scène de Tom O’Horgan.

starmania002

Crédit photo : Sipa

Enfin, ce qui fascine dans cette comédie musicale, c’est aussi son incroyable histoire. Joué à Paris et au Québec, le spectacle est ensuite monté à Moscou, à Madrid et en Allemagne. A Londres, Starmania devient Tycoon. Le livret est signé Tim Rice, et des artistes tels que Cindy Lauper (« The World is Stone »), Kim Carnes ou encore Céline Dion participent à l’album qui parait en 1992. En 1994, une nouvelle version est même créée au théâtre Mogador.

D’ici 2018, Starmania devrait donc entamer un nouveau chapitre de son histoire. Et l’on n'est visiblement pas près d’y voir un point final ! 

Sources :
La Comédie Musicale, mode d’emploi -Alain Perroux
Nostalgie.fr


Starmania

Musique de Michel Berger ; Paroles de Luc Plamondon

Distribution originale : Daniel Balavoine, Claude Dubois, Diane Dufresne, Nanette Workman, France Gall, Eric Esteve et Fabienne Thibeault.

1 réponse

  1. Baptiste Delval
    Sans vouloir jouer les insupportables puristes, je suis assez inquiet de savoir à quoi ressemblera cette nouvelle version. Je rêve de voir remontée la version originale intégrale, qui portait extrêmement bien son nom d'opéra-rock, et dont de nombreux personnages (dont le Gourou Marabout et les parents de Crystal) avaient été coupés lors de la refonte du spectacle en 1994… La version de Mogador a marqué beaucoup de monde, mais je ne peux m'empêcher de la trouver elliptique, bourrée de lacunes, et surtout lui en vouloir d'avoir posé les règles de ce que seraient les spectacles musicaux de variétés français à compter des années 2000…

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.