Actualité : Après Paris, « La Petite Boutique des Horreurs » arrive à l’Opéra de Dijon

En décembre dernier, le public parisien découvrait à l’Opéra Comique avec un frisson mêlé de plaisir La Petite Boutique des Horreurs. En ce début de printemps, le spectacle pose ses valises à l’Opéra de Dijon. Préparez-vous à ne plus jamais regarder vos plantes de la même manière !

L’histoire d’un fleuriste et de sa plante pas tout à fait normale

La Petite Boutique des Horreurs est une comédie musicale signée Alan Menken et Howard Ashman (un duo star à qui on doit notamment La Petite Sirène et la Belle et la Bête). Moins connue du public francophone, la Petite Boutique des Horreurs est l’adaptation d’un film de série Z du même nom.

Le spectacle raconte l’histoire d’une boutique de fleuriste, dans un quartier mal famé de New-York, tenue par l’autoritaire M. Mushnik. Seymour est jeune fleuriste un peu naïf et maladroit amoureux de sa collègue, Audrey. Par ailleurs, il est passionné par les plantes étranges et exotiques. Il vient d’ailleurs de faire l’acquisition d’une plante inconnue qu’il nomme Audrey II. Celle-ci intrigue et attire bientôt les clients dans la boutique. Cependant, chaque succès a ses contreparties, et Seymour découvre bientôt que la plante si lucrative se révèle avoir un certain attrait pour… la chair humaine. 

A cette intrigue plus proche du drame de Faust que du conte de fées, s’ajoute la présence d’un dentiste psychopathe, et d’un chœur digne de la Grèce antique. Un délicieux cocktail de frisson, humour (plus ou moins noir) et swing au rendez-vous !

Lionel Peintre (Mr. Mushnik), Anissa Brahmi (Ronnette), Laura Nanou (Chiffon), Sofia Mountassir (Crystal) (© Stefan Brion)
Judith Fa (Audrey) et Marc Mauillon (Seymour) (© Stefan Brion)

Une production haute en couleurs

La mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq s’inscrit très bien dans l’univers de la pièce : sur la – presque trop grande – scène de l’Opéra Comique trône la boutique de fleuriste du quartier délabré. Des rats sortent des égouts et les passants ont l’air louche. S’il n’y a aucun grand changement de décors, l’espace dégagé à l’avant-scène laisse une belle place aux rêves de machine à laver, au cabinet de dentiste improvisé ou aux raids de motard.

Cette adaptation française se distingue par sa distribution. Celle-ci mêle des chanteurs issus du monde lyrique et d’autres venus de la comédie musicale : un choix original qui a le mérite de créer un pont entre les deux mondes.

Cependant, la véritable vedette du spectacle est Audrey II, une succession de marionnettes qui incarnent la plante d’abord mignonne puis effrayante. Chapeau au marionnettiste Sami Adjali qui l’anime et nous offre quelques scènes de gueuleton végétal particulièrement réussies ! Son interprète Daniel Njo Lobé est particulièrement convaincant dans son rôle.

Voir de tels spectacles à l’Opéra Comique permet de faire découvrir la richesse du répertoire de la comédie musicale à un public davantage sensibilisé aux opéras, tout en ouvrant les portes des scènes lyriques aux amateurs de théâtre musical. Une belle initiative comme on aimerait en voir plus souvent !

De l’Opéra Comique à l’Opéra de Dijon

La production de Valérie Lesort et Christian Hecq a achevé ses représentations à l’Opéra Comique avec une salle comble et enthousiaste. Elle s’apprête désormais à partir pour l’Opéra de Dijon, co-producteur du spectacle où, là-encore, les billets sont déjà presque tous vendus.

A l’affiche de cette salle, le public pourra applaudir la même distribution qu’à l’Opéra Comique, à l’exception du rôle de Seymour qui sera tenu par Guillaume Andrieux.

Pour tous ceux qui n’auront pas eu la possibilité de voir ce spectacle kitch, drôle et effrayant, nous croisons les doigts pour qu’il revienne à la saison prochaine dans de nouvelles salles ! En attendant, il est toujours possible de se consoler avec le film de Frank Oz de 1986.

Pour en savoir plus sur l’avis de Musical Avenue sur le spectacle, n’hésitez pas à écouter notre podcast sur les comédies musicales passées « du grand écran à la scène ».

La Petite Boutique des Horreurs
Segolene Boulai

Segolene Boulai

Après une enfance bercée par les claquettes de Fred Astaire et la voix de Marnie Nixon, mon amour de la comédie musicale nait lors d'un inoubliable passage à Broadway pour voir "Matilda". Dès la fin du voyage, je me mets à grappiller toutes les informations possibles sur ce genre idéal pour moi qui ne veux pas choisir entre la danse, le théâtre, la musique et le cinéma. L'arrivée à Paris est l’occasion de découvrir la place croissante du spectacle musical en France, au-delà de tout ce que je soupçonnais. Et here I am ! ayant à cœur de partager toujours davantage cette passion, je rejoins l’équipe de Musical Avenue en 2021.
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOS PODCASTS

Retrouvez tous nos épisodes de "Musical Avenue, le Podcast" ! Infos, anecdotes, rires ou coups de gueule sont au rendez-vous de ce nouveau format lancé en mai 2022

Dossiers "une saison de musicals 2023-2024"

Que voir en France, à Broadway, dans le West End ou ailleurs dans le monde ? Retrouvez notre sélection de la saison !

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !