« 42nd street », la comédie musicale, à l’affiche du Théâtre du Châtelet en 2016

Jean-Luc Choplin a dévoilé une partie de la programmation de la prochaine saison 16-17 du Théâtre du Châtelet, pour ce qui sera peut-être sa dernière saison, avant la fermeture du théâtre pour des travaux annoncés depuis longtemps. 42nd Street, une comédie musicale écrite en 1980, est une célébration des claquettes des comédies musicales des années 1920 et 1930.

Produite pour la première fois à Broadway en 1980 au Winter Garden, 42nd Street est une adaptation du film éponyme de 1933, lui-même basé sur les mémoires de Bradford Ropes, un danseur qui eut une carrière dans les années 1920 à Broadway avant de rejoindre la côte Ouest et les studios MGM. La production de 1980 remporta les Tony Awards de la meilleure comédie musicale et meilleure chorégraphie, ainsi que deux Drama Desk Awards. La production de Londres de 1984, qui remporta l’Olivier Award de la meilleure comédie musicale, fit également connaître Catherine Zeta-Jones à l’âge de 15 ans. Le revival de 2001 à Broadway au Lyric Theatre marqua les esprits par une production gigantesque, avec 38 danseurs sur scène et des décors époustouflants.

42nd Street est un « backstage musical », c’est-à-dire une comédie musicale dont l’action se situe dans le milieu du théâtre, et plus spécifiquement dans le milieu des théâtres de Broadway : une recette classique, simple et efficace, très souvent utilisée de tout temps dans les musicals américains. L’histoire est simple : Peggy Sawyer, jeune danseuse originaire d’Allentown (une petite ville en Pennsylvanie) débarque à New York City où elle débute dans le ballet d’un spectacle de Broadway en tant que chorus girl. La grande star du spectacle est victime d’un accident pendant les répétitions. Celui-ci est imputé à tort à la jeune Peggy, qui est renvoyée sur le champ. Alors qu’elle pense rentrer dans sa petite ville de Pennsylvanie, et que les acteurs du spectacle vont être mis au chômage, le producteur se laisse convaincre de lui laisser tenter sa chance et de la programmer en remplacement de la vedette accidentée. La jeune Peggy est alors projetée en haut de l’affiche.

 

Le livret, assez simple et dénué d’intérêt, est un prétexte pour s’immerger dans le monde des claquettes, et produire de magnifiques numéros musicaux, aussi bien sur le plan des chansons, que de la danse. L’un des plus connus est sans doute l’ouverture du musical, qui consiste habituellement en un lever partiel du rideau qui ne monte que d’une cinquantaine de centimètres, dévoilant uniquement les pieds des danseurs en claquettes.

Ecrites par Harry Warren, certaines de ces chansons sont devenues dès la sortie du film en 1933 d’immenses standards du jazz américain, telles : « Lullaby of Broadway », « I only have eyes for you », « With plenty of money and you ».

Le slogan du revival de Broadway en 2001 pour 42nd Street : the musical for people who love Broadway musicals est certainement aussi adapté pour le Théâtre du Châtelet, et nous attendons de découvrir cette production avec impatience à Paris, dans le théâtre qu’on pourrait facilement baptiser : « the theatre for people who love Broadway theatre ».

En attendant, découvrez le clip du revival de Broadway pour la cérémonie des Tony Awards en 2002 (les photos sont aussi celles du revival de Broadway en 2001) :

  

 

Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !