Critique : “Zorro, le Musical” en CD

Critique : "Zorro, le Musical" en CDUne pièce de Christopher Renshaw.
Livret et paroles de Stephen Clark. Musique des Gipsy Kings. Musique co-composée et adaptée par John Cameron. Adaptation des paroles par Éric Taraud & Marie-Jo Zarb.

Sorti en CD le 26 octobre 2009.


L'équipe de Stage Entertainment essaierait-elle de suivre l'exemple des productions à la française (comme Mozart l'Opéra-Rock) en proposant avec son spectacle Zorro, que nous avons chroniqué il y a quelques jours, une bande-originale de spectacle lorgnant du côté de l'album de variétés ?

Gipsy Kings et musical font-ils bon ménage ?

Oubliez le célèbre générique de la série télévisée de chez Disney ou encore le fameux "I want to spend my lifetime loving you" de Tina Arena (thème du long-métrage Le Masque de Zorro, aux mélodies très théâtrales).
Avec cette comédie musicale inédite consacrée au héros masqué, Stephen Clark et John Cameron (auteur de la version originale londonienne du spectacle) ont imaginé de nouvelles mélodies en empruntant aux Gipsy Kings leurs plus grands tubes !

J'en vois déjà quelques uns qui sourient ou froncent les sourcils.
Il est vrai qu'on ne se serait jamais attendu à retrouver "Baila Me", "Bamboleo" et "Vamos a Bailar" dans une comédie musicale !
Force est d'admettre pourtant que les chansons des plus célèbres gitans au monde fonctionnent à merveille dans la bande-originale de ce spectacle.
Même, certains titres moins connus (on pense à "Soy" transformé en "Croire", grande scène de Zorro; "Tu quieres volver" devenu "La terre était brûlante" ou encore "Amor d'un dia" transformé en "Un amour mort à jamais", le superbe duo du second acte) sont ici mis à contribution et semblent presque avoir été écrits pour prendre toute leur ampleur dans une pièce de théâtre.

De l'exercice périlleux de l'adaptation

On ne peut malheureusement pas autant s'enthousiasmer des adaptations signées Éric Taraud et Marie-Jo Zarb. Sur la plupart des titres, les rimes sont d'une paresse dérangeante, et l'on en vient parfois à se demander si le moindre effort a été porté sur cet aspect (la chanson "Liberté (Vamos a Bailar)" en est le pire exemple).
À ce titre, les deux adaptateurs n'ont pas su s'affranchir de la liberté (contestable) prise, dans la version originale du spectacle en anglais, avec les consonances. Une servitude à des paroles originales peu brillantes bien regrettable.
Quelques fois cependant, un morceau de bravoure surgit au milieu d'une chanson, comme le second couplet d'"Un amour mort à jamais" ("Amor d'un dia") construit avec beaucoup d'audace.

Ce qui laisse encore d'avantage perplexe, c'est le choix délibéré de ne pas être fidèle aux textes des Gipsy Kings. À l'exception de "Djobi, Djoba"  - seul titre intégralement interprété en espagnol dans sa version originale - toutes les chansons racontent ici une histoire radicalement différente de ce qu'on connaît d'elles (du moins pour les auditeurs hispanophones) !
Si l'on conserve parfois un refrain, on chamboule totalement les couplets pour que le texte se plie aux exigences de l'histoire.
En cela, Zorro prend le parti surprenant d'être un musical inspiré des chansons des Gipsy Kings, et non un jukebox musical à la Mamma Mia!

Mais que dire d'un titre comme "Une autre bière", si sympathique sur scène, qui sur CD donne l'impression d'une infâme chanson paillarde qu'on préfère zapper au bout de quelques secondes…

L'échec d'une production destinée aux radios

On le savait depuis quelques temps et la production l'assume : cet album a été chanté, enregistré et produit à la façon d'un disque de variétés.
Si l'ambition d'en faire un produit facile à diffuser sur les ondes pour mieux vendre le spectacle, on se désole d'un tel parti pris à l'écoute de l'album.

Contrairement à l'enregistrement très lyrique de la troupe londonienne du spectacle, on se retrouve ici en présence d'une série de chansons monotones, qui semblent avoir renoncé à la moindre subtilité, sacrifiées sur l'autel d'une direction artistique qui cherche trop à rendre le tout facile d'accès.
"Croire (Soy)", pourtant l'un des meilleurs numéros du musical, est celle qui souffre le plus de la production "variétoche" de l'album en dépit de l'interprétation de Laurent Ban. De ce titre pourtant rempli d'émotion ne ressortent ni la sensibilité ni l'énergie ensoleillée de sa version anglaise : exit la douceur et le crescendo délicat qui nous prend aux tripes sur scène ou dans la version enregistrée par Matt Rawle.

Ajoutez à ça le terrible talon d'Achille des arrangements : des cuivres faiblards et pas biens meilleurs que les synthétiseurs du groupe qui joue en live chaque soir aux Folies Bergère, et vous obtenez des chansons qui n'arrivent pas à décoller, malgré des interprètes irréprochables.

Heureusement, les plus belles chansons de la pièce sortent un peu du lot et "L'homme derrière le masque" (maîtrisée à la perfection par Liza Pastor), ainsi qu'"Un amour mort à jamais" constituent les plus beaux moments de cet album, avec quelques titres gipsy ("Libertad", "La vida del Gitano") qui donnent lieu à certains des meilleurs tableaux flamencos sur scène.

Ne passez pas par la case CD

Rendez-vous directement aux Folies Bergère !
Cet album n'est pas la meilleure entrée en matière qui soit pour quiconque n'aurait pas vu le musical. Tout juste devrait-il contenter quelques spectateurs impatients qui ne sauront pas attendre la sortie probable d'un enregistrement live (comme c'était le cas pour Cabaret et Le Roi Lion) dans les mois à venir.
Si vous avez prévu d'aller voir Zorro, le Musical sur scène, économisez les 15 euros que coûte le disque pour vous offrir une place pour le spectacle dans une catégorie supérieure : ça en vaut véritablement la peine.

Retrouvez tous les articles sur Zorro, le musical sur Musical Avenue


Zorro, le Musical - Bande Originale du Spectacle
Livret et paroles : Stephen Clark - Musique des Gipsy Kings - Histoire originale - Stephen Clark & Helen Edmundson - Musique co-composée et adaptée par John Cameron - Inspiré du roman de Isabel Allende - Adaptation du livret : Éric Taraud - Adaptation des paroles : Éric Taraud & Marie-Jo Zarb - Création sonore : Mick Potter - Orchestrations et arrangements : John Cameron - Superviseur musical et arrangements vocaux : Mike Dixon - Directeur musical : Daniel Glet - Album réalisé par Volodia.

Avec Laurent Bàn, Géraldine Larossa, Liza Pastor, Benoît de Gaulejac.



Aux Folies Bergère de Paris jusqu'au 30 avril 2010.
Le site internet officiel :http://www.zorro-lemusical.fr/

17 réponses

  1. Marine
    Adorable musicien sur scène quel présence et quel talent c est magic !!! Bonne continuation marine
  2. romain torel musical
    jai ecouter le cd et je trouve qui manque de voix flamenca qui touche l ame jai vu le spectacle ya une voix gitane qui ma fait pleurer je le revoi encore avec son bandana jeune pirate au charisme indien pk il nest pas sur ce cd ????sa voix aurai donner une autre couleur

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.