Critique : "Chance !" au Palais des Glaces

Critique : "Chance !" au Palais des GlacesChance !
Jusqu’au 26 septembre au Palais des Glaces, du mardi au sam (de 12 à 18€)


Le moins que l’on puisse dire, c’est que la reprise de Chance ! au Palais des Glaces, le spectacle aux 900 représentations qui a vu défiler la quasi-totalité des comédiens-chanteurs de Paris, a fait l’objet d’un débat animé au sein de la rédaction de Musical Avenue !
Quand le premier déteste, le second est un fan de la première heure.
Le point de vue de deux de nos journalistes : accrochez-vous, ça décape…

L’avis de Thomas

"- Bonjouuuuuuuuur, voulez-vouuuuuus duuu caféééééé ?
– Oui Merciiiiiiiiii, vous n’auriez pas vuuuuu ma clé usbéééééé ?
– Bonjouuuuuuuuur je suis la stagiaiiiiiiiire et j’ai une maladiiiiiiiiie morteeeelleuuuuu !
– Et moi je suis l’assistante, amoureuuuuuuuse du patrooooon, avocat de mes rêveuuuuuux !
– Bonjouuuuuuuur je suis le coursier, jouons tous ensemble au lotoooooo !"

Bref,  tout ce petit monde gagne des millions et décide d’ouvrir un cabinet d’avocats qui défend gratuitement la veuve et l’orphelin.
Rideau !

C’était Chance, actuellement au Palais des Glaces jusqu’à fin juillet, que j’ai eu l’occasion de découvrir fin avril.

Par où commencer…
Si je vous dis que j’ai cherché dès la dixième minute de ce spectacle une corde pour me pendre, vous comprendrez ma douleur au bout d’une heure quarante-cinq d’une succession de chansons dont la pauvreté d’écriture n’a d’égale que la médiocrité de la musique, véritable musique au mètre dont vous ne retiendrez pas un refrain ou un début de mélodie.

L’histoire est inexistante, rien n’évolue ni n’est développé du lever au baisser de rideau, tout est d’une linéarité insupportable, pas de livret, chacun chante sa chanson dans son coin, chanson qui par ailleurs ne fait pas non plus avancer le schmilblick. Tout pourrait s’arrêter à la troisième, mais non… Je passe sur un humour lourd, beauf, parfois à la limite du racisme (la femme de ménage, forcément espagnole, qui joue à la corrida avec l’achpirator. On n’a pas vu les poils sous les bras, mais c’était limite…). Quant aux prétendus clins d’oeil aux comédies musicales, l’auteur, Hervé Devolder, aurait mieux fait de s’abstenir; se moquer, entre autres, des paroles affligeantes de Roméo et Juliette est assez casse-gueule quand les siennes ne sont pas de meilleure qualité.

Passons sur les quelques moments dansés que l’on applaudirait bien volontiers s’il s’agissait du spectacle de fin d’année de notre petit dernier… Ce n’est malheureusement pas le cas ici, bien qu’on puisse effectivement se croire à la fête du village.

Le décor ressemble au bureau B 412 de la mairie du 18ème arrondissement; alors oui, c’est très réaliste ("Oh chéri regarde, on dirait mon bureau!"), mais c’est surtout très laid ! Il vaudrait mieux simplement juste une chaise, le spectateur aurait moins mal aux yeux, d’autant plus qu’il n’est pas aidé par les lumières sans doute réglées avec le régisseur après un déjeuner trop arrosé… Tout est rose vert jaune bleu, avec des étoiles, des coeurs, et des nuages… Le metteur en scène a dû dire "Banco" tout de suite afin d’aller faire la sieste. C’est immonde, même au quatorzième degré.

J’épargnerai ici les interprètes. D’abord parce-qu’ils jouent en alternance (ils sont 20 en tout) , et que vous ne verrez à coup sûr pas les mêmes que moi si vous faites le déplacement, et ensuite parce que s’il y a quelque chose à sauver ici, c’est encore la distribution.
Quand on pense que quelqu’un comme Fabian Richard replonge là-dedans après avoir connu Cabaret pendant 18 mois, on a mal pour lui.

L’avis de Samuel

Loin des super-productions musicales françaises traditionnelles, Chance ! est un spectacle simple, sans prétention, mais qui réjouit les spectateurs car "il n’apporte que des bonnes nouvelles", comme le précise justement le créateur. Le texte est direct, les chorégraphies efficaces, et les musiques sont variées, joyeuses mais néanmoins riches. En effet, loin de sombrer dans une certaine facilité, la complexité des mélodies et la difficulté vocale de l’oeuvre nous plongent dans un univers musical très consistant.
Hervé Devolder nous délecte notamment par sa maîtrise du chant à plusieurs voix, utilisé fréquemment et toujours à bon escient. Le résultat est agréable, et même totalement rafraîchissant. On réfléchit peu, on rit beaucoup, et ça fait un bien fou !

J’ai eu la chance d’assister à six représentations de cette comédie musicale, en comptant celle du 30 avril dernier. Inutile de préciser que je fais partie des amoureux du spectacle, et que j’étais très excité à l’idée de le découvrir dans une salle de plus grande envergure.
Quelle déception que cette production au Palais des Glaces ! Premier élément, la durée du spectacle a été réduite, sans doute à cause des contraintes horaires imposées par la salle parisienne. En résulte un grand nombre de coupes dans le texte qui nuisent terriblement au rythme de la narration, mais également une sensation désagréable d’urgence tout au long de la représentation. C’est simple, il n’est même pas possible d’applaudir plus de 2 ou 3 secondes à la fin d’un tableau…

Les lumières, si importantes au Méry, sont complètement ratées.
Evoquant ici la deuxième représentation du spectacle au Palais des Glaces, il est possible que tout n’ait pas été totalement en place, et le jeu de lumières s’améliorera probablement au fur et à mesure des représentations.
Enfin, troisième reproche, et non des moindres : le choix des artistes. Sur le papier, le casting est prometteur : Julie Victor, Franck Vincent, Yoni Amar, Edouard Thiébaut, Catherine Arondel et Chloé Pimont. Si Julie Victor, créatrice du rôle d’Agnès, est exceptionnelle, Yoni Amar, excellent (encore meilleur qu’au Méry !), Chloé Pimont très convaincante, je ne peux pas en dire autant des autres.

Ma plus grosse frustration vient de Franck Vincent, dont j’attendais beaucoup, l’ayant tant admiré dans Le Violon sur le toit ou d’autres spectacles plus modestes (War, Lancelot). Le rôle du boss requiert une voix de baryton, dans un style très lyrique, dont Jérôme Pradon, créateur du rôle, est la parfaite incarnation.
Heureusement, le fameux concept de troupe tournante va s’appliquer avec notamment Aurélien B
erda, Hervé Lewandowski, Grégory Juppin, Julie Wingens, Stéphane Métro, Laurent Bàn ou encore Léovanie Raud qui prendront la relève au fur et à mesure des représentations.

Au final, pour les nouveaux spectateurs, le spectacle constitue un moment très agréable. La salle a semble-t-il été séduite par ces six personnages farfelus, riant aux éclats et offrant à Hervé Devolder et ses complices des applaudissements nourris à l’issue de la représentation. Si vous n’avez pas encore eu l’opportunité de découvrir Chance !, courez-y !

Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !