Critique : "Shéhérazade – Les 1001 nuits" aux Folies Bergère à Paris

Le nouveau spectacle de Felix Gray arrive à Paris. A grands renforts de palmiers et autres lampes magiques, cette nouvelle adaptation des contes des mille et unes nuits tente d’apporter une touche d’exotisme originale dans le paysage musical parisien. En vain.

Si Felix Gray est bien connu en France pour ses tubes co-écrits et co-interprétés avec Didier Barbelivien au début des années 1990, il a également signé une première comédie musicale, Don Juan, en 2004. Installé au Canada, il revient cette année avec une nouvelle mouture de l’histoire de Shéhérazade, la fameuse conteuse des mille et unes nuits. On aurait espéré qu’un compositeur ayant déjà un succès commercial à son actif nous livre un spectacle répondant aux exigences d’un musical dans l’air du temps. Il n’en est rien : Shéhérazade ressemble plutôt à ce que l’on produisait il y a dix ans entre le Québec et la France, à savoir, une longue succession de tableaux chantés au kilomètre, sans émotion ni rire… La partition est ennuyeuse et mièvre au possible. "Je suis comme une hirondelle, posée sur une aquarelle. J’entends jouer les violons, pour mon cœur de papillon…" cette poésie de comptoir est débitée sur des mélodies mielleuses à souhait, avec un premier degré déconcertant.

Décors et costumes sont, en revanche, à la hauteur d’une production de cette taille. L’exotisme est bien au rendez-vous et les Folies Bergère revêtent une certaine magie orientale, qui s’évanouit malheureusement bien vite lorsque le spectacle évolue… Sur scène, les artistes semblent faire ce qu’ils peuvent pour faire avancer laborieusement l’intrigue : un gentil vizir, un sultan barbare et cruel, une femme insoumise et séductrice, un Aladin transparent, un génie, une sorcière un peu punk (ah ?). Mais même leur interprétation paraît fade à mesure que la lassitude engourdit le spectateur un tant soit peu exigeant.

Les youyous et les danses du ventre n’y font rien : Shéhérazade reste d’un kitsch exemplaire. À l’heure où des spectacles à Paris comme Cabaret, Le Roi Lion, Hairspray, ou même des séries comme Glee, ont bien dépoussiéré et "dé-ringardisé" le genre et ont permis à des talents francophones et français d’émerger (Chance!, La Nuit d’Elliot Fall, Le Peep Musical Show, La Sublime Revanche…), voilà que Shéhérazade, malgré ses promesses, revient avec tous les tics de la comédie musicale ronflante qui se prend beaucoup trop au sérieux. A oublier bien vite.


Shéhérazade – Les 1001 nuits, de Félix Gray

Du 1er au 31 décembre 2011
Du mardi au dimanche à 20h (sauf les 7, 24 et 25), supplémentaires le 26 à 20h00, les 17, 18, 24 et 31 à 15h00.

Folies Bergère
32 rue Richer
75009 Paris

Site Internet : www.sherazade1001nuits.com

Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !