Un musical, une chanson : Les œuvres méconnues de Kander & Ebb (1/4) – “The Scottsboro Boys”

Un musical, une chanson : Les œuvres méconnues de Kander & Ebb (1/4) - "The Scottsboro Boys"

Nos chroniqueurs ont décidé de vous faire découvrir chaque semaine un musical célèbre ou moins connu au travers d'une de ses chansons.

Nous débutons aujourd'hui avec une série d'articles consacrés aux œuvres les plus confidentielles d'un des duos majeurs de la comédie musicale américaine.



Tout comme Rodgers & Hammerstein, Rodgers & Hart ou encore Lerner & Loewe, John Kander (compositeur) et Fred Ebb (parolier) constituent l'un des duos les plus célèbres d'auteurs de comédies musicales.

Si jamais vous ne connaissiez pas déjà leurs noms, vous avez déjà vu au mois un de leurs chefs-d'œuvre : Cabaret, Chicago, Funny Girl, ou même New York New York, autant de musicals mémorables qui sont le fruit de la collaboration de ces deux légendes de Broadway.

Pourtant, nombreuses sont les œuvres du duo qui n'ont pas reçu un succès aussi phénoménal et restent méconnues. Aujourd'hui, je vous propose de découvrir leur dernière collaboration : The Scottsboro Boys.



"The Scottsboro Boys", de John Kander et Fred Ebb

Créée Off-Broadway en mars 2010 sur une mise en scène de Susan Stroman (The Producers) avant de s'installer sur la grande avenue à l'automne de la même année (non sans avoir fait un détour par Minneapolis), The Scottsboro Boys est l'ultime réalisation signée par les deux artistes avant la disparition de Fred Ebb le 11 septembre 2004.

Conçue sous la forme d'un minstrel show (un type de spectacles créé au XIXe siècle, aujourd'hui politiquement incorrect, mettant en scène des personnages noirs caricaturaux) qui provoqua la controverse, la pièce se penche sur un épisode douloureux de l'histoire des Noirs en Amérique.

"The Scottsboro Boys", de John Kander et Fred Ebb

Un fait historique adapté sur scène



En 1931, neuf jeunes hommes noirs (le plus jeune a 12 ans, le plus âgé en a 20), qui voyagent en vagabonds sur un train de marchandise, sont accusés à tort de viol par deux jeunes femmes blanches. Les procès qui s'ensuivent, en pleine ségrégation, concluent hâtivement et dans une logique raciste nauséabonde à la culpabilité des accusés, dont huit sont condamnés à mort. Il faudra deux nouvelles séries de procès en appel pour que ces jugements inéquitables se voient commués en peines de prisons allant de 75 à 105 ans. Quatre des condamnés seront libérés sur parole avant 1937 tandis que d'autres finiront leurs jours en prison.

L'indignation provoquée par cet exemple d'iniquité donnera naissance au Mouvement afro-américain des droits civiques dont Martin Luther King deviendra le représentant emblématique.

Une partition enlevée pour un sujet difficile



La forme du minstrel show permet à la pièce d'enchaîner les numéros rythmés ou humoristiques et les mélodies joyeuses qui contrastent et soutiennent d'autant mieux les thèmes sombres qu'elle aborde. Évidemment, quelques ballades poignantes ponctuent aussi The Scottsboro Boys, à l'instar du sublime "Go Back Home".

"The Scottsboro Boys", de John Kander et Fred Ebb


À l'issue du premier procès, les jeunes hommes attendent leur exécution et l'un d'eux se prend à rêver sans grand espoir à sa libération, au jour où, peut-être, quelqu'un lui dira enfin "Allez gamin, prend le train et rentre chez toi. Saute dans un train de marchandise et rentre chez toi".
Cynisme suprême, le même train qui les a conduit à l'enfer devient soudain pour lui objet de convoitise pour mieux remonter le temps, revenir à des jours meilleurs et à la douceur d'un foyer.

Il n'en va pas de même pour le plus jeune d'entre eux qui objecte et dit qu'il préfèrerait mieux parcourir à pieds sans s'arrêter les 230 kilomètres qui le séparent de chez lui, plutôt que de voyager de nouveau à bord d'un train.

Le rêve désespéré se transmet au reste des garçons, qui nous donnent à entendre ce qui est sans doute une des plus belles mélodies de Kander & Ebb, toute en simplicité et en émotion.

Écoutez "Go Back Home" de The Scottsboro Boys :

Sur l'album original du spectacle, les fans prendront plaisir à entendre une touchante version piano-voix de la chanson, interprétée par nul autre que son compositeur John Kander.

Après seulement 29 avant-premières et 49 représentations, le rideau est retombé sur The Scottsboro Boys le 12 décembre 2010. Le spectacle reçut néanmoins 12 nominations aux Tony Awards l'année suivante, laissant espérer son retour sur une scène new-yorkaise dans la foulée. Malheureusement, il ne reçut aucune récompense, ce qui finit d'achever le destin du musical à Broadway. Comment de nombreuses autres œuvres de qualité n'ayant pas réussi à New York, la pièce connaît désormais une nouvelle vie dans des productions locales à travers les États-Unis.



Rendez-vous dans une semaine pour un nouveau musical et une nouvelle chanson.


Lire ou relire nos autres articles de la série "Les œuvres méconnues de Kander & Ebb" :

Découvrez ci-dessous la bande-annonce de The Scottsboro Boys à Broadway :

Crédit photos : Paul Kolnik

1 réponse

  1. Pierre
    Super initiative, c'est exactement ce que je souhaitais sans y penser réellement! Je suis toujours en recherche de nouveaux musicals qui osent, qui bousculent, qui ont une vie courte mais qui valent le coup, bref, en dehors du circuit commercial ou simplement boudés par les américains qui parfois se montrent frileux. Parce que bon, phantom of the opera ça va bien 5 minutes. Cette nouvelle chronique sera l'occasion de me rendre plus souvent sur le site. En plus Kander & Ebb font partie de mes auteurs de musicals préférés, je vais me pencher sur cette oeuvre qui a l'air prometteuse!

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.