Compte-rendu : “Say Magnifique”, à la Péniche Le Marcounet

Dans le cadre de la série de spectacles et concerts "Broadway Chez Nous", l'association American Musical Theatre Live! nous a présenté lundi dernier Say Magnifique, un spectacle inédit à la Péniche le Marcounet à Paris. 

Un nouveau venu à Paris plein de talent : l'américain Adam Alexander

Enseignant de masterclass à New York, Adam Alexander a écrit, composé et mis en scène Say Magnifique. Le concept sur lequel il s'est basé ? Donner à voir la culture française à l'aide de standards du théâtre musical américain. Bonne nouvelle, son parti pris a été de ne pas se cantonner au choix les plus évidents, comme An American in Paris ou Gigi.

De Legally Blonde à Victor, Victoria

Dès l’ouverture, merveilleusement bien arrangée et jouée par Mathieu Serradell, le public sait qu’il va passer un bon moment. Sentiment confirmé dès le premier numéro, « Gay or European », l’extrait de Legally Blonde, qui annonce que l’humour va être très présent dans cette soirée. 

Le duo de Adam Alexander avec Marion Préïté sur le trop rarement chanté « Paris Loves Lovers », extrait de Silk Stockings de Cole Porter, n’est pas sans rappeler l’élégance de Fred Astaire et Cyd Charisse dans le version cinéma.  Deux chansons du trop peu joué Bakers Wife (La Femme du boulanger, 1976), d’après Marcel Pagnol et signé de Stephen Schwartz (compositeur de Wicked), suivent ensuite pour notre plus grand plaisir.

Les titres « Proud Lady » and « Where Is The Warmth » sont ensuite magnifiquement interprétés pars Quentin Moriot et l’américaine Devon Graves , suivis par « Restless Heart », extrait de Fanny, une autre adaptation musicale de Pagnol peu connue signée Harold Rome.

Le prometteur Vincent Gilliéron nous interprète ensuite « Paris By Night » et l’espiègle Marion Préïté « Paris Makes Me Horny », tous deux extraits de la version scénique de Victor, Victoria (1975).  On peut juste regretter que ces deux chansons ne soient pas interprétées dans leur version originale intégrale.

Crédit photo : Marie Moisy

Crédit photo : Marie Moisy

La première partie se termine comme il se doit par deux chansons du Can Can de Cole Porter, « Montmartre » et « Say Magnifique ».  Brillemment arrangé par Mathieu Serradell, tout comme le mashup « Nicer In Nice » de The Boyfriend et « Ah Paris » de Follies de Sondheim, qui ouvre la seconde partie après l’hilarant exercice de style de Serradell « Ze English Language », une curiosité de Victor Herbert (1905).

Hamilton, of course...

Suit un énorme bond dans le temps avec « Gun and Ships », extrait de Hamilton de Manuel Lin-Miranda, le plus grand succès du Broadway à l’heure actuelle.  Vincent Gilliéron nous interprète ensuite avec humour « C’est Moi », extrait de Camelot, signé Frederick Loewe et Alan Jay, les compositeurs de My Fair Lady.

Après un émouvant « Move On », extrait de Sunday In The Park With George de Sondheim, interprété avec feeling par Quentin Moriot et Marion Preïté, la soirée se termine avec une note d’optimisme avec deux chansons du grand Jerry Herman, extraites de sa version musicale de La Cage aux folles (1983) : « I Am What I Am », interprété avec force par Adam, et « The Best Of Times », par l’entière talentueuse compagnie. 

On ne peux désormais qu’attendre avec plus d'impatience les prochains événements de AMT Live ! à la péniche le Marcounet, à savoir un OpenMic le 5 décembre puis un Holiday Gala Concert (au profit d’Action Froid) le 19 décembre. Rendez-vous pris ! 


Say Magnifique, un concert "Broadway chez nous" d'AMT Live Paris

À la Péniche Le Marcounet le 21 novembre 2016
Quai de l'Hôtel de Ville, 75004 Paris

Avec : Marion Preïté, Vincent Gilliéron, Adam Alexander, Quentin Moriot, Devon Graves
Au piano : Mathieu Serradell

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.