Critique : Le Cirque de Paname présente “Le Monde de Jaleya” à l’Hippodrome de Longchamp

C'est au cœur de l’Hippodrome de Longchamp que se dresse l’immense antre du Cirque de Paname et c'est ici, après trois années de travail, que se cache Le Monde de Jaleya, promesse d’un voyage musical et circassien à travers les éléments de la nature.

Une revue immersive

A peine arrivé sous ce moderne chapiteau, l’ambiance est mystérieuse, vos hôtes en marinières et moustaches brodés vous invitent à prendre place devant un rideau cachant ce qui vous attends. Quelle belle surprise de retrouver le brillant Alexandre Faitrouni (Grease 31) campant Oliver, le personnage principal qui sera le fil rouge du spectacle. C’est dans un vieux grenier qu’il découvrira une étrange lampe magique lui ouvrant les portes du Monde de Jaleya pour un voyage initiatique qui le mènera à travers la Terre, mère des 4 éléments de la nature afin de trouver sa vérité. Alors qu’une montgolfière s’envole sur les toits de paris, un arbre lumineux imposant habille désormais la scène : l’aventure peut commencer.
Contrairement au Cirque du Soleil, le Cirque de Paname n’est pas une suite d’actes acrobatiques ponctués de passages humoristiques. Il s’agit plus d’une revue moderne chorégraphiée dans laquelle s’insère des numéros circassiens. Ces derniers sont accompagnés d’une mise en scène immersive et originale mêlant l’eau, le feu, le vent et même certaines odeurs. Difficile de trop en dire sans gâcher la surprise mais la scène est plus vivante qu’il n’y parait.
Le Cirque de Paname

Sans vraiment toujours comprendre le rapport entre chaque tableau, Le Monde de Jaleya n’en reste pas moins visuellement captivant. Des costumes originaux, des chorégraphies modernes, bien que parfois inégales, et un trio d’artistes de qualité pour interpréter des mélodies envoûtantes allant de la pop rock, au jazz en passant par des envolées lyriques. Ayvin, Alexander Wood (Oliver Twist) et Tatania Matre (Mistinguett - Reine des années folles ; Femme(s)) accompagnés de plusieurs musiciens, en live pour une fois, donnent vie avec talents aux compositions d'Anthony Giordano et John Dada. Dommage en revanche que le système de basses soit beaucoup trop fort et qu’il soit complexe d’entendre vraiment les paroles. En effet les voix sont parfois malheureusement noyées sous les instruments mais ne boudons pas notre plaisir pour une fois qu’une production prends le risque de composer et de présenter en live de nouvelles chansons qui se réécoutent avec plaisir.

Le Cirque de Paname
Spectacle familial et déroutant, Le Monde de Jaleya est une alternative originale pour les gens n’étant pas adeptes d’un cirque trop classique. On retiendra notamment un sublime numéro de trapèze à couper le souffle, une acrobate épatante tentant de s’échapper d’une bulle de verre, un voltigeur défiant les lois de la gravité et de l’eau ainsi qu’un cheval lumineux tout droit sortie de War Horse. Même si l’enchaînement de ces numéros n’a pas forcément toujours de sens et que l’on se demande parfois ce qu’il se passe, l’ensemble a le mérite d’offrir une expérience rarement proposée sur la capitale ce qui a le mérite d’être souligné. Il est également possible de suivre le spectacle en braille ou en audio description ce qui est une belle preuve d’inclusion pour tous.
L’aventure du Cirque de Paname ne fait que commencer donc vous avez jusqu’au 23 Février 2020 pour vous envoler dans cette contrée musicale et acrobatique pas comme les autres.

Découvrez la bande-annonce du Cirque de Paname : "Le Monde de Jaleya"

Crédit photos : Le Cirque de Paname


Cirque de PanameMINILe Monde de Jaleya, du Cirque de Paname 

A l'hippodrome de Longchamp
jusqu'au 23 Février 2020

Créateur et Metteur en Scène : Ludovic Marcato ; Chorégraphies : Julia Spiesser et Skorpion ; Musiques : Anthony Giordano et Johan Dana

Avec : Alexandre Faitrouni, Ayvin, Tatiana Matre, Sébastien Sfedj, Aurélie Giboire, Alexander Wood ainsi que la troupe d'acrobates et de danseurs du Cirque de Paname.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.